L'Eglise Aristotelicienne Romaine The Roman and Aristotelic Church Index du Forum L'Eglise Aristotelicienne Romaine The Roman and Aristotelic Church
Forum RP de l'Eglise Aristotelicienne du jeu en ligne RR
Forum RP for the Aristotelic Church of the RK online game
 
Lien fonctionnel : Le DogmeLien fonctionnel : Le Droit Canon
 FAQFAQ   RechercherRechercher   Liste des MembresListe des Membres   Groupes d'utilisateursGroupes d'utilisateurs   S'enregistrerS'enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Of the confession / De la confession

 
Poster un nouveau sujet   Ce sujet est verrouillé; vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.    L'Eglise Aristotelicienne Romaine The Roman and Aristotelic Church Index du Forum -> La Bibliothèque Romaine - The Roman Library - Die Römische Bibliothek - La Biblioteca Romana -> Salle Trufaldinienne - Secondary room
Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant  
Auteur Message
NReis
Cardinal
Cardinal


Inscrit le: 16 Mai 2012
Messages: 2685
Localisation: Chaves - Kingdom of Portugal

MessagePosté le: Sam Aoû 11, 2018 9:26 pm    Sujet du message: Of the confession / De la confession Répondre en citant



Citation:

    Of the Confession


    The confession, among the sacraments instituted by Christos and perpetuated by the Holy Church, is undoubtedly one of the most beautiful and most significant of God's love for His children. We have as a tangible evidence the supernatural grace which God sends us for the remission of our sins and which, by washing away the sin of the old man, makes us new Man. For this is the beauty of the sacrament: God, our Creator, our Father, moved by such an ineffable and unfathomable love for His children, constantly seeks to forgive their mistakes without expecting anything in exchange other than the expression of their pain and the promise of a better conduct in the future.

    I will try, through this short reflection, first constructed by my elders like His Eminences Jeandalf and Aristokolès de Valyria, drawn upon the teachings of Saint Thomas, Saint Titus and Saint Hildegarde, and then through multiple theological debates nourished by the works of Monsignors Ambroise de La Rochefoucauld-Champlecy, Alboin de Valyria and Scolopius de Medici, among others, to enlighten on what the sacrament of the confession is and what its important stages are.

    I will humbly borrow the holy words of the prophet Christos, which constitute admirable mirrors of wisdom and righteousness on the path of God, and which will undoubtedly bring clarity to the subject I advance below.


    Of the confession as a remedy for the sick soul

    When mankind was born to the world, it was created imperfect and submissive. Part of this submission is the sin which constantly attacks the soul to lose it. There is an infinity of sins that are all offenses against God and personified by the fallen angels of Oanylone. I will not dwell on this subject, contenting myself to resume the simple and clear words of His Eminence Aristokolès de Valyria: «The sin is a revolt against the divine plan. It is an act not driven by the Virtue, but by the man's vices, which are numerous. Sin is a time in man's life when he has preferred one Creature to his Creator. In which he prefers the disorderly love of finite things to the reasonable love of the Infinite and the Eternal. On a more philosophical level, we can say that sin is the diversion of a mean to transform it into an end».

    The main ones are the source of the multiple ramifications of sin: pride, greed, gluttony, envy, lust, wrath and finally acedia. All men and woman, by the imperfection which characterizes the human race, are subjected to it and commit it every day, some in thought, others in action, or others by omission. Some are committed consciously while others are unconsciously. The offense is of course more serious in the first of the two cases. These faults committed are like a burden for the soul and which, accumulating, plunges not only into a state of spiritual pain but, by the bond between the soul and the body, also plunges into a state of bodily pain which is expressed by malus and physical disabilities. So we see well in this the sick nature of sin: it is an evil that gnaws our mind and body to lose us. This disease that invades and subdues the soul leads man to death, the true death, that of the soul, the eternal and perpetual death. This death is the separation from God, woe to the damned, who for their sins have lost God and the infinite. But if you have received an injury, said Saint Hildegarde, ask the doctor, lest you die. Let the faithful man examine his evil, and seek the doctor, before falling into death. This doctor is the merciful God, and the remedy is the confession.

    One can divide sin into two categories: venial sin and mortal sin. The first is of lesser importance and concerns the secondary wrongdoings, such as the myriads of small daily offenses done to God. This one, by its relative lightness, can be cleansed of the soul by the confession during masses*. The second, on the other hand, is heavier in the sense it is a much more greater weight for the soul. It is a direct manifestation of capital sins and constitutes a great offense to God. It then puts the soul in danger of death and can only be washed by the sacrament of confession**.

    Confession is then the remedy brought to men by the merciful God. This sacrament distributed, thus reverses the progression of sins within the soul and makes it possible to start on good and healthy reparative bases. This is how Saint Hildegarde explains the confession: «If you examine your evil and seek a doctor, when you found him, he shows you the bitter juice of the remedy that can cure you: these are the severe words, to test whether your repentance comes from the bottom of your heart, or proceeds from your instability. When he realizes it, he pours you the wine of mercy and penance, to wash the sanity of your wounds; and offers you the ointment of mercy, to anoint your own wounds, with the purpose of healing».


    From necessary repentance to the remission of sins

    It is certain that a good confession can only be done with an open heart and that forgiveness can only be achieved if our soul is consumed by the urge to repent, like a child who, hoping to be forgiven, confesses his mistakes to his father in order to avoid punishment. Let us remember the words of the great Holy Thomas in his Summa Theologica, when we says that repentance is «a willed sorrow of our sins combined with the resolution to confess and to give satisfaction».

    Let us also remember the centurion's exclamations to Christos: "Master, I would like to follow you and be part of this community of faithful. How do I do that? I know I am a sinner and that I served a bad master, but please tell me how can I be forgiven!". It is then the reasoned part of the soul that forms our consciousness that is able to reveal to us the extent of our errors and feel the bitter pain and hate them. It is then necessary, like this repentant centurion, to make an examination of conscience as a preliminary to confession.

    However, I will distinguish two kinds of penitent behaviour which, to each one of them, is worth the sacramental grace of forgiveness. In both cases, repentance induces contrition, that is, expressing one's guilt and grief through words and promising to make amends and reparation for one's faults. It is only when the penitent openly accuses himself of his sins that God listens and forgives. A confession without an act of contrition will therefore be meaningless, for Christos addressing the repentant centurion, says well that "Thus, if your repentance is sincere, God will forgive you", highlighting clearly the need for contrition as condition to forgiveness.

    I will speak first of all of the sincere repentance before God and the firm resolve to no longer fall into the faults that we so often commit and which we eagerly wish to correct. And this is the hardest of the two, because it is a question of no longer existing for oneself, but for God. In other words, it is a matter of making one's passions die and showing a self-denial that can only be moved by such ardent love for God that one experiences extreme pain in disobeying him. On this point, here is what Jeandalf says: "When you start to hate what you did, it is because there is no good in what you did, and evil is the absence of good".

    I will then speak of repentance which, following Saint Thomas Aquinas, I will call «imperfect» or «occasional», in the sense that it only happens in particular situations. It is «imperfect» because of human nature, for it is man's nature to fall back into the mistakes that are so often made. Our soul is wounded in the moment and immediately the faults forgiven, the debt erased, the memory of pain flies away and the passions return. This one is the evil of the century, induced by acedia and demands that we wage a hard spiritual war against it and practice confession as often as possible.

    I will speak finally about another form of repentance, opposed to contrition, which is attrition. I say «opposite» in the sense that the motivations are not the same. While contrition comes from the pain induced by the offense done to God, attrition is formed by material and human regrets such as social shame or fear of divine punishment. One can legitimately wonder about the fruits generated by such repentance. It is certain that, motivated by something other than God's love, this one does not have the same results, because the child asks forgiveness to the father for himself and not for the latter. Yet, if they feel the pain of their sin, it is because their conscience, in other words the reason for their soul, has revealed their nature to them. Attrition is then a possible path towards contrition and, as such, cannot be the object of Church's contempt. Moreover, no one can contradict the fact that this is a true repentance, certainly motivated by bad things, but repentance before God all the same. The reason is therefore sufficient.


    Of the absolution as sacramental grace

    It is there, in the course of absolution, that God's love is most significantly manifested by flooding the sinner with His sacramental grace. Absolution brings about the full remission of all our past sins. God thus washes away the sins that weight on the soul and which endanger it with death. It is at this precise moment that we reborn again, spotless and pure from all sin, in a great grace that brings us the joy of being closer to God. In this sense, the sacrament of confession is the mirror of the sacrament of baptism. Let us remember the words of Christos giving absolution to the penitent centurion: "By the grace of the Eternal, I will wash you from your sins, girding you with water, source of life". Thus, we die, leaving our old sinful life to reborn to the divine light. The acquitted is then said in a «State of grace», that is, the state in which he was at his baptism, which is, in the image of what this admirable prophet pronounced: "A new birth among believers!". This is the power of confession: that of absolute forgiveness, of medicine that heals everything, of remedy which purifies the soul. Here is what His Eminence Aristokolès de Valyria says: «Confession produces immense miracles in the soul. Confession is a humiliation of our pride before the Majesty of God, it is the fertile furrow of salvation and probably the surest means of salvation. A soul that never confesses is a barren land. Confession makes us consider God's absolute forgiveness and shows us His amazing love: there is NO well-confessed sin that is not forgiven by the Most High.»

    However, a legitimate question remains, that needs to be clarified: Does the absolution come from the confessor who pronounces it? For it is he who receives, hears and speaks the words of the remission of sins.

    When Christos instituted the Apostles, he gave them the sacramental power through which God intervenes to distribute sacramental grace to mankind. I take as proof are the words that he himself said: "And you, let the faults committed by your flock be forgiven if they come to confess them to your ears, and that they are ready to do penance". The apostolic filiation thus constructed confers on Bishops, priests and deacons the capacity to be the relays through which God intervenes. From the baptism to the Extreme Unction, God's ministers distribute the sacraments in order to constantly nourish the souls of the faithful with beautiful and good things that will help them on their way to the Solar Paradise. Reasoning in this way, it is then given to God's ministers to be His instruments through which He listens and forgives. So to speak, the absolution given by the priest is not equivalent to the forgiveness given by the priest himself, but to the forgiveness granted by God. I therefore argue that if the priest is an essential piece in the act of confession, the sacramental relationship is above all between the penitent and God, and that absolution, if pronounced by the priest, is therefore given by God alone. Hence the fact that the word is essential in the sacrament of confession. The penitent must accuse himself of his sins and entrust them to God if he wishes to be cleansed of them. As Monsignor Ambroise de La Rochefoucauld-Champlecy emphasizes, verbal expression has great strength and, in confession, we find ourselves, by God's grace, placed in a particular situation, because we say things that we have never said before in our personal prayers. We are suddenly able to understand certain things more deeply and to express ourselves more openly. It is in this that much of the grace of confession resides. A secret thought can have great power over us, but when we find a way to make it explicit and talk about it, then it loses its power. The expressed word we bring to confession can have sacramental strength and grace of surprising healings.

    Nevertheless, the priest, being the ear and mouth of the merciful God, must exercise great discretion and a still greater secrecy concerning the confession of the sinner. First, because what is entrusted to God is entrusted to God alone and can only be repeated before Him alone; and secondly, because the repeated sin often leads the scandal that reflects not only on the sinner but also on the priest through whose mouth this scandal came. In this case, the priest would be guilty of breaking the secrecy of confession and, making little of the absolution given, would act as a blasphemer before the Eternal. In this case, he is the source of an even greater fault and which, putting his soul in danger of death, puts him irredeemably at the ban of the Church.


    Of the condition of penance and of the words of firm resolution

    Although absolute and irrevocable, absolution is conditional. By that I mean that it can only be effective on leaving the confessional once the debt has been repaired. Here is what Jeandalf says: Released from the sin, the sinner must recover the full spiritual health. He must therefore do something more to make atonement for his sins: he must "satisfy" or "atone" for his sins appropriately. This satisfaction is also called "penance".

    This consists of all the reparations that one must undertake on earth to earn Heaven's forgiveness. Let us, however, make no mistake about it being a secular debt, which is of little importance in God's eyes. I am speaking here of spiritual debts, that is, the scars of our offenses done to God that we must close again in order to be totally washed and purified. We must therefore undertake a penance, which God's minister determines according to the gravity of the sins. It is then once this is done that absolution becomes effective and that the memory of the faults fades forever and then one is assured of being fully forgiven by God. The words in Saint Titus' letter to Saint Helena underline this assertion. Here is what this venerable apostle and stone of the Church says: «Penance will be the status in which the sinner voluntarily place himself, having confessed to secure divine forgiveness. The fasting, the pilgrimage or else the charity must serve the repentant to submit to the forgiveness of the Merciful».

    Yet, reparation cannot be sufficient on its own without putting ourselves in danger of falling back into our mistakes and offending God again. For in the end, God does not seek that we sin less, but that we sin no more at all. At this level, two forms of penitences can be distinguished, both of which are of different orders. External penance, which is that of spiritual or material reparation for the faults committed, and the interior or heartfelt penance, which is that of firm resolution. This, induced by the resolution not to sin any more, implies a change of behaviour of the penitent by the mortification of his past mores. This is well underlined by Saint Hildegarde, because in fact, what better way to fight against the disease than by persevering in the purification of the evil that affects us? These are the words of this venerable Saint: «Listen then, O men, and do not lose sight of the entrance of the heavenly Solar Paradise; do not touch death; do not deny God, confessing to the devil; do not increase the number of your sins; do not diminish the merit of your virtues». It is then necessary to make a firm resolve to stop making ourselves sick and to fight against this evil will of which we are slaves and not masters. And in this, there is no better help than regular confession.


    Of a necessary regularity in the purification

    In comparing confession once again with the medicine of the soul, Saint Hildegarde explains that God «enjoins us to have regard for our health, telling us: Make sure to continue this medicine with care and perseverance, without disgusting yourself, because your injuries are serious». As Monsignor Ambroise de La Rochefoucauld-Champlecy explains to us, for Saint Hildegarde, the heart of man is sick and must open its door to a new heart. At each confession, he says, we accept that God gives us all the treasure of grace. Everything therefore starts from the contemplation of God's Love, from our understanding of the mystery. We can only face everything from there. Finally, he adds that we are invited to live, to do works of penance.


*Venial Sin: This type of sin is similar to a IG sin. It can disappear with a IG confession. This sort of confession (IG), is NOT considered a sacrament by the Holy Roman Aristotelian Church.
**Mortal Sin: This type of sin is similar to a RP sin. It can only disappear with a RP confession. Only this sort of confession (RP) is considered a sacrament by the Holy Roman Aristotelian Church.




Theological reflection written on the 20th day of August of the year of grace 1465 by His Eminence Arnarion of Valyria-Borgia

_________________
His Excellency NReis Ribeiro de Sousa Coutinho | Archbishop of Braga | Vice-Primate of the Kingdom of Portugal | General Secretary of the Roman Registers | Writer of the Saint Office | Translator on Villa San Loyats



Diploma Curso Professoral


Dernière édition par NReis le Dim Aoû 12, 2018 1:06 am; édité 1 fois
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
NReis
Cardinal
Cardinal


Inscrit le: 16 Mai 2012
Messages: 2685
Localisation: Chaves - Kingdom of Portugal

MessagePosté le: Sam Aoû 11, 2018 9:27 pm    Sujet du message: Répondre en citant



Citation:

    De la Confession


    La confession, parmi les sacrements institués par Christos et perpétués par la Sainte Eglise, est assurément un des plus beaux et des plus significatifs de l’amour de Dieu pour ses enfants. J’en veux pour preuve tangible la grâce surnaturelle que Dieu nous envoi pour la rémission de nos pêchés et qui, effaçant la dette du vieil homme, fait de nous des hommes nouveaux. Car c’est là toute la beauté du sacrement : Dieu, notre père créateur, mû par l’amour aussi ineffable et insondable pour ses enfants, cherche constamment à pardonner leurs égarements sans rien attendre en retour d’autre que l’expression de leur peine et la promesse de mieux se conduire à l’avenir.

    J’essaierai, à travers cette courte réflexion, construite d'abord par mes aînés à l'instar de leurs Éminences Jeandalf, Aristokolès de Valyria, tirée des enseignements de Saint Thomas, de Saint Titus et de Sainte Hildegarde, ensuite au travers des multiples débats théologiques nourris par les travaux entre autres de Messeigneurs Ambroise de La Rochefoucauld-Champlecy, Alboin de Valyria et Scolopius de Medici, éclairer sur ce qu’est le sacrement de la confession et quelles sont ses étapes importantes.

    J'emprunterai en toute humilité les saintes paroles du prophète Christos qui constituent d'admirables miroirs de sagesse et de rectitude sur le chemin de Dieu et qui permettront sans nul doute, d'apporter une clarté au propos que j'avance ci-après.


    De la confession comme remède pour l'âme malade

    Lorsque l'homme naquit au monde, il fut crée imparfait et soumis. Cette soumission tient pour partie le péché qui s'attaque perpetuellement à l'âme pour la perdre. Il existe une infinité de péchés qui sont d'autant d'offenses à Dieu et personnifiés par les anges déchus d'Oanylone. Je ne m'étendrais pas sur ce sujet, me contentant de reprendre les mots simples et clairs de Son Eminence Aristokolès de Valyria: «Le péché est une révolte contre le plan divin. C’est un acte mû non par la Vertu, mais par les Passions mauvaises de l’homme qui sont nombreuses. Le péché est un moment dans sa vie où l’homme a préféré une créature à son Créateur. Où il préfère l’amour désordonné de choses finies à l’amour raisonnable de l’Infini et de l’éternel. Sur un plan plus philosophique, on peut dire que le péché est le détournement d’un moyen pour le transformer en fin».

    Les principales sont la source des multiples ramifications du péché: de l’orgueil, de l'avarice, de la gourmandise, de l'envie, de la luxure, de la colère et enfin de l'acédie. Tous les hommes et les femmes, par l'imperfection qui caractérise le genre humain, y sont soumis et en commettent chaque jour, certains en pensée, d'autres en action, ou encore d'autres par omission. Certains sont commis en toute conscience tandis que d'autres le sont inconsciemment. La faute y est bien entendu plus grave dans le premier des deux cas. Ces fautes commises sont comme un poids pour l'âme et qui, s'accumulant, plonge non seulement dans un état de peine spirituelle, mais, par le lien entre l'esprit et le corps, plonge aussi dans un état de peine corporelle qui s'exprime par des malus et des incapacités physiques. Nous voyons donc bien en cela la nature maladive du péché : il est un mal qui ronge notre esprit et notre corps pour nous nous perdre. Cette maladie qui envahit et soumet l’âme entraîne l’homme à la mort, la vraie, celle de l’âme, l’éternelle et perpétuelle mort. Cette mort, c’est la séparation d’avec Dieu, malheur des damnés, qui pour leurs péchés ont perdu Dieu et l’infini. Mais, si tu as reçu une blessure, dit Sainte Hildegarde, demande le médecin, de peur que tu ne meures. Que l'homme fidèle examine son mal, et recherche le médecin, avant de tomber dans la mort. Ce médecin, c’est Dieu miséricordieux et le remède, c’est la confession.

    On peut diviser le péché en deux catégories: le péché véniel et le péché mortel. Le premier est de moindre importance et concerne les fautes secondaires, comme les myriades de petites offenses quotidiennes faites à Dieu. Celui-là, par sa relative légèreté, peut être nettoyé de l'âme par le confession pendant la messe*. Le second en revanche, est plus lourd en ce qu'il est un poids beaucoup plus important pour l'âme. Il relève directement des péchés capitaux et constitue de grandes offenses pour Dieu. Il met alors l'âme en péril de mort et ne peut être lavé que par le sacrement de la confession**.

    La confession est alors le remède apporté aux hommes par Dieu miséricordieux. Ce sacrement distribué, fait ainsi reculer la progression des péchés au sein de l'âme et permet de repartir sur de bonnes et saines bases réparatrices. C’est ainsi que Sainte-Hildegarde explique la confession « S'il examine son mal et va chercher un médecin, lorsqu'il l'a trouvé, il lui montre le suc amer du remède qui peut le guérir : ce sont les paroles sévères, pour éprouver si son repentir vient du fond de son cœur, ou procède de son instabilité. Lorsqu'il s'en est rendu compte, il lui verse le vin de la componction et de la pénitence, pour laver la sanie de ses blessures ; et lui offre l'huile de la miséricorde, pour oindre ses mêmes plaies, en vue de la guérison. »


    Du repentir nécessaire à la rémission des péchés

    Il est certain qu’une bonne confession ne peut se faire qu’à cœur ouvert et que la rémission ne peut se faire que si notre âme est consumée du désir ardent du repentir, tel un enfant qui espérant être pardonné, avoue ses fautes à son père afin d’éviter la punition. Souvenons-nous des paroles du grand Saint-Thomas au sein de sa Somme théologique, lorsqu’il dit que le repentir est «une douleur voulue de nos péchés jointe à la résolution de nous confesser et de donner satisfaction».

    Souvenons-nous aussi des exclamations du centurion à l'adresse de Christos: "Maître, je voudrais vous suivre et faire partie de cette communauté de fidèles. Comment dois-je faire ? Je sais que je suis pécheur et que j’ai servi un mauvais maître, mais je t’en prie dis-moi comment me faire pardonner!". C’est alors la partie raisonnée de l’âme que forme notre conscience qui est à même de nous dévoiler l’étendue de nos erreurs et en ressentir l’amère douleur et de les détester. Il est alors nécessaire, à l'image de ce centurion repentant, de faire un examen de conscience comme préliminaire à la confession.

    Toutefois je distinguerai deux sortes de comportement du pénitent et qui, à chacun lui vaut la grâce sacramentelle du pardon. Dans les deux cas, le repentir induit la contrition, c’est-à-dire exprimer par la parole sa douleur sa culpabilité et formuler la promesse de s’amender et réparer ses fautes. Ce n’est en effet que lorsque le pénitent s’accuse ouvertement à lui de ses péchés que Dieu écoute et pardonne. Une confession sans acte de contrition sera donc dénuée de sens, car Christos à l'adresse du centurion rependant, dit bien que "Ainsi, si ton repentir est sincère, Dieu te pardonnera. ", soulignant bien la nécessité de la contrition comme condition au pardon.

    Je parlerai en premier du sincère repentir devant Dieu et la ferme résolution de ne plus tomber dans les fautes que l’on commet si souvent et dont l’on souhaite ardemment se corriger. Et celui-là est des deux la plus dure, car il s’agit de ne plus exister pour soi, mais pour Dieu. Autrement dit, il s’agit de faire mourir ses passions et faire preuve d’une abnégation qui ne peut être mû que par un amour si ardent pour Dieu que l’on éprouve une douleur extrême à lui désobéir. Sur ce point, voici ce que dit Jeandalf: "Quand tu commences à détester ce que tu as fait, c’est qu’il n’y a pas de bien dans ce que tu as fait, et le mal est l’absence de bien."

    Je parlerai ensuite du repentir qu’à la suite de Saint Thomas d’Aquin, je nommerai « imparfait » ou « occasionnel », au sens où il n’arrive que lors de situation particulières. Il est « imparfait » du fait de la nature humaine, car il est bien le propre de l’homme de retomber dans les erreurs que l’on commet si souvent. Notre âme est blessée sur l’instant et aussitôt les fautes pardonnées, la dette effacée, le souvenir de la douleur s’envole et les passions reviennent. Celle-là est le mal du siècle, induit par l’acédie et demande qu’on mène un dur combat spirituel contre elle et pratiquer la confession le plus souvent possible.

    Je parlerai enfin d’une autre forme de repentir, opposée à la contrition, qui est celle de l’attrition. Je dis « opposé » au sens où les motivations ne sont pas les mêmes. Alors que la contrition provient de la douleur induite par l’offense faite à Dieu, l’attrition, elle, est formée par des regrets matériels et humains tels que la honte sociale ou la peur du châtiment divin. L’on peut s’interroger légitimement des fruits engendrés par un tel repentir. Il est certain que, motivé par autre chose que l’amour de Dieu, celui-ci n’ai pas les mêmes résultats, car l’enfant demande pardon au père pour lui-même et non pour ce dernier. Pourtant, s’ils ressentent la douleur de leur péché, c’est parce que leur conscience, autrement dit la raison de leur âme, leur a dévoilé leur nature. L’attrition est alors un possible chemin vers la contrition et à ce titre, ne peut être l’objet du dédain de l’Eglise. De plus, nul ne peut contredire le fait qu’il s’agit là d’un véritable repentir, certes motivé par de mauvaises choses, mais un repentir devant Dieu tout de même. La raison est donc suffisante


    De l’absolution comme grâce sacramentelle

    C’est là, au cours de l’absolution que l’amour de Dieu se manifeste le plus significativement en inondant le pécheur de Sa grâce sacramentelle. L’absolution entraine la rémission plénière de tous nos pêchés passés. Dieu lave ainsi les fautes qui pèsent sur l’âme et qui la mettent en péril de mort. C’est à cet instant précis que nous renaissons à nouveau, sans tâches et purs de tout pêché, dans une grande grâce qui nous vaut le bonheur d’être plus proche de Dieu. En ce sens, le sacrement de la confession est le miroir du sacrement baptismal. Remémorons-nous les paroles de Christos donnant l'absolution au centurion pénitent " Par la grâce de l’éternel, je vais te laver de tes péchés, te ceignant d’eau, source de vie. "Ainsi, nous mourrons, quittant notre ancienne vie de pécheur pour renaître à la lumière divine. L’absout est alors dit en « Etat de grâce », c’est-à-dire l’état dans lequel il était lors de son baptême, ce qui est, à l'image de ce que cet admirable prophète prononça: "Une nouvelle naissance parmi les croyants !". C’est bien cela le pouvoir de la confession : celui du pardon absolu, du médicament qui guérit tout, du remède qui purifie l’âme. Voici ce qu’en dit Son Eminence Aristokolès de Valyria : « La confession produit dans l’âme des miracles immenses. La confession est une humiliation de notre orgueil devant la Majesté de Dieu, elle est le sillon fertile du salut et probablement le plus sûr moyen de se sauver. Une âme qui ne se confesse jamais est une terre stérile. La confession nous fait considérer le pardon absolu de Dieu et nous montre son amour stupéfiant : il n’est AUCUN péché bien confessé qui ne soit pas pardonné par le Très-Haut. »

    Pourtant, une question légitime subsiste, qui mérite d’être clarifiée: L’absolution émane-t-elle du confesseur qui la prononce? Car c’est bien lui qui reçoit, écoute et prononce les paroles de la rémission des péchés.

    Lorsque Christos a institué les Apôtres, il leur a donné le pouvoir sacramentel par lequel Dieu intervient pour distribuer la grâce sacramentelle au genre humain. J'en veux pour preuve les paroles qu'il a lui-même prononcé " Et vous, que les fautes commises par vos ouailles leurs soient pardonnées si elles viennent les confesser à vos oreilles, et qu’elles sont prêtes à en faire pénitence." La filiation apostolique ainsi construite, confère en héritage aux Evêques, aux prêtres et aux diacres la capacité d’être les relais par lesquels Dieu intervient. Depuis le baptême jusqu’au viatique, les ministres de Dieu distribuent les sacrements dans les fins de constamment nourrir l’âme des fidèles de belles et bonnes choses qui vont l’aider lors de son chemin vers le Paradis solaire. Raisonnant ainsi, Il est alors donné aux ministres de Dieu d’être ses instruments par lesquels Il écoute et pardonne. Pour ainsi dire, l’absolution donnée par le prêtre n’équivaut pas au pardon donné par le prêtre lui-même, mais au pardon accordé par Dieu. J’avance donc que si le prêtre est une pièce essentielle dans l’acte de confession, la relation sacramentelle se fait surtout entre le pénitent et Dieu, et que donc l’absolution si elle est prononcée par le prêtre, est donnée par Dieu seul. D’où le fait que la parole est essentielle dans le sacrement de la confession. Le pénitent doit s’accuser de ses péchés et les confier à Dieu s’il désire en être lavé. Tel que le souligne bien Monseigneur Ambroise de La Rochefoucauld-Champlecy, l'expression verbale possède une grande force et, en confession, nous nous trouvons, par la grâce de Dieu, placés dans une situation particulière, car nous disons des choses que nous n'avions jamais dites auparavant dans nos prières personnelles. Nous sommes soudain capables de comprendre certaines choses plus profondément et de nous exprimer plus ouvertement. C'est en cela que réside en grande partie la grâce de la confession. Une pensée secrète peut avoir sur nous un grand pouvoir, mais lorsque nous trouvons un moyen de l'expliciter et d'en parler, alors elle perd son pouvoir. La parole exprimée que nous apportons à la confession peut avoir force de sacrement et grâce de guérisons surprenantes. »

    Néanmoins, le prêtre étant l'oreille et la bouche de Dieu miséricordieux, doit faire preuve d'une grande discrétion et d'un plus grand secret encore concernant la confession du pécheur. D'abord parce que ce qui est confié à Dieu, l'est à Dieu seul et ne saurait être répété que devant Lui seul; ensuite parce que le péché répété, bien souvent entraîne le scandale qui rejaillit non seulement sur le pécheur mais aussi sur le prêtre par la bouche de qui ce scandale est venu. En ce cas, le prêtre serait coupable de rupture du secret de la confession et, faisant peu de cas de l'absolution donnée, agirait en blasphémateur devant l'Eternel. En ce cas, il est la source d'une faute plus grande encore et qui, mettant son âme en péril de mort, le met irrémédiablement au ban de l'Eglise.


    De la condition de pénitence et du propos de ferme résolution

    Bien qu’absolue et irrévocable, l’absolution est conditionnelle. Je veux dire par là qu’elle ne peut être effective au sortir du confessionnal qu’une fois la dette réparée. Voici ce qu'en dit Jeandalf : Relevé du péché, le pécheur doit encore recouvrer la pleine santé spirituelle. Il doit donc faire quelque chose de plus pour réparer ses péchés : il doit " satisfaire " de manière appropriée ou " expier " ses péchés. Cette satisfaction s’appelle aussi " pénitence ".

    Celle-ci est constituée de l’ensemble des réparations que l’on doit entreprendre sur terre pour gagner le pardon du Ciel. Dégageons toutefois tout amalgame avec une dette séculière, qui n’a que peu d’importance aux yeux de Dieu. Je parle ici des dettes spirituelles, c’est-à-dire les cicatrices de nos offenses faîtes à Dieu que l’on doit refermer afin d’être totalement lavés et purifiés. Il nous faut donc entreprendre une pénitence, que le ministre de Dieu fixe suivant la gravité des pêchés. C’est alors une fois celle-ci effectuée que l’absolution devient effective et que le souvenir des fautes s’estompe à jamais et alors l’on est assuré d’être entièrement pardonné par Dieu. Les propos entretenus dans la lettre de Saint-Titus à Sainte Hélène soulignent cette assertion. Voici ce qu’en dit ce vénérable apôtre et pierre de l’Église : « La Pénitence sera le statut dans lequel se place volontairement le pécheur s'étant confessé pour s'assurer le pardon divin. Le jeûne, le pèlerinage ou encore la charité devront servir le repenti à se soumettre au pardon du Miséricordieux ».

    Pourtant, la réparation ne peut se suffire à elle-même sans que l’on se mettre en danger de retomber dans nos erreurs et d’offenser Dieu à nouveau. Car en fin de compte, Dieu ne cherche pas à ce que nous péchions moins, mais à ce que nous ne péchions plus du tout. A ce niveau, l’on peut distinguer deux formes de pénitences qui relèvent toutes deux d’ordres différents. La pénitence extérieure qui est celle de la réparation spirituelle ou matérielle des fautes commises, et la pénitence intérieure ou de cœur, qui est celle de la ferme résolution. Celle-ci, induite par la résolution de ne plus pécher, implique un changement de comportement du pénitent par la mortification de ses mœurs passées. Ceci est bien souligné par Sainte Hildegarde, car en effet, quel meilleur moyen pour lutter contre la maladie qu’en persévérant dans la purification du mal qui nous atteint ? Voici les mots de cette vénérable sainte « Écoutez donc, ô hommes, et ne perdez pas de vue l'entrée du céleste Paradis Solaire ; ne touchez pas la mort ; ne niez pas Dieu, en confessant le démon ; n'augmentez pas le nombre de vos péchés ; ne diminuez pas le mérite de vos vertus ». Il est alors nécessaire de prendre la ferme résolution de ne plus se rendre malade et de lutter contre cette volonté mauvaise dont nous sommes les esclaves et non les maîtres. Et en cela, il n’est pas de meilleur aide que la régulière confession.

    D’une nécessaire régularité dans la purification

    En comparant une nouvelle fois la confession à la médecine de l’âme, Sainte-Hildegarde explique que Dieu « enjoint d'avoir égard à sa santé, en lui disant : Fais en sorte de continuer cette médecine avec soin et persévérance, sans te dégoûter, parce que tes blessures sont graves. ». Comme nous l’explique Monseigneur Ambroise de La Rochefoucauld-Champlecy, pour Sainte Hildegarde, le cœur de l’homme est malade et doit ouvrir sa porte à un cœur nouveau. A chaque confession, dit-il, on accepte que Dieu nous remette tout le trésor de la grâce. Tout part donc de la contemplation de l’Amour de Dieu, de notre intelligence du mystère. On ne pourra tout affronter qu’à partir de là. Il ajoute enfin que nous sommes invités à vivre, à faire des œuvres de pénitence.


*Péché Véniel: Ce type de péché est similaire à un péché IG. Il peut disparaître avec une confession IG. Ce genre de confession (IG), n'est pas considéré comme un sacrement par l'Église Aristotélicienne Romaine.
**Péché Mortel: Ce type de péché est similaire à un péché RP. Il ne peut disparaître qu'avec une confession RP. Seule cette sorte de confession (RP) est considérée comme un sacrement par l'Église Aristotélicienne Romaine.




Réflexion théologique écrit le 20ème jour du mois d'août de l'an de grâce 1465 par Son Éminence Arnarion de Valyria-Borgia

_________________
His Excellency NReis Ribeiro de Sousa Coutinho | Archbishop of Braga | Vice-Primate of the Kingdom of Portugal | General Secretary of the Roman Registers | Writer of the Saint Office | Translator on Villa San Loyats



Diploma Curso Professoral
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Ce sujet est verrouillé; vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.    L'Eglise Aristotelicienne Romaine The Roman and Aristotelic Church Index du Forum -> La Bibliothèque Romaine - The Roman Library - Die Römische Bibliothek - La Biblioteca Romana -> Salle Trufaldinienne - Secondary room Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas voter dans les sondages de ce forum


Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com