L'Eglise Aristotelicienne Romaine The Roman and Aristotelic Church Index du Forum L'Eglise Aristotelicienne Romaine The Roman and Aristotelic Church
Forum RP de l'Eglise Aristotelicienne du jeu en ligne RR
Forum RP for the Aristotelic Church of the RK online game
 
Lien fonctionnel : Le DogmeLien fonctionnel : Le Droit CanonLien fonctionnel : Le Réseau
Lien fonctionnel : Le ParcheminLien fonctionnel : Les Registres
 FAQFAQ   RechercherRechercher   Liste des MembresListe des Membres   Groupes d'utilisateursGroupes d'utilisateurs   S'enregistrerS'enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Vita de Gengoult - Bienheureux

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    L'Eglise Aristotelicienne Romaine The Roman and Aristotelic Church Index du Forum -> La Bibliothèque Romaine - The Roman Library - Die Römische Bibliothek - La Biblioteca Romana -> Le Dogme - The Dogma
Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant  
Auteur Message
hull19
Cardinal
Cardinal


Inscrit le: 11 Mai 2009
Messages: 6424
Localisation: Dans les Cantons

MessagePosté le: Ven Juin 30, 2017 5:27 am    Sujet du message: Vita de Gengoult - Bienheureux Répondre en citant

Citation:
    Vita de Bienheureux Gengoult (Varennes-sur-Amance, 725 - c. 780)

    Patron des ermites et des gantiers



    A. - Ses origines

    Gengoult (Gangolf en germanique, Gangulfus en latin), était le fils d'un homme de noblesse récente, installé aux confins de la Champagne et de la Bourgogne.
    Son père, Wolfgang, devait d'avoir été promu à un rang si élevé par ses vertus militaires et sa vaillance au combat dans la suite du maire du palais Charles Martel. Charles l'avait alors distingué entre tous les autres et lui avait donné en pleine propriété l'abbaye de Varennes-sur-Amance et les terres qui en dépendaient, de sorte qu'il en était à la fois le seigneur et l'abbé.

    De telles choses ne doivent pas étonner car Charles Martel était connu, hélas, pour avoir récompensé ses partisans laïques en procédant à la sécularisation des biens de l'Eglise au point qu'un clerc n'hésita pas à écrire au pape Zacharie: "La religion est foulée aux pieds. Les bénéfices sont donnés à d'avides laïques ou à des clercs impudiques. Et ceux d'entre eux qui peuvent se vanter de n'être ni fornicateurs, ni adultères, sont des ivrognes, des chasseurs, des soldats qui n'ont pas peur de répandre le sang christosien" (on dirait aujourd'hui aristotélicien).

    B - Sa naissance et ses premières années.

    En l'an 720, Wolfgang épousa Bertrade, la fille d'un de ses vassaux, beaucoup plus jeune que lui, mais dont il était furieusement épris. Deux ans plus tard, la jeune femme, à peine âgée de 20 ans, lui donna un fils qui naquit à Varennes et qui n'est autre que notre futur Bienheureux. Cependant, la vie aventureuse qu’il avait menée, l'épuisement physique lié à l’âge, l'entretien d'une jeune épouse avide de mouvement, eurent bientôt raison de sa santé. Il rendit son dernier souffle au cours de l'année 725.

    Gengoult qui n'avait alors que trois ans, passa sous la tutelle de sa mère et du frère de celle-ci, frère Bertrand, un pieux homme de Dieu qui avait été nommé Prieur de Varennes par son défunt beau-frère. Il entreprit d'élever l'enfant dans la foi et le respect de l’Église et de ses commandements, sans pour autant négliger l'apprentissage des exercices militaires propres à son rang et à sa caste, afin d'en faire un modèle de chevalier aristotélicien.

    C - La volonté de racheter l'âme de son père

    En effet, instruit de la façon dont son père avait acquis la Seigneurie de Varennes, et la spoliation dont les moines avaient été victimes, Gengoult n'eut de cesse que de vouloir réparer les erreurs du passé, de rendre la pleine propriété du monastère aux Saints Hommes de Dieu et d'obtenir le pardon pour l'âme de son père pour tous ses méfaits. Aussi, quand il fut devenu un adolescent, les paysans virent-ils souvent le spectacle étrange de ce jeune chasseur parcourant ses terres en tous sens avec son faucon favori à la main, prodiguer le bien autour de lui, distribuer des aumônes aux plus nécessiteux, réparer les torts causés par son père envers eux et, par sa connaissance des animaux et de leurs maux, sauver de nombreuses bêtes et de nombreux troupeaux d'une mort certaine, si bien qu'il fut très vite en odeur de sainteté et sans doute, dès cette époque, se fût-il consacré à l'état religieux si Charles Martel ne s'était rappelé à son bon souvenir.

    D - Le malheur d'être le fils d'un grand seigneur

    En effet, le vieux chef n'avait pas oublié le fils de Wolfgang et, quand celui-ci fut en âge de combattre, il l'appela auprès de lui, le contraignant à vivre la vie des camps, puis, sans lui demander son avis, ni celui de sa mère, au grand scandale de tous, il lui imposa pour épouse une certaine Ganéa, l'une de ses anciennes concubines. Gangolf n'eut d'autre choix que de se soumettre, mais il ne ressentait aucune attirance pour cette femme que seule la raison d’État avait poussé dans son lit. Il était pieux, et elle était libertine; il aimait la prière, et elle n'aimait que le jeu et les plaisirs mondains; il fuyait le luxe et la vanité, et elle voulait toujours être vêtue superbement pour attirer sur elle les regards; enfin, il était chaste, et elle était impudique.

    Très vite, il la délaissa et rechercha les expéditions lointaines afin d'avoir le moins possible à supporter sa présence, sans pour autant se croire autorisé à rompre tout à fait ses devoirs conjugaux qu'il s'était engagé devant Dieu à accomplir.

    E - La trahison de l'épouse

    Dans le même temps, Ganéa, ne pouvant trouver satisfaction auprès d'un époux si souvent absent et auquel elle faisait horreur, prit un amant dont elle eut plusieurs enfants et dont elle fit endosser la paternité à Gengoult qui ne se douta de rien jusqu'au jour où un ermite vint à passer à Varennes.

    C'était le printemps, l'homme avait été admis dans l'un des jardins intérieurs de l'immense forteresse de Varennes où les maîtres s'étaient installés pour rechercher la fraîcheur. En son centre se trouvait une claire fontaine. Il salua puis se tourna vers Gengoult


Citation:
    "- Je suis venu à toi, noble seigneur, car l'archange Miguaël m'a demandé en rêve de t'avertir. Noble seigneur, ta femme te trompe avec un autre homme !
    - Comment osez-vous, malotru ! Je devrais vous faire arracher la langue pour répandre de telles calomnies ! Sortez immédiatement de notre demeure, éructa Ganéa, indignée.
    - Voyez cette fontaine, noble dame; son eau est aussi pure que la vérité. Si votre pureté est égale à celle de cette eau, alors osez y tremper votre bras, mais, je vous préviens, si tel n'est pas le cas, il en ressortira ébouillanté.
    Ganéa persuadée qu'elle ne risquait rien et que cette eau était parfaitement inoffensive, accepta le défi. Elle se dirigea résolument vers la fontaine, y plongea son bras sans méfiance...
    Alors, un cri de douleur retentit et il en ressortit tout rouge, la peau couverte de cloques.
    Gengoult qui avait assisté à l'échange et à la scène sans rien dire eut soudain les larmes aux yeux.

    - Hélas, mon Dieu, mon sacrifice a été vain, ma femme m'a trompé quand même.


    Alors, tandis qu'un rossignol qui était venu se poser sur les bords du bassin pour se désaltérer, lançait son chant mélodieux vers les cieux, il lança un appel de détresse vers le Créateur en psalmodiant le Cantique « Ô Très-Haut » qui lui parut faire écho à sa propre situation.


Citation:
    Ô Très-Haut,
    Toi qui es Amour et qui nous façonna par Amour pour Ta Création,
    Illumine le coeur des égarés, montre leur la voie de l'amour vertueux
    Et fait leur entendre la voix de Tes fidèles qui prêchent Tes divins enseignements.
    Apprends leur que l'amour, le plus beau de Tes cadeaux, se doit d'être honoré à sa juste valeur, après s'être purifié l'âme,
    en s'engageant du plus profond de son être et devant Toi, l'Eternel qui préside et qui est à l'origine de toutes choses.
    Ouvre-leur les yeux sur la frivolité d'une union qui n'est connue que des mortels éphémères.
    Révèle-leur la sagesse d'Aristote Ton Prophète et l'amour de Christos Ton Messie.


    Et, pour la première fois depuis longtemps, des larmes coulèrent enfin de ses yeux.

    F - le Bienheureux ermite et l'inventeur du sacre

    Après cet épisode douloureux entre tous, Gengoult chassa sa femme de ses terres (elle fut retrouvée morte quelques temps après, assassinée par son amant) et abandonna toute vie militaire pour se retirer dans un modeste ermitage qu'il fit construire au sein de sa seigneurie, s'habillant en mendiant, se mortifiant dans le jeûne, la prière et les privations, distribuant tous ses revenus aux pauvres et leur apprenant comment utiliser les peaux de cuir pour fabriquer des gants, dont la vente assura la prospérité et la renommée de la région, parce qu'ils devinrent très prisés des nobles qui chassaient aux rapaces.

    C'est d'ailleurs ce qui lui fit rencontrer Pépin le bref, le fils de Charles Martel qui venait de déposer le dernier des Mérovingiens du trône et qui cherchait à légitimer sa dynastie.

    Chassant dans la région, il avait poussé jusqu'à Varennes pour se fournir en gants neufs quand il entendit parler de la réputation de sagesse de Gengoult qui avait été soldat de son père et qui vivait désormais en ermite. Il désira le rencontrer. Personne ne pourrait alors décrire la stupeur et l'effroi de Gengoult à voir paraître devant lui le fils de l'homme qui lui avait fait tant de mal. Il eut bien du mal à contenir sa colère, encore intacte malgré les années, et raconta en détail son histoire au fils de Charles Martel, s'attendant, à chaque instant, à recevoir le coup de grâce. En fait, Pépin fut horriblement touché par les terribles conséquences des décisions de son père. Emu aux larmes, il promit de consacrer le reste de sa vie à réparer, partout dans le royaume, les torts que Charles avait pu causer.


Citation:
    "Je m'engage à restaurer l'autorité des évêques sur leur diocèse et des abbés sur leurs abbayes, à ne plus nommer aucun laïc à ces postes; de chasser les hommes indignes que mon père a pu y placer.
    Je m'engage, de même, à rendre la propriété éminente des terres qu'on lui a prise à l'Eglise; l'usage en restera à ceux qui l'exploitent, mais ils devront désormais verser un cens à l'Eglise qui en est la vraie et seule propriétaire.
    Mais, pour cela, j'ai besoin de légitimer un pouvoir encore vacillant et contesté, notamment par les vieux compagnons de mon père. Que me conseillerais-tu ?"


    Gengoult réfléchit alors longuement avant de répondre :


Citation:
    "Quand Clovis fut reconnu comme Patrice des Romains par l'empereur romain d'Orient Anastase, il fut revêtu d'une tunique de pourpre et un évêque plaça sur sa tête un diadème. Ensuite, il parcourut la ville, jetant des pièces d'or et d'argent au peuple qui l'acclamait. Vous devriez suivre cet exemple et demander au successeur de l'évêque Remi qui baptisa Clovis de vous couronner, car seul l'évêque qui a baptisé le premier de nos souverains représente un symbole assez fort pour transmettre le pouvoir à un autre qu'un successeur de Clovis : lui seul pourra être considéré comme le Messager de la Volonté Divine. Il pourrait même vous oindre de cette eau Sainte issue du Miracle de la Colombe. Vous deviendriez, en quelque sorte, un personnage sacré, intouchable, ce qui renforcerait d'autant votre légitimité à être considéré comme le seul vrai successeur de Clovis selon la volonté de Dieu."


    Pépin soumit l'idée à son conseil qui le trouva excellent; il fut ainsi le premier roi sacré de l'histoire de France.

    Quant à Gengoult, il s'éteignit paisiblement dans son ermitage de Varennes, le soir du 11 avril 780






    Fête du Bienheureux le 11 avril

    Ses reliques: son corps est enterré dans son ermitage, reconverti en chapelle.

    Patron des ermites et des gantiers

    Phrases célèbres :

    - "Souvent femme varie, bien fol est qui s'y fie"
    - "Plaisir d'amour ne dure qu'un instant, chagrin d'amour dure toute la vie"


_________________
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    L'Eglise Aristotelicienne Romaine The Roman and Aristotelic Church Index du Forum -> La Bibliothèque Romaine - The Roman Library - Die Römische Bibliothek - La Biblioteca Romana -> Le Dogme - The Dogma Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas voter dans les sondages de ce forum


Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com