L'Eglise Aristotelicienne Romaine The Roman and Aristotelic Church Index du Forum L'Eglise Aristotelicienne Romaine The Roman and Aristotelic Church
Forum RP de l'Eglise Aristotelicienne du jeu en ligne RR
Forum RP for the Aristotelic Church of the RK online game
 
Lien fonctionnel : Le DogmeLien fonctionnel : Le Droit Canon
 FAQFAQ   RechercherRechercher   Liste des MembresListe des Membres   Groupes d'utilisateursGroupes d'utilisateurs   S'enregistrerS'enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

[Eng, FR] The Council of Nicaea (325) / Le Concile de Nicée

 
Poster un nouveau sujet   Ce sujet est verrouillé; vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.    L'Eglise Aristotelicienne Romaine The Roman and Aristotelic Church Index du Forum -> La Bibliothèque Romaine - The Roman Library - Die Römische Bibliothek - La Biblioteca Romana -> Salle Trufaldinienne - Secondary room
Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant  
Auteur Message
hull
Cardinal
Cardinal


Inscrit le: 11 Mai 2009
Messages: 8551
Localisation: Dans les Cantons

MessagePosté le: Mer Aoû 16, 2017 1:04 am    Sujet du message: [Eng, FR] The Council of Nicaea (325) / Le Concile de Nicée Répondre en citant

Citation:




The Council of Nicaea (325)


Why the Council
The Council of Nicaea was convoked by the Roman Emperor Constantine I, who had reunited the Empire after having defeated Licinius in Andrianople (September 324). Travelling to the East, he quickly realized the huge number of views on Aristotelianism and decided to do everything he could, to build the unity of the Church and to restore the peace, not to mention the political advantage he thought he could use to reinforce his authority, since he intended to make the reunified church the unique religion of the Empire and a force in which he could rely on.
Therefore, he decided to reunite in a unique assembly the representatives of all the Aristotelic communities, shortly after ordering the end of the persecutions whose last, in a not so distant past, had been launched by Diocletian and of which some Bishops still bore the stigmas in the meeting.


The tendencies present at the Council
At Nicaea, it was possible to distinguish five main fractions among the Bishops:
- The Christosiens, who considered that Christos himself was the Messiah. They saw in Aristotle only an enlightened philosopher who had announced the coming of Christos, but having a minor role inside the Church;
- The Aristodoxes, who claimed that without Aristotle there would not have been any Messiah, since He, the human essence, was completely inspired by the revelation of the philosopher;
- The Aristotelics, who asserted the Aristotle and Christos formed a single whole in the harmony of the Faith and the Reason;
- The Sophistes, who were an Aristotelic branch located in the East and subjected to the authority of the Greek patriarch of Constantinople. They wanted to reinforce the position of their Patriarch, since they see him as the legitimate successor of Christos.

The remainder consisted of micro-principles or subdivisions of the main ideologies, such as the iconophiles who devoted a special worship to the images and to representations of the prophets («The prostration before the cross and the due respect to pious images (icons) leads to belief» they say), the Pelagians, the Arianists, and others whose names are forgotten nowadays.


The failure of the union with the Spinozists
The Spinozists were also present at Nicaea.
They had been invited because the Emperor saw as a necessity their integration into the Church. He had indeed the will to be invested by a superior divine power and thought that the adhesion of the Spinozists to the Church could only promote his designs.
However, all the principal ideologies united to derail this integration. They declared as heterodox the belief of the Spinozists, because they claimed that «the body and the soul are parallel to each other, likewise to all attributes of the same object, as a process of the Extent and a process of the human's Thought». As a result, Daju's texts were put at the Index.


The Symbol of Nicaea
The Emperor Constantine formulated three wishes at the Ecumenical Council of Nicaea:
- Fix the date of the Easter;
- Put an end to the divisions of the Nicene Council;
- Decide once and for all between the different interpretations of the sources of the faith, as well as the respective natures of Aristotle and Christos in relation to God.

After several months of debates during which the Bishops could not agree on a text defining the sources of the faith, the Emperor did not hesitate to threaten the recalcitrants. It was finally the Christosian tendency that came to prevail, leaving as a concession to the defenders of Aristotle only the usage of the adjective "Aristotelian" to qualify the universal Church. Aristotle was relegated to the rank of a simple "annunciator" of the coming of the Messiah. The Bishops agreed on the fact that the Divine Spirit, called "Divine Action", had helped the two Prophets to acquire the science necessary to accomplish their respective missions.
Two resolutions came out of this Council: The first one was the recognition of the Bishop of the Rome as the representative of the Church according to the Nicene principal view. The second resolution was the text named "Symbol of Nicaea" which was signed by the 300 attending members of Clergy, since the different fractions felt the necessity to express their common beliefs in a short text highlighting or glorifying (to the choice) the Divine Action and Christos. This text already contained some of the conclusions expressed in the Credo, written by Olcovidius in 123 and discovered by the 380's by Jerome, which was only released and published with the acceptance of the Aristotelians, during the 1450's.
This compromise was then accepted by the majority of those present. The last errant Bishops in error, remaining faithful to their own conception and their writings, namely the sophists as well as the Arians, were definitely excommunicated. Thus, the Council ended with the formulation of a single dogmatic truth, which no one could challenge without being expelled from the Church.


The balance of the Council
This first Council was politically positive for the Church since it strengthened its unity, confining the apologists of the prophet Aristotle in clandestinity for nearly a thousand years and the almost clandestinity that demanded the study of Aristotle was a brake on the flourishing of the true faith. The impact of this Council of Nicaea was so important on the Aristotelianism that several historians divided "The Aristotelian era of the foundation" into two periods: "The Era of the Dispersion of the Faith", from the birth of Christos to the Council of Nicaea (325), and "The Era of the Questioning" from the Council of Nicaea to the end of the pontificate of Nicolas V (1452).
Regarding the position of women in the Church, they concluded that women where not allowed to occupy religious offices, a decision that was revoked a millennium later, in the Council of Constance (1418).

_________________
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
hull
Cardinal
Cardinal


Inscrit le: 11 Mai 2009
Messages: 8551
Localisation: Dans les Cantons

MessagePosté le: Mer Aoû 16, 2017 9:21 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Citation:




Le Concile de Nicée (325)

Pourquoi ce concile ?

Le concile de Nicée a été convoqué à l'initiative de l'empereur romain Constantin Ier qui venait de réunifier l'empire après avoir vaincu Licinius à Andrinople (septembre 324). Se rendant en Orient, il constata vite le très grand nombre de vues sur l'Aristotélisme et décida de faire tout son possible pour construire l'unité de l'Église et rétablir la paix, sans compter l'avantage politique qu'il pensait en tirer pour le renforcement de son autorité puisqu'il comptait faire de l'Eglise réunifiée la religion unique de l'Empire et une force sur laquelle il pourrait s'appuyer.
Aussi décida-t-il de réunir dans une assemblée unique des représentants de toutes les communautés aristotéliciennes, peu après avoir ordonné la fin des persécutions dont les dernières, pas si lointaines, avaient été lancées par Dioclétien et dont certains évêques portaient encore les stigmates lors de la réunion.


Les tendances présentes au concile

A Nicée, on pouvait distinguer cinq principaux fractions parmi les évêques réunis:
- Les Christosiens, qui considéraient que Christos seul était le messie. Ils ne voyaient en Aristote qu’un philosophe éclairé ayant annoncé la venue de Christos, mais n'ayant qu'un rôle mineur au sein de l'Eglise
- Les Aristodoxes, qui prétendaient que sans Aristote il n’y aurait pas eu de messie, car celui-ci, d’essence humaine, s’inspirait totalement des révélation du philosophe
- Les Aristotéliciens, qui affirmaient qu'Aristote et Christos ne formaient qu’un duo en un tout dans l’harmonie de la Foi et de la Raison
- Les Sophistes, qui étaient une branche aristotélicien située à l'Est et soumise à l'autorité du Patriarche grec de Constantinople. Ils voulaient renforcer la position de leur Patriarche, puisqu'ils le voyaient comme le successeur légitime de Christos.

Le reste se composait de micro-principes ou de subdivisions des principales idéologies, tels que les iconophiles qui vouaient un culte particulier aux images et aux représentations des prophètes («La prosternation devant la croix et le respect dû aux images pieuses (icônes) pousse à la croyance» disaient-ils), les Pélagiens, les arianistes, et d’autres dont le nom est oublié de nos jours.


L'échec de l'union avec les spinozistes

Les spinozistes aussi étaient présents à Nicée.
Ils avaient été invités parce que l'empereur voyait comme une nécessité leur intégration à l'Eglise. Il avait en effet la volonté d'être investi par un pouvoir divin supérieur et pensait que l'adhésion des spinozistes à l'Eglise ne pourrait que favoriser ses desseins.
Cependant, toutes les principales idéologies s'unirent pour faire échouer cette intégration. Ils déclarèrent comme hétérodoxe la croyance des spinozistes parce qu'ils prétendaient que «le corps et l’âme sont parallèles entre eux, conséquemment à tous les attributs d’un même objet, en tant que mode de l’Etendue et mode de la Pensée de l’humain». En conséquence, les textes de Daju furent mis à l’index.


Le Symbole de Nicée

L'empereur Constantin formula trois vœux au concile œcuménique de Nicée:
- Fixer la date de la Pâques
- Mettre fin aux divisions
- Trancher une bonne fois pour toute entre les différentes interprétations des sources de la foi, ainsi que les natures respectives d'Aristote et de Christos par rapport à Dieu.

Après plusieurs mois de débats au cours desquels les évêques ne parvinrent pas à trouver un accord sur un texte définissant les sources de la foi, l'empereur n'hésita pas à menacer les récalcitrants.
C'est finalement la tendance christosienne qui parvint à s'imposer, ne laissant comme concession aux défenseurs d’Aristote que l'usage de l'adjectif "aristotélicienne" pour qualifier l'Eglise universelle. Aristote fut relégué au rang de simple "annonciateur" de la venue du messie.
La pensée des spiritualistes arriva également à s'imposer au terme de débats théologiques houleux. Les évêques se mirent d'accord sur le fait que l'Esprit Divin appelé "Action Divine" avait aidé les deux Prophètes à acquérir la science nécessaire pour accomplir leur mission respective.

Deux résolutions sortirent de ce Conseil:
- la première était la reconnaissance de l'évêque de Rome comme représentant de l'Église;
- la deuxième était l'adoption du texte nommé "Symbole de Nicée", signé par les 300 membres présents du Clergé puisque les différents fractions ont ressenti la nécessité d'exprimer leurs croyances communes dans un court texte valorisant l'Action Divine et Christos.
Ce texte contenait déjà quelques-unes des conclusions exprimées dans le Credo, écrit par Olcovidius en 123 et découvert par les années 380 par Jérôme, qui n'a été révélé publiquement et publié qu'avec l'acceptation des Aristotéliciens, au cours des années 1450.

Les conclusions du Concile furent alors acceptées par la majorité des présents. Les derniers évêques errant dans l'erreur, restant fidèles à leur propre conception et leurs écrits, en l'occurrence les sophistes ainsi que les ariens, furent définitivement excommuniés. Ainsi, le concile se solda par la formulation d'une seule vérité dogmatique que nul ne pourrait contester sans risquer d'être chassé de l'Eglise.


Le bilan du concile

Ce premier concile fut politiquement positif pour l’Eglise car il en renforça l'unité, cantonnant les apologistes du prophète Aristote dans la clandestinité pour près de mille ans et la presque clandestinité que demandait l'étude d’Aristote fut un frein à l'épanouissement de la vraie foi.
L'impact de ce concile de Nicée fut tellement important sur la l'aristotélisme que de nombreux historiens ont divisé "L'ère aristotélicienne de la Fondation" en deux périodes: "L'Ere de la Dispersion de la Foi", de la naissance de Christos au Concile de Nicée (325), et "l'Ere du Questionnement" du Concile de Nicée à la fin du pontificat de Nicolas V (1452).
En ce qui concerne la position des femmes dans l'Église, ils ont conclu que les femmes n'étaient pas autorisées à occuper de fonctions religieuses, décision qui n'a été révoquée qu'un millénaire plus tard, dans le cadre du Concile de Constance (1418).

_________________
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Ce sujet est verrouillé; vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.    L'Eglise Aristotelicienne Romaine The Roman and Aristotelic Church Index du Forum -> La Bibliothèque Romaine - The Roman Library - Die Römische Bibliothek - La Biblioteca Romana -> Salle Trufaldinienne - Secondary room Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas voter dans les sondages de ce forum


Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com