L'Eglise Aristotelicienne Romaine The Roman and Aristotelic Church Index du Forum L'Eglise Aristotelicienne Romaine The Roman and Aristotelic Church
Forum RP de l'Eglise Aristotelicienne du jeu en ligne RR
Forum RP for the Aristotelic Church of the RK online game
 
Lien fonctionnel : Le DogmeLien fonctionnel : Le Droit Canon
 FAQFAQ   RechercherRechercher   Liste des MembresListe des Membres   Groupes d'utilisateursGroupes d'utilisateurs   S'enregistrerS'enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

[RP] Villa Von Frayner

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    L'Eglise Aristotelicienne Romaine The Roman and Aristotelic Church Index du Forum -> La place d'Aristote - Aristote's Square - Platz des Aristoteles - La Piazza di Aristotele -> Les faubourgs de Rome - The suburbs of Rome - Die Vororte von Rom - I Sobborghi di Roma
Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant  
Auteur Message
UterPendragon



Inscrit le: 12 Fév 2007
Messages: 11640

MessagePosté le: Mer Juin 04, 2008 8:15 pm    Sujet du message: [RP] Villa Von Frayner Répondre en citant

    Parmi les multiples bâtisses se dressant à Rome, autour de la place d'Aristote, l'une était souvent la proie d'une agitation on ne pouvait plus vive : l'hostel Von Frayner, autrement dit celui du très fol évêque de Toulon. Ce n'était qu'un simple bâtiment fait de pierre et de mortier donnant sur la superbe place, toutefois, il était suffisamment luxueux pour le vieil homme qui se contentait de relativement peu.

    Un bureau, une bibliothèque, une chambre ainsi qu'un petit salon composaient la structure de l'intérieur. Dans ce dernier étaient reçus assez régulièrement des personnalités religieuses ou temporelles que le vieux clerc avait eu l'occasion de croiser dans le passé. Un buste de Saint Grégoire se dressait par ailleurs en son centre, montrant ainsi l'appartenance du maître des lieux à l'ordre qui connut Eleazar de Béarn.

    Si une personne toquait à la porte, elle savait qu'elle serait reçue avec les honneurs nécessaires à sa personne, par ailleurs, celle-ci attendait les coups d'un invité particulier...

_________________
[list] Arrow Mort des cardinaux d'Azayes et von Frayner[/list:u]


Dernière édition par UterPendragon le Jeu Sep 03, 2015 12:09 am; édité 1 fois
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un e-mail Visiter le site web de l'utilisateur MSN Messenger
Eustaise



Inscrit le: 02 Mar 2008
Messages: 37
Localisation: Espalion, Comté de Rouergue

MessagePosté le: Jeu Juin 05, 2008 7:29 am    Sujet du message: Répondre en citant

Après plusieurs jours de galop à travers bourgs et campagnes, Eustaise estoit enfin arrivé dans la capitale spirituelle. Errant dans Rome en attendant qu'il soit une heure décente pour débarquer chez l'vieux théologue, il avait pu admirer la magnifique architecture de la cité.

Sept heures et demi, Eustaise frappa le heurtoir de bronze contre la lourde porte de chesne, entrée de l'hotel de Monseigneur Von Freyner...pas de réponse, mais la porte était ouverte. Le jeune diacre pris alors la décision de pénétrer dans les appartements de son ami et de l'y attendre.
Une foys à l'intérieur, il jetta sa lourde besace à costé de l'entrée et alla s'asseoir dans le salon.

_________________
"Lorsque les hommes sont amis, la justice n'est point nécessaire, mais quand ils sont justes, ils ont encore besoin de l'amitié."
Aristote
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé MSN Messenger
UterPendragon



Inscrit le: 12 Fév 2007
Messages: 11640

MessagePosté le: Jeu Juin 05, 2008 7:49 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Alors qu'Aimé était en tranquille lecture d'un ouvrage qu'il avait trouvé dans la bibliothèque Romaine, dans les archives les plus profondes, de comptes rendus de discussions entre Pouyss et Jeandalf, ces deux personnes qui avaient tant fait pour l'Eglise, il entendit des coups portés à la porte. Sursautant, quelque peu surpris de recevoir visite à cette heure, il regarda la fenêtre et aperçut qu'il serait d'ici peu six heures. Il se leva, sautant dans sa paire de poulaines, il se dirigea jusqu'à son miroir poli devant lequel il se recoiffa. Ceci fait, il sortit de la chambre.

Il entra ainsi dans le salon, où il fut surpris de voir qu'Eustaise était déjà installé. Il avait connu l'homme quelques temps auparavant, celui-ci l'intriguait, et il ne pouvait que reconnaître qu'il était fortement intéressé par ses thèses, bien qu'elles ne fussent vraiment très concordantes avec le dogme. Un sourire passa sur le visage de l'évêque lorsqu'il regarda le diacre de Laval, s'approchant de lui, il lui donna l'accolade en disant :


Quel plaisir de vous voir, cher ami ! Comment allez vous?
_________________
[list] Arrow Mort des cardinaux d'Azayes et von Frayner[/list:u]
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un e-mail Visiter le site web de l'utilisateur MSN Messenger
Eustaise



Inscrit le: 02 Mar 2008
Messages: 37
Localisation: Espalion, Comté de Rouergue

MessagePosté le: Jeu Juin 05, 2008 9:35 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Parcourant du regard les multiples toiles et tapisseries décorant la pièce, il ne vit point le propriétaire des lieux arriver derrière luy. Quand il se retourna et le vit, il ne pu s'empêcher de sursauter et de laisser s'échapper un petit cri.Puys, il reconnu le von Frayner. Alors, il se leva, un sourire s'esquissant sur son visage, se dirigea vers son camarade et en reçu l'accolade.
Passant sa main dans ses cheveux, il répondit au vielliard.


Tout le plaisir est pour moi, très cher Aimé! Je vais plutôt bien, malgré que ces-derniers jours de voyage m'aient éreinté. Mais vous, comment va vostre état de santé? Pas trop de mal?


En attendant la réponse de son hoste et sans le quitter du regard, il alla chercher un petit livre relié de cuir dans sa besace.

_________________
"Lorsque les hommes sont amis, la justice n'est point nécessaire, mais quand ils sont justes, ils ont encore besoin de l'amitié."
Aristote
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé MSN Messenger
UterPendragon



Inscrit le: 12 Fév 2007
Messages: 11640

MessagePosté le: Ven Juin 06, 2008 5:46 am    Sujet du message: Répondre en citant

Aimé était enchanté de revoir son cher ami, toujours de bonne humeur, cela lui faisait un bien fou. En effet, même si il paraissait dans une santé correcte, son corps avait été fortement endommagé par les combats auxquels il avait participé dans sa jeunesse, sans parler de la tentative d'assassinat à son encontre, dont il gardait une longue trace sur son épaule. De multiples estafilades marquaient son corps et surtout, il n'avait qu'un oeil. Il n'y pensait plus que rarement, s'étant habitué à lire avec un seul, et surtout à vivre avec cet unique partenaire. Chassant ces funestes pensées de son esprit, il répondit :

Le voyage jusqu'à Rome est toujours on ne peut plus fatigant, il faut dire aussi que les routes sont assez peu entretenues...
Pour ma part, je vais aussi bien que je pourrais aller... Je ne reçois plus beaucoup de visites, votre présence, de ce fait, m'enchante ! J'ai cru comprendre, dans les lettres que j'ai reçues de votre personne, que vous aviez quelque feuillets de la plus haute importance à me montrer...


Répondant à ses paroles, Eustaise sortit un petit ouvrage relié, Aimé avait une pointe d'impatience dans ses yeux, cette petite flamme qui naissait lorsqu'il découvrait un livre non encore lu.
_________________
[list] Arrow Mort des cardinaux d'Azayes et von Frayner[/list:u]
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un e-mail Visiter le site web de l'utilisateur MSN Messenger
Eustaise



Inscrit le: 02 Mar 2008
Messages: 37
Localisation: Espalion, Comté de Rouergue

MessagePosté le: Ven Juin 06, 2008 11:18 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Eustaise revint vers l'évesque de Toulon, le livre à la main, puys se réassit dans un confortable fauteuil face à son ami. Il reprit la parole.

Ces "feuillets", comme vous le dites si bien, sont en effet la cause de ma venue à Rome. Il s'agit en fait de la mise sur papier de mes réflexions sur la tolérance religieuse, et étant donné que l'on n'écrit pas un ouvrage dans le but de le garder pous soys-mesme, je viens vous le présenter, en espérant que vous le ferez parvenir à vos collègue du Sainct-Office. Cependant, qu'ils ne se fourvoient pas à penser que j'attends d'eux une officialisation de mes "Petites Réflexions sur la Tolérance".

Le jeune diacre tendit donc son essai à Uterpendragon.

Tenez, lisez, réfléchissez et dictes-moi ce que vous en pensez!

Citation:

« Petites réflexions sur la Tolérance » par Eustaise di Cavriaghi


Petite Introduction


A l’heure où l’on voit de plus en plus d’intégristes religieux, tels qu’Odoacre de Corinthe, en nostre Eglise Mère, il m’a semblé indispensable de publier mes réflexions sur la magnifique vertu qu’est la Tolérance, car il ne me semble pas que l’on puysse se dire Aristotélicien en étant intolérant, choses totalement incompatibles.
Je n’ignore pas les risques pris quant à la publication de cet ouvrage. Néanmoins, en ma qualité de diacre et de citoyen engagé, cet acte est à mon sens un devoir civique et c’est avec fierté que je le pose.

Petite définition du mot « Tolérance »

Pour commencer, une courte définition du terme « Tolérance » ne me semble pas inutile :
« La tolérance, du latin tolerare (supporter) est une attitude qui consiste à admettre chez autrui une manière de penser ou d’agir différente de celle qu’on adopte soi-même. Elle est considérée comme une vertu, car tendant à éviter les conflits. » Vicomte Robert de Milsète et son ami, le duc Wiki de la Pédia.

La Différence

Trop souvent, tentant ainsi d’agrandir le fossé séparant l’Aristotélisme et les aultres religions, les dirigeants de nostre Saincte-Eglise on insisté sur la différence, faisant passer celle-cy comme « maladie vicieuse de l’âme »*, sans jamais parler de la ressemblance, de ce qui aurait pu rapprocher les hommes malgré leur différence de confession. Pourtant, elle est bien présente !

Tout d’abord, nous sommes tous des hommes, fils du Très-Haut et devons donc aimer nos semblables en frères, mesme si ces derniers choisissent un chemin quelque peu différent du nostre. Ensuite, que l’on aie foy en n’importe quelle religion qui soit un minimum respectueuse de l’intégrité physique tant que morale de l’homme, nous partageons quasi tous les valeurs d’Amour de Paix et de Justice, marchons tous à la recherche de la Lumière, de la Vérité.

Peut-on alors alors condamner une personne juste, bonne, intègre et respectueuse d’autrui simplement parce que son chemin vers l’unique Vérité diffère ? Bien sûr que non !
Pourtant, c’est que l’E.A. fit, se mettant à la poursuite des « différents » qu’elle nomma « hérétiques » et défendant ses actes en disant empêcher ces homme transmettre le « crime spirituel »*, de souiller les bonnes âmes qu’ils auraient amenées en Enfer.
Premièrement, l’Enfer n’es qu’une création de l’Eglise ! En effet : aucun homme n’y a sa place car ne pouvant être totalement mauvais et ayant, de toute façon, droit à la dignité.
Deuxièmement, je trouve assez fort de persécuter ceux qui ont mis plus d’un sur le chemin de la Vérité, là où l’Eglise ne l’a pas fait, là où l’Eglise a manqué à son devoir.

*Petit Traité d’hérésiologie pratique, par Odoacre de Corinthe

La Vérité

La Vérité ne peut régner sans Amour, Paix, Justice et Tolérance et sa recherche doit estre le but de tout homme.

Toujours, la communauté aristotélicienne s’en est dite seule détentrice. A mon humble avis, soit elle s’est toujours fourvoyée, soit elle s’est mentie à elle-mesme.
La Vérité est une et nul homme en est le détenteur, le bout des multiples voies menant à celle-cy n’ayant jamais été atteint. Quant au institutions telles que l’Eglise…c’est encore moins le cas car une organisation, bien qu’elle puysse estre pensée, ne peut cependant penser et avoir de réflexions.

Dieu


Il n’y a qu’un unique dieu au monde, multi-facettes, mais commun à tous les hommes. Il est seulement représenté et honoré de façon différente en fonction des cultures. Pour les Spinozistes, il est nature, pour les Athés, il est l’homme en ce qu’il a de meilleur, pour les Aristotéliciens, il est Amour et Protection, mais il ne forme qu’un et est seul détenteur de la Vérité.

Petite Conclusion

Pourquoi ne peut-on estre Aristotélicien en étant intolérant ? D'une part car ce serait faillir à la recherche de la Vérité, d'autre par car ce serait un acte de blasphème, dénigrant une partie, une facette, un visage du Tout-Puissant.

En espérant vous avoir éclairé,mes enfants, continuons tous ensemble la longue marche vers la Vérité !

_________________
"Lorsque les hommes sont amis, la justice n'est point nécessaire, mais quand ils sont justes, ils ont encore besoin de l'amitié."
Aristote
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé MSN Messenger
UterPendragon



Inscrit le: 12 Fév 2007
Messages: 11640

MessagePosté le: Mer Juin 11, 2008 3:19 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Tandis que le vieil évêque prenait place, le jeune homme qu'il avait en face de lui quelques instants auparavant lui apportait des feuillets, qu'il prit avant de s'adresser de nouveau à son ami. Il était amusé que celui-ci lui ait fait porter cela, en personne, par ailleurs.

Bien bien...

Il commença la lecture, repérant ce qui ne lui convenait que peu, lorsqu'il eût fini, il commença à parler :

Tout d'abord, le fait de citer un prélat est assez contrevenant pour vous, je pense qu'il ne faudrait que l'éviter... Cela peut vous conduire à quelques soucis...

Citation:

Trop souvent, tentant ainsi d’agrandir le fossé séparant l’Aristotélisme et les aultres religions, les dirigeants de nostre Saincte-Eglise on insisté sur la différence, faisant passer celle-cy comme « maladie vicieuse de l’âme »*, sans jamais parler de la ressemblance, de ce qui aurait pu rapprocher les hommes malgré leur différence de confession. Pourtant, elle est bien présente !

Ne parlons nous pas de l'amitié, qui unit les hommes? Ne parlons nous pas de l'Amour? Que chacun a en lui ! Ne parlons nous pas de la capacité de parole? Tout ceci que l'être humain différencie des animaux, chacun l'a ! Quelles autres ressemblances voyez vous, autres que physiques?

Citation:
Peut-on alors alors condamner une personne juste, bonne, intègre et respectueuse d’autrui simplement parce que son chemin vers l’unique Vérité diffère ? Bien sûr que non !

Le chemin n'est pas le même, c'est cela ! Voyez vous, d'abord, nous nous efforçons, comme il nous a été appris, de remettre cette personne soit disant "hérétique" dans le juste chemin, si cela ne fonctionne pas, nous ne voulons pas que nos ouailles soient touchés, qu'ils soient perturbés...

Citation:
Premièrement, l’Enfer n’es qu’une création de l’Eglise ! En effet : aucun homme n’y a sa place car ne pouvant être totalement mauvais et ayant, de toute façon, droit à la dignité.

Aucun homme ne peut-être totalement mauvais, c'est exact, toutefois, le mal et le péché sont différents, une personne peut être rongée par celui-ci jusqu'à la moelle des os ! Et là, on peut présumer que la personne en question se retrouva vite fait bien fait dans les Enfers Lunaires.

Citation:
La Vérité est une et nul homme en est le détenteur, le bout des multiples voies menant à celle-cy n’ayant jamais été atteint. Quant au institutions telles que l’Eglise…c’est encore moins le cas car une organisation, bien qu’elle puysse estre pensée, ne peut cependant penser et avoir de réflexions

Seul Dieu est le détenteur de la vérité, et il la confère à l'Eglise. C'est du moins comme cela que je le conçois : celle-ci peut guider les Hommes, l'humanité dans le juste chemin, pour cela, elle ne peut ne pas connaître la Vérité, sinon nous n'irions nul part ! Et si jamais Elle ne la possédait pas, nous serions dans le péché de mensonge, et Dieu aurait agi depuis bien longtemps en détruisant l'Aristotélisme et l'Eglise.


Citation:

Pourquoi ne peut-on estre Aristotélicien en étant intolérant ? D'une part car ce serait faillir à la recherche de la Vérité, d'autre par car ce serait un acte de blasphème, dénigrant une partie, une facette, un visage du Tout-Puissant.

On peut être aristotélicien et tolérant, voyons ! La tolérance est bonne, mais utilisée avec tempérance.

Relevant la tête, il adressa à son ami une simple phrase :

Cet ouvrage risque de vous mener dans les geôles, mon cher ami... Vous connaissez la susceptibilité romaine, et je la comprends tout à fait, toutefois, il n'en reste néanmoins que suicide d'exposer vos convictions à Rome !
_________________
[list] Arrow Mort des cardinaux d'Azayes et von Frayner[/list:u]
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un e-mail Visiter le site web de l'utilisateur MSN Messenger
Eustaise



Inscrit le: 02 Mar 2008
Messages: 37
Localisation: Espalion, Comté de Rouergue

MessagePosté le: Mer Juin 11, 2008 8:18 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Eustaise avait écouté l'ancêtre avec attention, mais se trouvant en désaccord avec celuy-ci. Après quelques minutes de réflexion, il reprit la parole pour défendre les points non-appréciés par le von Frayner.

Tout d'abord, sachez que les soucis, je n'en n'ai aucune crainte, car si tel était le cas, je me serais contenté de garder ces écrits pour moi. Pour ce qui est de Monseigneur de Corinthe, je ne penses pas que cela luy pose un quelconque problème car assumant totalement ses positions.

Citation:

Ne parlons nous pas de l'amitié, qui unit les hommes? Ne parlons nous pas de l'Amour? Que chacun a en lui ! Ne parlons nous pas de la capacité de parole? Tout ceci que l'être humain différencie des animaux, chacun l'a ! Quelles autres ressemblances voyez vous, autres que physiques?


Certes, l'Eglise Aristotélicienne parle d'amour, d'amitié et de fraternité, mais s'appliquant juste entre les aristotéliciens. En effet, je ne penses pas que conduire un homme au buscher ou au chevalet soit preuve d'un quelconque amour...

Citation:
Le chemin n'est pas le même, c'est cela ! Voyez vous, d'abord, nous nous efforçons, comme il nous a été appris, de remettre cette personne soit disant "hérétique" dans le juste chemin, si cela ne fonctionne pas, nous ne voulons pas que nos ouailles soient touchés, qu'ils soient perturbés...


C'est justement le point sur lequel je suys assez critique ! Où est donc le problème à ce que le chemin soit quelque peu différent? Et en quoi vos ouailles seraient-elles perturbées de rechercher Lumière et Vérité? Surtout que si ces dernières choisissent un chemin différent, c'est que l'Eglise à failli à la mission qu'elle s'est attribuée...

Citation:
Aucun homme ne peut-être totalement mauvais, c'est exact, toutefois, le mal et le péché sont différents, une personne peut être rongée par celui-ci jusqu'à la moelle des os ! Et là, on peut présumer que la personne en question se retrouva vite fait bien fait dans les Enfers Lunaires.


Le Mal Absolu n'est pas humain...Je serois curieux de vous entendre me sortir le nom d'une de ces personnes "rongées par le Mal jusqu'à la moelle des os", comme vous dictes.


Citation:
Seul Dieu est le détenteur de la vérité, et il la confère à l'Eglise. C'est du moins comme cela que je le conçois : celle-ci peut guider les Hommes, l'humanité dans le juste chemin, pour cela, elle ne peut ne pas connaître la Vérité, sinon nous n'irions nul part ! Et si jamais Elle ne la possédait pas, nous serions dans le péché de mensonge, et Dieu aurait agi depuis bien longtemps en détruisant l'Aristotélisme et l'Eglise.


Je ne voys pas exactement les choses de la mesme manière que vous, très cher ami...Les hommes à la recherche de la Vérité, bien que ne l'ayant encore acquise totalement seraient donc dans le mensonge?
De plus, Dieu n'a pas conféré la Vérité à l'Eglise, il l'a simplement chargée de prêcher sa recherche, tout comme il l'a fait avec les multiples autres communautés religio-philosophiques dont mon livre traite.


Puys-je espérer vous avoir à présent convaincu de la pertinence et de la justesse de mes propos?
_________________
"Lorsque les hommes sont amis, la justice n'est point nécessaire, mais quand ils sont justes, ils ont encore besoin de l'amitié."
Aristote
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé MSN Messenger
Feue Ecaterina
Cardinal
Cardinal


Inscrit le: 22 Mai 2007
Messages: 3970
Localisation: Rome

MessagePosté le: Jeu Juin 12, 2008 9:17 am    Sujet du message: Répondre en citant

Ecaterina, que l'on connaissait aussi sous le nom de " la folle verte" arriva quelque peu echevelé devant l'imposant, le beaucoup trop imposant hostel d'Uter," l'Evêque à l'imposant hostel".

Elle essaya de trouver le carillon de la porte. Aprés plusieurs minutes à tâtonner entre les fioritures elle le trouva et le tira.

Un garde ouvrit aussitôt la porte.


- Veuillez avertir Uter que Ecaterina est à l'entrée et qu'elle souhait un rafaraichissement et une chaise. Merci.

_________________
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé MSN Messenger
UterPendragon



Inscrit le: 12 Fév 2007
Messages: 11640

MessagePosté le: Mar Juin 17, 2008 5:40 am    Sujet du message: Répondre en citant

Aimé hocha la tête aux paroles d'Eustaise, répondant toutefois à un point, après s'être autorisé quelques instants de réflexion. Sa voix respirait la foi et la justice, comme souvent lorsqu'il défendait l'Eglise.
Qui sont mieux que les princes démons à ce niveau là? Rongés jusqu'aux os, et encore, je me demande si ce n'est pas pire...

Concernant l'Amour, ce n'est pas d'un Amour comme cela que je parle, c'est un Amour au quotidien, envers chacun, le don de soi sans rien espérer en retour va de pair avec cela...

Comme j'ai dit dernièrement en place d'Aristote, la tempérance est mère de toute vertu...

Mon cher ami, vous ne m'avez qu'à moitié convaincu, mais sachez que je vous soutiendrai pour certains points qui me paraîtront justes, mais que je continuerai à discuter sur d'autres qui me paraissent moins exacts... Voyez vous? J'espère de tout coeur que votre présentation se fera bien...

Maintenant, si vous voulez bien m'excuser, quelqu'un vient d'arriver... beaucoup de monde hante mon Hostel ces derniers temps... cela en devient contrariant !


Il se leva et donna l'accolade à Eustaise, puis l'accompagna jusqu'à une porte menant sur la rue, après avoir écouté les réponses à ce qu'il avait énoncé.
Lorsque son ami fut sorti, il rejoignit l'entrée principale et vit avec surprise une silhouette féminine se dessiner devant la porte : Ecaterina. Il lui sourit et lui fit signe d'entrer :


Chère amie ! Quel plaisir de vous voir... que me vaut l'honneur?
_________________
[list] Arrow Mort des cardinaux d'Azayes et von Frayner[/list:u]
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un e-mail Visiter le site web de l'utilisateur MSN Messenger
UterPendragon



Inscrit le: 12 Fév 2007
Messages: 11640

MessagePosté le: Ven Jan 30, 2009 9:14 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Aymé n'était plus passé depuis une bien longue éternité en son hôtel, par chance, une ravissante Donna Italienne s'était acquittée du ménage, et il lui en savait bien gré. Ouvrant les volets, il posa quelques fleurs dans un vase qui s'en alla rejoindre la table du salon, puis fonça droit vers son bureau, saisit la plume et se mit à gratter vigoureusement le parchemin. Une jeune femme bien ambitieuse et qui ne cessait de le harceler avait comme projet de connaître tout Rome... Idée bien vaine, nous en conviendrons, mais le recteur de l'ordre grégorien respectait ses principes : l'Amitié et la Charité. Ainsi, il envoyait une lettre à l'évêque de Rhodez.

Citation:
Mon Frère,

Je vous convie en notre palais afin de vous entretenir d'un sujet qui semble, aux yeux de certains, d'une extrême importance. Une Dame qui semble intéressée par vos théories et la théologie semble avoir décidé de vous rencontrer...

Venez au plus vite...

Aymé.


Tout homme dont l'intelligence correspondait à celle d'Odoacre aurait compris qu'on avait besoin de lui... Ces derniers mots ressemblaient un peu à un "débarrassez m'en-en", non pas qu'il n'appréciât pas cette jeune femme, mais il avait malheureusement bien d'autres choses à faire que de faire connaître chaque prélat à Azuria.
_________________
[list] Arrow Mort des cardinaux d'Azayes et von Frayner[/list:u]
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un e-mail Visiter le site web de l'utilisateur MSN Messenger
Azura Xiloscient



Inscrit le: 08 Nov 2008
Messages: 203
Localisation: Angoulême

MessagePosté le: Sam Jan 31, 2009 12:22 am    Sujet du message: Répondre en citant

Azura arriva quelque jours après dans la demeure de monseigneur Aymé Von Frayer. On lui avait plus ou moins indiqué où se trouvé l'hostel, et, à force de tourner dans les faubourgs, elle était arrivé à le trouver...

Cela l'avait un peu embêté de demander ainsi à l'évêque de lui faire profiter de ses connaissances... Elle s'étaient dit à mainte reprise qu'elle n'aurait pas du faire cela, et attendre que les choses viennent à elle, que le Très-Haut juge bon de lui faire faire ses connaissances... Mais elle ne savait pourquoi,elle avait fait cela, et il était maintenant trop tard pour reculer...

Elle s'avança un peu timidement à travers le hall. Elle n'avait pas l'habitude des grandes demeures de Rome, elle qui était jusqu'alors resté cloîtrée à Angoulême... Par certains côté, elle regrettait de ne pas avoir plus voyager quand elle en avait l'occasion. Mais bon, il était trop tard pour les regrets... Et puis, elle avait trouvé sa voie, alors il n'y avait de toute manière aucun regret à avoir.

Ce ne fut pas ce qu'il empêcha de sursauter quand un serviteur en livré sembla se matérialiser à ses côtés et lui demanda qui il devait annoncer. Azura prit d'abord le temps de reprendre son souffle et de calmer les battements de son coeur, excité par la peur. Elle parvint tout de même à reprendre contenance et à dire :


"A... Azura Xiloscient, vicaire de Rochechouart. J'avais rendez-vous avec monseigneur Von Frayer. Il devait me faire rencontrer quelqu'un."
_________________
N'ayez pas peur du bonheur, c'est juste un bon moment à passer.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé MSN Messenger
Odoacre



Inscrit le: 12 Mai 2007
Messages: 5478
Localisation: Archevêque de Rouen

MessagePosté le: Dim Fév 01, 2009 12:50 am    Sujet du message: Répondre en citant

C'est alors que la bousculant presque, et faisant carrément chuter le serviteur en livrée, Odoacre passa d'un pas énergique sans même ralentir, puis ayant traversé tous le hall, le voilà qui se mit à crier à tue tête

Uter !!! Satané consécrateur !!! Simoniaque, où te caches tu ?

Le vieux Grec avait à la main le court billet qu'il venait de recevoir...
_________________
Primat de France, Archevêque de Rouen et Inquisiteur de la Foi
Odoacre est sur Twitter !
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur MSN Messenger
Onael d'Appérault



Inscrit le: 19 Avr 2013
Messages: 2832
Localisation: Flandres: Malines

MessagePosté le: Jeu Sep 03, 2015 12:30 am    Sujet du message: Répondre en citant

Alors qu'elle séjournait à Rome pour gérer les affaires de sa préfecture sur place, comme elle le faisait régulièrement, l'Archevêque d'Auch avait profité de croiser le "jeune Cardinal" comme l'avait appelé un de ses frères, pour lui demander de l'aide.
Et c'est en bon clerc que l'homme lui avait tendu la main...

Ainsi, de bon matin, elle s'était levée et avait quitté l'auberge où elle résidait pour arpenter les rues. La nuit avait été mauvaises, comme beaucoup d'autres ces temps ci.La jeune femme semblait se remettre difficilement du mal qui l'avait touché, et malgré les traits tirés et le teint pâle pour la saison, elle masquait le tout derrière un visage avenant, des sourires polis, et attirait l'attention plus par ses paroles que par son apparence, comme le lui avait appris sa défunte mère.
Les mains derrière le dos, le voile couvrant sa tête se levant au gré des petites brises qui s'engouffraient dans les ruelles sans pour autant atténuer la chaleur écrasante de l'été romain, la champenoise ne prêtait pas trop attention à ce qui l'entourait, l'esprit bien trop accaparée par ses tracas.

Ce ne fut qu'après bien des pas, et bien des coins de rues passés, qu'après avoir traversé la place d'Aristote sous un soleil qui se faisait de plus en plus mordant, à son apogée dans le ciel, qu'elle releva le menton et chercha des yeux la façade qu'on lui avait décrit quand elle s'était renseignée sur le lieu à rejoindre.
Elle reconnu alors la bâtisse au milieu des autres, et s'y dirigea pour se présenter sur le seuil.
Ses mains passèrent nerveusement sur ses habits pour en chasser la poussière et lui permettre de reprendre une certaine constance, avant de relever le menton et frapper du poing à la porte.

Quand on vint lui ouvrir, elle salua poliment le serviteur et s'adressa à lui


le bon jour.Pouvez vous annoncer Monseigneur d'Auch à Son Eminence Von Frayner?

Et de surprendre un frisson lui parcourir l'échine en prononçant ce nom qui ne passait plus ses lèvres depuis la mort de sa famille, alors qu'elle attendait qu'on la mène à celui qu'elle était venu voir.Elle en profita pour admirer la demeure, et notamment le buste de Saint Grégoire qui trônait là.
_________________
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé MSN Messenger
UterPendragon



Inscrit le: 12 Fév 2007
Messages: 11640

MessagePosté le: Ven Sep 11, 2015 2:02 am    Sujet du message: Répondre en citant

La Villa von Frayner avait pris un coup de vieux. Tout comme son propriétaire, aurait-on eu tendance à dire : et dans ce cas précis, point n'était besoin d'être mauvaise langue. Qu'il avait fière allure, cet antique vieillard dont le dos dessinait une courbe improbable, dont la barbe descendait en cascades sur le torse, dont les yeux avaient tendance à se clore si souvent que cela lui valait désormais la réputation du plus grand dormeur des royaumes. Mais depuis qu'il était revenu de sa longue sieste de quatre ans dans les caves de la province d'Arles, après y avoir été enfermé par l'un de ses facétieux neveux - maudits von Frayner ! - il avait ordonné la remise en état immédiate de cette villa qu'il appréciait, à quelques pas seulement du palais Saint Nicolas.

Ainsi, il se trouvait alors dans son petit jardin, véritable locus amoenus, du moins tel qu'il se le représentait : superbe de simplicité. Bien entretenu, une fontaine bucolique en son centre, il était bien évidemment loin de rivaliser avec ceux de ses confrères. Mais cette nature partiellement domestiquée et libre de s'épanouir à l'envi lui plaisait : il y trouvait une belle métaphore du Libre Arbitre, lorsque venait l'heure pour le maître des novices grégorien de faire une leçon de morale à quelque malheureux impétrant.

L'oeil était alors sévère, mais toujours plein d'une malice presque enfantine. Lorsqu'on lui annonça - il fallut s'y prendre à trois ou quatre reprises - l'arrivée de son invitée, il se leva, défroissa les plis de son vêtement, puis s'avança vers le vestibule. A la vue d'Onael, il sourit : sa jeunesse avait quelque chose de rafraîchissant, et il éprouva soudain quelque sentiment paternel.


    Ma soeur, je vous souhaite la bienvenue en ce lieu. Enfin, en réalité, sans doute ne le devrais-je pas, car c'est une évidence. Vous êtes ici chez vous.


La phrase n'était pas dite à la légère. Le patriarche von Frayner avait toujours eu grand souci de sa famille. D'un geste, il désigna le salon jouxtant la pièce :

    Je vous montrerai tout cela en son temps. Je vous en prie, suivez-moi et prenez place. Vous êtes conviée à ma table pour le dîner, mais il est encore tôt, et d'ici-là, nous avons tout le loisir de nous entretenir. Avez-vous fait bonne route ?


Son regard gris se posa de nouveau sur Onael, tandis qu'il prenait place, empreint d'une bienveillance teintée à travers laquelle on pouvait lire une once d'interrogation. En sus de son souci véritable pour les âmes humaines, et plus encore pour celles de ceux qu'il estimait, son âge ne lui avait rien fait perdre de sa curiosité d'antan : il avait simplement appris à la dissimuler. Un peu.
_________________
[list] Arrow Mort des cardinaux d'Azayes et von Frayner[/list:u]
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un e-mail Visiter le site web de l'utilisateur MSN Messenger
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    L'Eglise Aristotelicienne Romaine The Roman and Aristotelic Church Index du Forum -> La place d'Aristote - Aristote's Square - Platz des Aristoteles - La Piazza di Aristotele -> Les faubourgs de Rome - The suburbs of Rome - Die Vororte von Rom - I Sobborghi di Roma Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas voter dans les sondages de ce forum


Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com