L'Eglise Aristotelicienne Romaine The Roman and Aristotelic Church Index du Forum L'Eglise Aristotelicienne Romaine The Roman and Aristotelic Church
Forum RP de l'Eglise Aristotelicienne du jeu en ligne RR
Forum RP for the Aristotelic Church of the RK online game
 
Lien fonctionnel : Le DogmeLien fonctionnel : Le Droit Canon
 FAQFAQ   RechercherRechercher   Liste des MembresListe des Membres   Groupes d'utilisateursGroupes d'utilisateurs   S'enregistrerS'enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

[RP] Annonce publique du duché de Bourgogne

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    L'Eglise Aristotelicienne Romaine The Roman and Aristotelic Church Index du Forum -> La Congrégation des Affaires du Siècle - External Affairs
Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant  
Auteur Message
Aegon le Jeune



Inscrit le: 13 Nov 2017
Messages: 8

MessagePosté le: Lun Nov 13, 2017 2:04 am    Sujet du message: [RP] Annonce publique du duché de Bourgogne Répondre en citant

Citation:



    ANNONCE DU DUC DE BOURGOGNE


    • ET PIE QUOI ENCORE ?•




      De Otton Nicolas Jagellon, par la Grâce de Dieu et la volonté de nos sujets, Duc de Bourgogne,

      A la Congrégation des Affaires du Siècle de la Sainte Eglise aristotélicienne, à l'Assemblée des Évêques de France, au peuple bourguignon, & à tous ceux qui liront ou se feront lire




        Le Salut.



          L'on Nous a rapporté que l'archevêque de Lyon, qui pourtant devrait s'en tenir à une extrême réserve politique, d'autant plus lorsqu'il se pare d'attributions diplomatiques pour représenter une autorité étrangère à la Notre et auprès de Nous, a cherché en la triste occasion de la prise de Joinville par une troupe de gredins sans honneur, le moyen de s'immiscer dans les affaires de Notre gouvernement.

          Nous lui rappelons qu'il n'est pas de sa juridiction d'entreprendre quelque action qu'il soit dans les affaires militaires ou sécuritaires relevant du seul gouvernement temporel de Bourgogne, ni de faire annonces contre ce dernier, sauf à engager sur une voie malheureuse les relations qui lient Notre duché avec la Sainte Eglise.



        Pour la Bourgogne !



      Le 13 Novembre 1465 au Palais des Ducs de Bourgogne.


    Signé et Scellé par Otton Nicolas Jagellon, Duc de Bourgogne.




_________________
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Aegon le Jeune



Inscrit le: 13 Nov 2017
Messages: 8

MessagePosté le: Sam Jan 06, 2018 1:08 am    Sujet du message: Répondre en citant



Citation:

    ANNONCEMENT FROM THE REGENCY COUNCIL OF BURGUNDY


    • PIE ÇA CONTINUE •




      From Otton Nicolas Jagellon, Regent of Burgundy, & the Regency council,

      To the Espicopal Assembly of France, to the Congregation of External Affairs, to the roman Curia, & to all that shall read :




        Hail.



          Almost two months ago, the duke of Burgundy, by means of a public announcement destined to the Congregation of External Affairs, protested against the misuse of spiritual authority by the cardinal-archbishop of Lyon, in order to infringe on domains pretending to the sole prerogatives of the secular government; those being the military and security arrangements in Burgundy. The annoucement also served as a reminder of the essential duty of any ambassador from an external power, to observe restraint regarding internal politics.

          An answer to this evident reminder has been received today, in the form of an inflamatory annoucement, slanderous in nature, erroneous in its claims, contrary to the political restraint asked of all diplomats in mission to Burgundy, and attempting to make use of the despicable practice of blackmail concerning the use of the Faithful's alms and donations as if Burgundy was a land to be sold to the highest bidder.

          We may read in said annoucement, amidst the admitted propagation of abject rumors which originate from the cardinal-archbishop himself and the Cardinal-Camerlengo, as well as threats of war, two real points of protest:
          Against the enlistment, in one of the lists biding for our last provincial elections, of one member of the aristotelian clergy, and one of the self-styled reformed aristotelian faith - we remind all that the Reformed have no clergy.
          Against the proceedings of a reformed synod in one of the University of Burgundy's rooms.

          The regency council reminds all that the Custom of Burgundy, which is law under our legal regime, confirmed and affirmed by duke Gaultier de Ravart's decree on the conditions of eligibility, strictly protect the privileges of our duchy's College of Nobles, consisting in the examination and decision on potential ineligibility applied to a candidate in burgundian elections. Under no circumstance may that customary practice on the conditions of eligibility, be usurped by any other institution, be it the Holy Roman Aristotelian Church.

          The regency council points out that no Concordate nor treaty nor settlement to the purpose of reserving cultual exclusivity to the roman faith, nor to restrain the freedom of cultual practice of any other faith, is currently binding Burgundy to the Roman apostolic aristotelian Church. Although no proselytism, nor cultual interference, is tolerated in the managing of any secular office, attempts by any cult to silence the others by means of threats and intimidations will not be tolerated either. The Univsersity is, by essence, a place free of any allegiance to any creed or faith. On the contrary, it's walls protect the desirable confrontation of ideas and the advancement of sciences, amongst them being theological science. The gathering of an opened synod by the reformed faith, does in no way engage the University nor the burgundian government, in favour of said faith.

          No treaty nor Concordate binds Burgundy to the Roman apostolic aristotelian Church. No settlement exists between its two governments. This fact has, for nearly five years, made possible a certain degree of concord between those governments and entities. Today, this concord is in peril because of cardinal-archbishop Pie de Valence and his obvious desire to provoke a conflagration between secular power and spiritual authority. His multiple trespasses, his slanderous lies and threats of armed conflict, shall not be tolerated.


          Therefore, and in accordance with the most obvious customs, we no longer recognize Apostolic nuncio Pie de Valence any form of diplomatic privilege, and formally forbid him to set foot on burgundian soil, for as long a period of time it will take the Congregation for External Affairs to appoint a successor to him. We kindly remark that such a replacement would be in accordance with Canon Law, pretending to the provisions of the Current Satus of the Congregation of External Affairs, article 4, of which the nomination of the archbishop to the office of nuncio is a violation.
          He will furthermore be forbiden entry to Burgundy untill he has clearly and unequivocally expressed and made known, that he will renounce interfering in governmental affairs, as well as starting and propagating rumours designed to initiate civil strife in Burgundy and the Kingdom of France.

          Burgundy is a land of reason and measure. As those ecclesiastical trespasses, threats and lies, have originated from one representative of the clergy, we therefore conclude and determin that he is solely responsible for them, and not the clergy as a whole.
          However, faced with the seriousness of these events, we ask again, following the duke of Burgundy's private letter to Cardinal-Camerlengo Arnarion de Valyria which has gone unanswered november last; to the Episcopal Asseembly of France, to the Congregation of External Affairs, to the Curia : do Pie's actions reflect the official policy of the Roman apostolic aristotelian Church in regard to Burgundy?



        For Burgundy !



      January 5th, 1466, in the Palace of Dukes of Burgundy.


    Written and signed by Otton Nicolas Jagellon, Regent of Burgundy, after consultation and in concordance with the regency Council.






Citation:

    ANNONCE DU CONSEIL DE REGENCE DE BOURGOGNE

    • PIE ÇA CONTINUE •




      De Otton Nicolas Jagellon, Régent de Bourgogne, & du Conseil de régence,

      A l'Assemblée épiscopale de France, à la Congrégation des Affaires du Siècle, à la Curie romaine, & à tous ceux qui liront ou se feront lire :




        Le Salut.



          Voilà près de deux mois, le duc de Bourgogne protestait dans une annonce publique à l'attention, entre autre, des autorités de la Congrégation des Affaires du Siècle, contre l'empiétement de l'autorité spirituelle du cardinal-archevêque de Lyon, sur les prérogatives exclusives du gouvernement temporel dans les domaines militaires et sécuritaires. Y était également rappelé le devoir de réserve politique des ambassadeurs d'une puissance extérieure.

          Réponse à ce rappel évident nous parvient aujourd'hui sous la forme d'une annonce incendiaire, calomniatrice par nature, erronée dans ses affirmations, contraire à la réserve politique des diplomates en mission en Bourgogne, usant en plus d'un procédé odieux de chantage à l'argent des Fidèles aristotéliciens comme si la Bourgogne était une terre se vendant au plus offrant.

          Nous y lisons, entre propagations revendiquées de rumeurs abjectes dont le cardinal-archevêque et le Cardinal-Camerlingue sont par ailleurs à l'origine, et menaces de guerre, une double protestation:
          Contre la présence au sein d'une liste concourant aux élections ducales d'un membre du clergé aristotélicien, et d'un membre de la religion dite aristotélicienne réformée - nous rappelons que la Réforme n'a pas de clergé.
          Contre la tenue d'un synode de la foi dite réformée dans un local de l'Université de Bourgogne.

          Le Conseil de régence rappelle que la Coutume de Bourgogne, confirmée et affermie par le décret portant sur les critères d'éligibilité du duc Gaultier de Ravart, protège strictement l'antique privilège du Collège de la Noblesse de notre duché consistant à considérer et décider de l'inéligibilité potentielle personnelle des candidats aux élections en Bourgogne. En aucun cas cette prérogative coutumière portant sur les conditions d'éligibilité ne saurait être usurpée par quelque autre institution que soit, fut-elle la Sainte Eglise aristotélicienne et romaine.

          Le Conseil de régence rappelle qu'aucun Concordat ou traité ou accord visant à établir une exclusivité du culte aristotélicien romain, ni à restreindre la liberté de pratiquer quelque culte que soit, ne lie la Bourgogne à l'Eglise aristotélicienne apostolique et romaine. Si nul prosélytisme, ou interférence du culte, n'est toléré dans l'usage des charges temporelles, il ne sera en revanche pas toléré qu'un culte menace les autorités temporelles pour réduire au silence les autres. L'Université est un lieu par essence libre de toute affiliation à une croyance ou une foi, et ses murs protègent au contraire le sain débat des idées et l'avancement des sciences, parmi lesquelles les sciences théologiques. La tenue dans un de ses locaux, d'un synode réformé ouvert à tous, n'engage en rien l'Université en faveur de cette foi, ni le gouvernement bourguignon.

          Aucun traité ou Concordat ne lie la Bourgogne à l'Eglise aristotélicienne apostolique et romaine. Aucun accord n'existe entre ses deux gouvernements. Cet état de fait, durant depuis maintenant plus de cinq années, a permit une certaine concorde entre ces gouvernements et entités. Aujourd'hui, cette concorde est mise en péril par le cardinal-archevêque Pie de Valence, par son évident désir de provoquer une confrontation entre pouvoir temporel et autorité spirituelle. Ses ingérences répétées, ses calomnies, et ses menaces de conflit armé, ne sauraient être tolérées.


          Ainsi, en conformité des usages les plus évidents, nous signifions au Nonce apostolique Pie de Valence que le duché de Bourgogne ne lui reconnait plus le moindre privilège diplomatique que soit, et lui défendons formellement de fouler le sol bourguignon tant que la Congrégation des Affaires du Siècle ne lui aura point désigné un successeur. Nous observons au demeurant qu'un tel remplacement serait conforme aux exigences du Droit canon - Statuts courants de la Nonciature Apostolique, article 4, auxquelles la nomination de l'archevêque de Lyon à la charge de nonce contrevient.
          Il demeurera en outre interdit de séjour en Bourgogne, tant qu'il n'aura pas fait clairement connaître son intention de renoncer aux ingérences dans les affaires du gouvernement, aux menaces, et à l'initiation et promotion de rumeurs propres à provoquer des troubles civils en Bourgogne et en royaume de France.

          La Bourgogne est terre de raison et de mesure. Attendu que les ingérences, menaces et calomnies ecclésiastiques constatées émanent d'un seul et même représentant du clergé, nous lui en déduisons l'unique responsabilité, et non au clergé dans son entier.
          Néanmoins et devant la gravité des événements, nous adressons à nouveau, et faisant suite au courrier privé du duc de Bourgogne au Cardinal-Camerlingue Arnarion de Valyria resté sans réponse en novembre dernier, la demande de clarification suivante aux autorités ecclésiastiques de l'Assemblée des Evêques de France, de la Congrégation des Affaires du Siècle, et de la Curie : les actions de Pie reflètent-elles la politique officielle de l'Eglise aristotélicienne apostolique et romaine vis-à-vis de la Bourgogne?



        Pour la Bourgogne !



      Le 5 janvier 1466 au Palais des Ducs de Bourgogne.


    Rédigé et Signé par Otton Nicolas Jagellon, Régent de Bourgogne, après avis conforme du Conseil de régence.


_________________
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Fenice
Cardinal
Cardinal


Inscrit le: 19 Déc 2010
Messages: 8755

MessagePosté le: Sam Jan 06, 2018 5:02 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Citation:


Au Duc de Bourgogne par le Chancelier de la Congrégation des Affaires du Siècle

Salut!

Nous prenons la plume pour répondre à votre lettre concernant la Congrégation que nous dirigeons.
Dans vos mots, il y a une inexactitude; en fait, le règlement de la Congrégation a été modifié avec un document affiché sur la place d'Aristote le sept juin de l'année dernière, qui se lit comme suit:

Citation:
Dans les cas où le territoire de référence n'a pas d'ambassadeur apostolique, de pro-nonce ou de nonce apostolique, l'interdiction pour couvrir la charge de nonce est levé pour l'(Arch)évêque de ce diocèse ou Archidiocèse. L'(Arch)évêque peut être en charge de la Nonciature Apostolique tant qu'il n'y a pas de candidature valable. L'(Arch)évêque a cependant l'obligation de rechercher un nouveau nonce ou un nouvel ambassadeur apostolique.


Vous voyez donc bien que même un Archévêque peut être nonce.

Dans le domaine diplomatique, les droits et devoirs sont toujours réciproques et égaux, même si le domaine de compétence de l'Eglise et donc de la Nonciature ne concerne pas les questions politiques, mais le salut des âmes et le soin des relations avec les autorités temporelles.
Ainsi, les interventions des représentants diplomatiques de l'Église ne sont pas destinées à l'exercice du pouvoir politique, mais à la sauvegarde de la Foi et de l'Église instituée par le deuxième prophète Christos.
Rassurez-vous donc: pas d'interférence – de part et d'autre –, mais de notre part volonté de prendre soin des âmes et de la collaboration.

La Foi et la Raison guident les diplomates de l'Église, alors nous sommes ici pour dissiper les malentendus et détendre les esprits. Ce sera un plaisir pour nous d'en parler directement, si vous le souhaitez.

Pax et bonum

Ecrit et scellé à Rome le sixième jour de janvier A.D. 1466

Son Eminence



_________________
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Aegon le Jeune



Inscrit le: 13 Nov 2017
Messages: 8

MessagePosté le: Lun Jan 08, 2018 6:21 am    Sujet du message: Répondre en citant



Citation:

    LETTER FROM THE REGENT OF BURGUNDY



      From Otton Nicolas Jagellon, Regent of Burgundy,

      To Her Eminence Fenice Borgia,Chancellor of the Congregation of External Affairs,




        Hail.



          I am most pleased to read from you, and to find such reason and balance in you words. I do understand the wish of your Congregation, as well as that of the clergy as a whole, to promote the interests of the Church and keep the flock of Faithfuls from straying away from it.
          However, Burgundy has a long established tradition of tolerance to other creeds, and though our public authorities do not encourage them, they do not repress them either, but permit their gatherings and celebrations in ungovernmental spaces. The University, which is largely autonomous and free of any political or religious considerations, was deemed such a space.


          I find, reading you, that our objectives are not at all unreconciliable, but that they are, in fact, harmoniously compatible. I assume, of course, that the words you have written reflect the official policy of the Congregation of External Affairs, and by extension, that of the Church regarding Burgundy.
          I therefore can only express my astonishment about the representation of the Church in Burgundy by cardinal-archbishop Pie de Valence. He has indeed engaged publicly in political interventions and in interferences against the secular government. Notably by publicly disavowing, november last, the security arrangements - of which he knew nothing about, as they were kept secret for obvious reasons - of the duchy at a time of crisis in our nothermost territories, and calling the Faithfuls to march against the good city of Joinville - thereby effectually calling without any authorization or consultation, for the weakening of other citie's defenses at a time of multiple threats.

          I therefore urge you to understand, that the last annoucement by cardinal-archbishop Pie can not be taken as anything short of a desire to escalate a growing distrust between our governments. Threats of war were made therein, amidst public slander claiming the Council was taken over by reformed separatists bent on breaking away from the kingdom of France, and feeble attempts at financial blackmail.


          In light of these events, and barring a formal and public retraction and renouncement of such methods by cardinal-archbishop-nuncio Pie de Valence, he will remain forbidden to set foot on burgundian soil.
          I recognize, however, our misunderstanding of current Canon Law regarding restrictions on the office of Nuncio. I would also kindly correct you on my title, which is that of regent, since our current council has so far been unable to decide on the election of a new head of government. I suspect that your burgundian services, in this regard as well as many others, does not provide you with accurate and up-to-date information.

          I still urge you to endeavour finding a replacement to Nuncio Pie, who has so poorly performed regarding our common wish for concord. I would also point out, that Nuncio Pie has not conformed to the canon which you have provided in your letter, as there has been no annoucement nor public effort from Pie to the purpose of recruiting a nuncio or an apostolic ambassador, since his nomination to said office october last.


          This does not mean that our diplomatic relations need stop. I am delighted to read of your desire to meet and talk, and extend you a warm and enthousiastic invitation to the burgundian capital of Dijon, where we would dearly welcome you to the Dukes' Palace. I have every confidence that we may, by engaging in productive talks, repair all the damage that has been caused to our relations, and divine a joyous issue to the current crisis.



        For Burgundy !



      January 7th, 1466, in the Dukes' Palace


    Written and signed by Otton Nicolas Jagellon, regent of Burgundy.






Citation:

    COURRIER DU RÉGENT DE BOURGOGNE



      De Otton Nicolas Jagellon, Régent de Bourgogne,

      A Son Eminence Fenice Borgia, Chancelière de la Congrégation des Affaires du Siècle,




        Le Salut.



          C'est avec joie que je vous lis et constate la nature raisonnable des mots que vous m'adressez. Je comprends que le désir de votre Congrégation, ainsi que du clergé en général, est de promouvoir les intérêts de l'Eglise et de garder les Fidèles comme un berger son troupeau, pour ne point qu'ils s'en éloignent.
          Cependant, la longue et bien établie tradition bourguignonne est de tolérer les autres croyances et fois, et si les autorités publiques ne les encouragent pas, elles ne les répriment point non plus, mais leur permet de s'assembler et célébrer leur culte dans des lieux non gouvernementaux. L'Université, qui est largement autonome et libre de tout caractère politique ou religieux, fut considérée telle.

          Je réalise en vous lisant, que nos objectifs ne sont pas du tout irréconciliables, mais qu'au contraire ils sont harmonieusement compatibles. Je considère naturellement que ce que vous nous m'avez écrit, constitue la politique officielle de la Congrégation des Affaires du Siècle, et par extension de l'Eglise, en Bourgogne.
          Je ne peux donc qu'exprimer ma stupeur, quand à la représentation de l'Eglise en Bourgogne par le cardinal-archevêque Pie de Valence, qui s'est bien engagé dans des considérations politiques, et a fait ingérence contre le gouvernement temporel. Notamment en désavouant publiquement les dispositions sécuritaires - dont il ne savait rien, attendu qu'elles étaient secrètes pour des raisons évidentes - lors d'une crise dans les territoires septentrionaux du duché de Bourgogne en novembre dernier, et en appelant à cette occasion de son autorité apostolique les Fidèles à marcher sur la bonne ville de Joinville pour la libérer - appelant par là-même, et sans aucune consultation, à dégarnir d'autres cités dans une période de menaces multiples.

          Je vous encourage donc à réaliser que la dernière annonce du cardinal-archevêque Pie ne saurait être comprise autrement que l'expression d'un désir d'escalade, dans la méfiance grandissant entre nos deux gouvernements. Des menaces de guerre y sont faites, accompagnant des rumeurs mensongères qui voudraient que le Conseil sois constitué ou sous influence d'indépendantistes réformés désireux de se séparer du royaume de France, et une piètre tentative de chantage financier.


          A la lumière de ces événements, et faute d'une rétraction et d'un renoncement public à de telles méthodes par le cardinal-archevêque-nonce Pie de Valence, il lui demeurera défendu de fouler le sol bourguignon.
          Je reconnais cependant, une incompréhension des Canons courants, concernant les restrictions portant sur l'office de Nonce. J'aimerais également vous corriger aimablement sur mon titre, qui est celui de régent, attendu que le Conseil actuel n'est pas encore parvenu à élire un nouveau chef du gouvernement. Je suspecte que vos services bourguignons, en cette occurrence comme en bien d'autres, ne vous ont pas fournit d'informations exactes et à jour.

          Je vous encourage encore à trouver un remplaçant au Nonce Pie, qui a si pauvrement agit pour notre commun désir de concorde. J'aimerais également vous faire observer que le Nonce Pie ne s'est pas conformé au canon que vous avez cité dans votre courrier, attendu qu'aucune annonce ni effort public de sa part pour recruter un nonce ou un ambassadeur apostolique, n'a été publiée ou entreprit depuis sa nomination à cet office en octobre dernier.


          Cela ne signifie pas que nos relations diplomatiques doivent cesser. Je suis enchanté de lire que vous souhaitez me rencontrer et discuter, et vous invite chaleureusement, et avec enthousiasme, à la capitale bourguignonne de Dijon, où nous vous accueillerions avec plaisir dans le Palais des Ducs. J'ai entière confiance que nous pouvons, en engageant de productives discussions, réparer les dommages causés à nos relations, et trouver une issue heureuse à la présente crise.



        Pour la Bourgogne !



      Le 7 janvier 1466 au Palais des Ducs de Bourgogne.


    Rédigé et Signé par Otton Nicolas Jagellon, Régent de Bourgogne.


_________________
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Aegon le Jeune



Inscrit le: 13 Nov 2017
Messages: 8

MessagePosté le: Lun Jan 08, 2018 6:21 am    Sujet du message: Répondre en citant



Citation:

    LETTER FROM THE REGENT OF BURGUNDY



      From Otton Nicolas Jagellon, Regent of Burgundy,

      To Her Eminence Fenice Borgia,Chancellor of the Congregation of External Affairs,




        Hail.



          I am most pleased to read from you, and to find such reason and balance in you words. I do understand the wish of your Congregation, as well as that of the clergy as a whole, to promote the interests of the Church and keep the flock of Faithfuls from straying away from it.
          However, Burgundy has a long established tradition of tolerance to other creeds, and though our public authorities do not encourage them, they do not repress them either, but permit their gatherings and celebrations in ungovernmental spaces. The University, which is largely autonomous and free of any political or religious considerations, was deemed such a space.


          I find, reading you, that our objectives are not at all unreconciliable, but that they are, in fact, harmoniously compatible. I assume, of course, that the words you have written reflect the official policy of the Congregation of External Affairs, and by extension, that of the Church regarding Burgundy.
          I therefore can only express my astonishment about the representation of the Church in Burgundy by cardinal-archbishop Pie de Valence. He has indeed engaged publicly in political interventions and in interferences against the secular government. Notably by publicly disavowing, november last, the security arrangements - of which he knew nothing about, as they were kept secret for obvious reasons - of the duchy at a time of crisis in our nothermost territories, and calling the Faithfuls to march against the good city of Joinville - thereby effectually calling without any authorization or consultation, for the weakening of other citie's defenses at a time of multiple threats.

          I therefore urge you to understand, that the last annoucement by cardinal-archbishop Pie can not be taken as anything short of a desire to escalate a growing distrust between our governments. Threats of war were made therein, amidst public slander claiming the Council was taken over by reformed separatists bent on breaking away from the kingdom of France, and feeble attempts at financial blackmail.


          In light of these events, and barring a formal and public retraction and renouncement of such methods by cardinal-archbishop-nuncio Pie de Valence, he will remain forbidden to set foot on burgundian soil.
          I recognize, however, our misunderstanding of current Canon Law regarding restrictions on the office of Nuncio. I would also kindly correct you on my title, which is that of regent, since our current council has so far been unable to decide on the election of a new head of government. I suspect that your burgundian services, in this regard as well as many others, does not provide you with accurate and up-to-date information.

          I still urge you to endeavour finding a replacement to Nuncio Pie, who has so poorly performed regarding our common wish for concord. I would also point out, that Nuncio Pie has not conformed to the canon which you have provided in your letter, as there has been no annoucement nor public effort from Pie to the purpose of recruiting a nuncio or an apostolic ambassador, since his nomination to said office october last.


          This does not mean that our diplomatic relations need stop. I am delighted to read of your desire to meet and talk, and extend you a warm and enthousiastic invitation to the burgundian capital of Dijon, where we would dearly welcome you to the Dukes' Palace. I have every confidence that we may, by engaging in productive talks, repair all the damage that has been caused to our relations, and divine a joyous issue to the current crisis.



        For Burgundy !



      January 7th, 1466, in the Dukes' Palace


    Written and signed by Otton Nicolas Jagellon, regent of Burgundy.






Citation:

    COURRIER DU RÉGENT DE BOURGOGNE



      De Otton Nicolas Jagellon, Régent de Bourgogne,

      A Son Eminence Fenice Borgia, Chancelière de la Congrégation des Affaires du Siècle,




        Le Salut.



          C'est avec joie que je vous lis et constate la nature raisonnable des mots que vous m'adressez. Je comprends que le désir de votre Congrégation, ainsi que du clergé en général, est de promouvoir les intérêts de l'Eglise et de garder les Fidèles comme un berger son troupeau, pour ne point qu'ils s'en éloignent.
          Cependant, la longue et bien établie tradition bourguignonne est de tolérer les autres croyances et fois, et si les autorités publiques ne les encouragent pas, elles ne les répriment point non plus, mais leur permet de s'assembler et célébrer leur culte dans des lieux non gouvernementaux. L'Université, qui est largement autonome et libre de tout caractère politique ou religieux, fut considérée telle.

          Je réalise en vous lisant, que nos objectifs ne sont pas du tout irréconciliables, mais qu'au contraire ils sont harmonieusement compatibles. Je considère naturellement que ce que vous nous m'avez écrit, constitue la politique officielle de la Congrégation des Affaires du Siècle, et par extension de l'Eglise, en Bourgogne.
          Je ne peux donc qu'exprimer ma stupeur, quand à la représentation de l'Eglise en Bourgogne par le cardinal-archevêque Pie de Valence, qui s'est bien engagé dans des considérations politiques, et a fait ingérence contre le gouvernement temporel. Notamment en désavouant publiquement les dispositions sécuritaires - dont il ne savait rien, attendu qu'elles étaient secrètes pour des raisons évidentes - lors d'une crise dans les territoires septentrionaux du duché de Bourgogne en novembre dernier, et en appelant à cette occasion de son autorité apostolique les Fidèles à marcher sur la bonne ville de Joinville pour la libérer - appelant par là-même, et sans aucune consultation, à dégarnir d'autres cités dans une période de menaces multiples.

          Je vous encourage donc à réaliser que la dernière annonce du cardinal-archevêque Pie ne saurait être comprise autrement que l'expression d'un désir d'escalade, dans la méfiance grandissant entre nos deux gouvernements. Des menaces de guerre y sont faites, accompagnant des rumeurs mensongères qui voudraient que le Conseil sois constitué ou sous influence d'indépendantistes réformés désireux de se séparer du royaume de France, et une piètre tentative de chantage financier.


          A la lumière de ces événements, et faute d'une rétraction et d'un renoncement public à de telles méthodes par le cardinal-archevêque-nonce Pie de Valence, il lui demeurera défendu de fouler le sol bourguignon.
          Je reconnais cependant, une incompréhension des Canons courants, concernant les restrictions portant sur l'office de Nonce. J'aimerais également vous corriger aimablement sur mon titre, qui est celui de régent, attendu que le Conseil actuel n'est pas encore parvenu à élire un nouveau chef du gouvernement. Je suspecte que vos services bourguignons, en cette occurrence comme en bien d'autres, ne vous ont pas fournit d'informations exactes et à jour.

          Je vous encourage encore à trouver un remplaçant au Nonce Pie, qui a si pauvrement agit pour notre commun désir de concorde. J'aimerais également vous faire observer que le Nonce Pie ne s'est pas conformé au canon que vous avez cité dans votre courrier, attendu qu'aucune annonce ni effort public de sa part pour recruter un nonce ou un ambassadeur apostolique, n'a été publiée ou entreprit depuis sa nomination à cet office en octobre dernier.


          Cela ne signifie pas que nos relations diplomatiques doivent cesser. Je suis enchanté de lire que vous souhaitez me rencontrer et discuter, et vous invite chaleureusement, et avec enthousiasme, à la capitale bourguignonne de Dijon, où nous vous accueillerions avec plaisir dans le Palais des Ducs. J'ai entière confiance que nous pouvons, en engageant de productives discussions, réparer les dommages causés à nos relations, et trouver une issue heureuse à la présente crise.



        Pour la Bourgogne !



      Le 7 janvier 1466 au Palais des Ducs de Bourgogne.


    Rédigé et Signé par Otton Nicolas Jagellon, Régent de Bourgogne.


_________________
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Aegon le Jeune



Inscrit le: 13 Nov 2017
Messages: 8

MessagePosté le: Lun Jan 08, 2018 6:21 am    Sujet du message: Répondre en citant



Citation:

    LETTER FROM THE REGENT OF BURGUNDY



      From Otton Nicolas Jagellon, Regent of Burgundy,

      To Her Eminence Fenice Borgia,Chancellor of the Congregation of External Affairs,




        Hail.



          I am most pleased to read from you, and to find such reason and balance in you words. I do understand the wish of your Congregation, as well as that of the clergy as a whole, to promote the interests of the Church and keep the flock of Faithfuls from straying away from it.
          However, Burgundy has a long established tradition of tolerance to other creeds, and though our public authorities do not encourage them, they do not repress them either, but permit their gatherings and celebrations in ungovernmental spaces. The University, which is largely autonomous and free of any political or religious considerations, was deemed such a space.


          I find, reading you, that our objectives are not at all unreconciliable, but that they are, in fact, harmoniously compatible. I assume, of course, that the words you have written reflect the official policy of the Congregation of External Affairs, and by extension, that of the Church regarding Burgundy.
          I therefore can only express my astonishment about the representation of the Church in Burgundy by cardinal-archbishop Pie de Valence. He has indeed engaged publicly in political interventions and in interferences against the secular government. Notably by publicly disavowing, november last, the security arrangements - of which he knew nothing about, as they were kept secret for obvious reasons - of the duchy at a time of crisis in our nothermost territories, and calling the Faithfuls to march against the good city of Joinville in order to liberate it - thereby effectually calling without any authorization or consultation, for the weakening of other citie's defenses at a time of multiple threats.

          I therefore urge you to understand, that the last annoucement by cardinal-archbishop Pie can not be taken as anything short of a desire to escalate a growing distrust between our governments. Threats of war were made therein, amidst public slander claiming the Council was taken over by reformed separatists bent on breaking away from the kingdom of France, and feeble attempts at financial blackmail.


          In light of these events, and barring a formal and public retraction and renouncement of such methods by cardinal-archbishop-nuncio Pie de Valence, he will remain forbidden to set foot on burgundian soil.
          I recognize, however, our misunderstanding of current Canon Law regarding restrictions on the office of Nuncio. I would also kindly correct you on my title, which is that of regent, since our current council has so far been unable to decide on the election of a new head of government. I suspect that your burgundian services, in this regard as well as many others, do not provide you with accurate and up-to-date information.

          I still urge you to endeavour finding a replacement to Nuncio Pie, who has so poorly performed regarding our common wish for concord. I would also point out, that Nuncio Pie has not conformed to the canon which you have provided in your letter, as there has been no annoucement nor public effort from Pie to the purpose of recruiting a nuncio or an apostolic ambassador, since his nomination to said office october last.


          This does not mean that our diplomatic relations need stop. I am delighted to read of your desire to meet and talk, and extend you a warm and enthousiastic invitation to the burgundian capital of Dijon, where we would dearly welcome you to the Dukes' Palace. I have every confidence that we may, by engaging in productive talks, repair all the damage that has been caused to our relations, and divine a joyous issue to the current crisis.



        For Burgundy !



      January 7th, 1466, in the Dukes' Palace


    Written and signed by Otton Nicolas Jagellon, regent of Burgundy.






Citation:

    COURRIER DU RÉGENT DE BOURGOGNE



      De Otton Nicolas Jagellon, Régent de Bourgogne,

      A Son Eminence Fenice Borgia, Chancelière de la Congrégation des Affaires du Siècle,




        Le Salut.



          C'est avec joie que je vous lis et constate la nature raisonnable des mots que vous m'adressez. Je comprends que le désir de votre Congrégation, ainsi que du clergé en général, est de promouvoir les intérêts de l'Eglise et de garder les Fidèles comme un berger son troupeau, pour ne point qu'ils s'en éloignent.
          Cependant, la longue et bien établie tradition bourguignonne est de tolérer les autres croyances et fois, et si les autorités publiques ne les encouragent pas, elles ne les répriment point non plus, mais leur permet de s'assembler et célébrer leur culte dans des lieux non gouvernementaux. L'Université, qui est largement autonome et libre de tout caractère politique ou religieux, fut considérée telle.

          Je réalise en vous lisant, que nos objectifs ne sont pas du tout irréconciliables, mais qu'au contraire ils sont harmonieusement compatibles. Je considère naturellement que ce que vous nous m'avez écrit, constitue la politique officielle de la Congrégation des Affaires du Siècle, et par extension de l'Eglise, en Bourgogne.
          Je ne peux donc qu'exprimer ma stupeur, quand à la représentation de l'Eglise en Bourgogne par le cardinal-archevêque Pie de Valence, qui s'est bien engagé dans des considérations politiques, et a fait ingérence contre le gouvernement temporel. Notamment en désavouant publiquement les dispositions sécuritaires - dont il ne savait rien, attendu qu'elles étaient secrètes pour des raisons évidentes - lors d'une crise dans les territoires septentrionaux du duché de Bourgogne en novembre dernier, et en appelant à cette occasion de son autorité apostolique les Fidèles à marcher sur la bonne ville de Joinville pour la libérer - appelant par là-même, et sans aucune consultation, à dégarnir d'autres cités dans une période de menaces multiples.

          Je vous encourage donc à réaliser que la dernière annonce du cardinal-archevêque Pie ne saurait être comprise autrement que l'expression d'un désir d'escalade, dans la méfiance grandissant entre nos deux gouvernements. Des menaces de guerre y sont faites, accompagnant des rumeurs mensongères qui voudraient que le Conseil sois constitué ou sous influence d'indépendantistes réformés désireux de se séparer du royaume de France, et une piètre tentative de chantage financier.


          A la lumière de ces événements, et faute d'une rétraction et d'un renoncement public à de telles méthodes par le cardinal-archevêque-nonce Pie de Valence, il lui demeurera défendu de fouler le sol bourguignon.
          Je reconnais cependant, une incompréhension des Canons courants, concernant les restrictions portant sur l'office de Nonce. J'aimerais également vous corriger aimablement sur mon titre, qui est celui de régent, attendu que le Conseil actuel n'est pas encore parvenu à élire un nouveau chef du gouvernement. Je suspecte que vos services bourguignons, en cette occurrence comme en bien d'autres, ne vous ont pas fournit d'informations exactes et à jour.

          Je vous encourage encore à trouver un remplaçant au Nonce Pie, qui a si pauvrement agit pour notre commun désir de concorde. J'aimerais également vous faire observer que le Nonce Pie ne s'est pas conformé au canon que vous avez cité dans votre courrier, attendu qu'aucune annonce ni effort public de sa part pour recruter un nonce ou un ambassadeur apostolique, n'a été publiée ou entreprit depuis sa nomination à cet office en octobre dernier.


          Cela ne signifie pas que nos relations diplomatiques doivent cesser. Je suis enchanté de lire que vous souhaitez me rencontrer et discuter, et vous invite chaleureusement, et avec enthousiasme, à la capitale bourguignonne de Dijon, où nous vous accueillerions avec plaisir dans le Palais des Ducs. J'ai entière confiance que nous pouvons, en engageant de productives discussions, réparer les dommages causés à nos relations, et trouver une issue heureuse à la présente crise.



        Pour la Bourgogne !



      Le 7 janvier 1466 au Palais des Ducs de Bourgogne.


    Rédigé et Signé par Otton Nicolas Jagellon, Régent de Bourgogne.


_________________
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Fenice
Cardinal
Cardinal


Inscrit le: 19 Déc 2010
Messages: 8755

MessagePosté le: Dim Jan 14, 2018 11:28 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Citation:


De Son Eminence Fenice Maria Helena Deversi-Aslan Borgia
à Otton Nicolas Jagellon, Régent de Bourgogne


Salut!

Je vous réponds en retard et je m'excuse, mais la récidive des séquelles de la pneumonie contractée il y a un peu plus d'un mois m'a forcé à me reposer. Mon médecin personnel m'interdit de voyager. Donc, notre réunion, à mon regret, doit être reportée. Cependant, rien ne nous empêche de poursuivre cette correspondance afin de développer notre dialogue, pacifiquement et franchement.

Je trouve intéressant que vous utilisiez le terme "tolérance" en référence à d'autres cultes. Fraternellement, je vous demande de m'enlever une curiosité: la même tolérance s'applique-t-elle aussi à la religion aristotélicienne? Vous savez, il arrive souvent que nous prenions tellement soin de ne pas discriminer les autres, que nous oublions de protéger ceux qui nous sont proches.
Je pense que vous ne deviez pas gronder son zèle pour un berger des âmes, souvent l'activité d'un prélat est interprétée comme une ingérence, sans s'arrêter pour considérer qu'elle concerne la sphère religieuse. En réalité elle est de sa stricte compétence.
Mais je veux savoir comment vous considérez cela, si vous êtes au moins en partie d'accord avec moi.

J'attends votre réponse et, en attendant, mes prières sont pour la paix et la justice.

Ecrit et scellé à Rome le quatorzième jour de janvier A.D. 1466

Son Eminence




_________________
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    L'Eglise Aristotelicienne Romaine The Roman and Aristotelic Church Index du Forum -> La Congrégation des Affaires du Siècle - External Affairs Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas voter dans les sondages de ce forum


Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com