L'Eglise Aristotelicienne Romaine The Roman and Aristotelic Church Index du Forum L'Eglise Aristotelicienne Romaine The Roman and Aristotelic Church
Forum RP de l'Eglise Aristotelicienne du jeu en ligne RR
Forum RP for the Aristotelic Church of the RK online game
 
Lien fonctionnel : Le DogmeLien fonctionnel : Le Droit CanonLien fonctionnel : Le Réseau
Lien fonctionnel : Le ParcheminLien fonctionnel : Les Registres
 FAQFAQ   RechercherRechercher   Liste des MembresListe des Membres   Groupes d'utilisateursGroupes d'utilisateurs   S'enregistrerS'enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Discours sur la charité

 
Poster un nouveau sujet   Ce sujet est verrouillé; vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.    L'Eglise Aristotelicienne Romaine The Roman and Aristotelic Church Index du Forum -> La Bibliothèque Romaine - The Roman Library - Die Römische Bibliothek - La Biblioteca Romana -> Salle Trufaldinienne - Secondary room
Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant  
Auteur Message
Sainte Wilgeforte



Inscrit le: 17 Juil 2009
Messages: 6071

MessagePosté le: Jeu Mai 20, 2010 8:41 pm    Sujet du message: Discours sur la charité Répondre en citant




    Discours sur la Charité


    Quel doit être la place de la charité dans la vie d'un Aristotélicien ? Et comment la mettre en œuvre la plus concrètement possible et la plus efficacement possible ?


    • Qu'est-ce que c'est la charité?


      La charité est la traduction, dans notre vie quotidienne, de notre engagement envers les autres, de notre amour des autres. Elle se définit comme l'acte de donner à autrui ce dont il a besoin et vise l'équité entre tous au sein de la communauté. C'est ce que nous indique le chapitre deux de l'ouvrage "De l'éducation de François de Gêne et de la découverte d'Aristote".

      Citation:
      S’éloigner de Dieu était s’éloigner de la vertu. S’éloigner de la vertu était s’éloigner des fondements de la société des hommes et de ses lois.

      Ainsi il reconnaissait la grandeur d’âme de certains, et, en demandant l’aumône , en conséquence il faisait appel à la communauté Aristotélicienne dans son ensemble, à la charité universelle de l’Eglise et des fidèles. Sa survie ne dépendait que de la communauté, il remit ainsi toute sa confiance, sa vie même entre les mains des Hommes, entre les mains de Dieu.



    • Pourquoi la Charité est-elle importante?


      La charité est importante parce que Dieu nous a donné la vie. A travers le livre de vertus, nous apprenons que nous sommes particuliers à Ses yeux et qu'Il nous aime.

      Le Livre des Vertus, Livre 1 : Le mythe Aristotélicien, La création - Chapitre VII : L’amour a écrit:
      C’est pour cela que Tu as donné des talents plus beaux les uns que les autres à toutes Tes créatures. Chacune d’elles a sa place dans Ta création. Son talent permet à chacune d’elles de la trouver. De ce fait, il n’y a pas de créature préférée de Toi, ô Très Haut. Nous sommes toutes pareillement aimées par Toi et nous nous devons tous t’aimer en retour. Car, sans Toi, nous n’existerions pas. Tu nous a créé alors que rien ne t’y obligeait et nous nous devons de t’aimer pour te remercier de ce geste.


      Dieu a été le premier à faire un acte de charité envers nous. Nous avons rejeté son amour mais il ne nous a pas rejetés. Il a envoyé Aristote et Christos pour nous ramener vers Lui et, c'est la raison pour laquelle nous devons faire œuvre de charité entre nous, êtres humains. En faisant cela, nous Le remercions pour tous les merveilles qu'Il a créé pour nous. Dieu a aussi donné la vie aux animaux, mais ils ne pratiquent pas la charité. Il a donné à toutes les créatures différents talents pour leur servir de différentes manières.


    • Comment pratiquer la charité ?


      La notion de charité passe par la vertu du don de soi comme nous l'indique Saint Miguaël.

      "Le Livre des Vertus, Livre 1 : Le mythe Aristotélicien, Les Archanges : Hagiographie de Saint Miguaël a écrit:
      « Ô Dieu Très-Haut,
      Père de l’humanité
      Et Toute-Puissance divine,
      Ferme mes oreilles
      Aux tentations
      Et ouvre mes yeux
      A l’amour sans fin que tu me donnes,
      Que je puisse donner à ceux qui doivent recevoir,
      Aimer ceux qui doivent l’être,
      En sachant toujours,
      Que si je n’étais pas là,
      Quelqu’un d’autre serait là pour le faire
      Car c’est Toi qui parle par ma bouche
      Et qui œuvre par mes mains.

      Pardonne à mon frère et à tous les autres
      Ils ne savent pas ce qu’Ils font. »


      Le don de soi est le fondement de l'acte charitable, donner à ceux qui en ont besoin, sans attendre quoi que ce soit en retour. C'est en raison de l'amitié et de l'amour que nous portons à nos pairs que nous nous comportons ainsi, que nous donnons aux autres.

      La charité se pratique à tous niveaux comme, par exemple, embaucher un vagabond pour 18 écus alors que ce salaire pourrait payer un travailleur bien plus qualifié. Elle peut encore se manifester en donnant aux mendiants au sortir de l'office mais aussi en proposant des produits à faible prix sur le marché. La charité peut aussi bien se manifester dans l'attitude que nous avons à l'égard des âmes perdues que nous pouvons éclairer et aider.


    • Quelques problèmes inhérents à la notion de charité


      La question de la charité, si elle n'est pas pratiquée vertueusement, peut poser problème. Si les motivations premières sont erronées, qu'elles ne sont pas purement vertueuses, la charité à plus à voir avec un acte d'orgueil et d'intérêt personnel.

      Ch IV: De sa rencontre avec le pape a écrit:
      François lui expliqua alors que l'ennemi de l'Eglise n'était pas extérieur mais intérieur. Tout ce qui en nous nous empêchait d'être l'ami de notre prochain était notre véritable ennemi. Il fallait donc réveiller partout l'amitié qu'Aristote nous avait si bien enseigné et dont Christos nous avait montré l'exemple à la lumière de Dieu.


      C'est pourquoi il faut garder en tête la vertu du don de soi, l'amitié et l'amour. Seuls ces principes seront garants d'un acte charitable, toute autre considération menant au péché déguisé sous les atours d'une bienséante charité.

      Si on veut donner de l’argent par charité, cela pose un problème matériel car il faut des moyens financiers. Donc, comme en toute chose, il nous faut suivre les préceptes d'Aristote et être modéré, même dans la charité. Cela ne fait qu'appuyer l'acte que nous produisons, la charité mesurée devient alors moins risquée et évite bien souvent à l'homme de se perdre en des considérations douteuses et pécheresses.


    • La charité, une question de bonheur ?


      L'acte de charité devrait rendre heureux celui qui donne et celui qui reçoit. Mais, l'acte de charité à plus à voir avec la justice qu'avec la notion de bonheur. Celui qui donne cherche à rendre justice et à rendre la vie de celui qui reçoit, plus équitable. C'est là qu'il faut y voir la notion de bonheur, tous deux devraient être heureux que cela concoure à rendre la vie plus juste. Par exemple, si, après des jours de maladie, une personne a faim. Si elle ne possède que peu d'argent, il lui faudra acheter bon marché afin de recouvrer ses forces. Elle sera heureuse de pouvoir trouver de la nourriture peu chère au lieu d'acheter des aliments coûteux. Celui qui a donné, en vendant à moindre prix et en rognant sur ses bénéfices, sera heureux parce qu’il a aidé un malade à retrouver la santé. Tous deux auront contribué à rendre plus juste la vie au sein de la communauté, l'un en pratiquant le don de soi, et l'autre, en acceptant et en remerciant celui qui l'a aidé.


    • Quel doit être la place de la charité dans la vie d'un Aristotélicien ?


      Il n'y a pas d'échelles de valeurs particulières, nous devons veiller à cultiver chacun, avec constance et conscience, la recherche d'un juste milieu ainsi que St François nous l'enseigna.

      Ch III: De l'enseignement de St-François a écrit:
      François passait donc une grande partie de son temps à étudier et à enseigner. Il lui semblait important de toujours pratiquer les deux. En effet, il aimait à rappeler qu'Aristote nous met en garde contre les tendances extrêmes, et que pour lui la vertu se trouve dans un juste équilibre. Qui pourrait avoir l'orgueil de prétendre tout connaître ? Qui serait assez sot pour prétendre ne rien connaître ? Ainsi François aimait à recueillir autant qu'à dispenser. Combinant la légitime fierté du maître et la nécessaire humilité de l'étudiant, il avait trouvé le juste milieu.


      Christos nous a montré le chemin vertueux pour atteindre le paradis solaire, ainsi, l'acte de charité contribue-t-il à notre salut personnel. En plus de cela, il contribue aussi à l'amélioration de la vie dans la cité, et par ce biais, il améliore le quotidien de tous, rendant la vie plus juste.


    • Comment la mettre en œuvre la plus concrètement possible et la plus efficacement possible ?


      Nous devons garder à l'esprit la finalité notre propre conception de la vie. C'est à nous de choisir si nous voulons pratiquer la charité ou non, mais nous devons comprendre que ce que nous faisons pour les autres, ces derniers nous le rendrons. Seul, l'homme ne peut compter sur aucune solidarité. Dans la communauté, et par l'amitié, l'homme peut compter sur son prochain pour l'aider en cas de besoin. Au travers de notre propre comportement, nous pouvons choisir de pratiquer le don de soi et faire preuve de charité.

      Relisons St François qui évoque comment l'homme doit se réaliser dans la cité en vivant avec les autres :

      Ch III: De l'enseignement de St-François a écrit:
      Mais il ne dédiait pas tout son temps à la connaissance et à l'érudition au sein de l'académie. Cela lui semblait contraire au message aristotélicien. Voici ce qu'il en ressort lors d'un autre dialogue :

      - Maître, pourriez-vous m'aider pour un problème d'éthique ?
      - Désolé, mais il est temps pour moi d'aller en ville accomplir la partie séculière de ma tâche.
      - Mais, maître, votre temps est trop précieux pour être dilapidé dans le siècle !
      - Finalement, je pense que je vais te donner quelques conseils. Tu en as besoin. Que nous apprend Aristote par rapport à l'homme et à la cité ?
      - Il dit que l'homme doit prendre part aux affaires de la cité.
      - Tu vois, tu le sais ! Alors pourquoi ne pas le mettre en pratique ?
      - Mais ce que nous faisons ici est utile à la cité.
      - Certes, je vois que tu n'es pas idiot. Mais quel serait la force de notre message si nous ne sortions jamais de ces murs ? Le peuple a besoin de nous, la Cité a besoin de nous. C'est un devoir pour tout homme de participer à la cité selon ses moyens. Et notre éducation nous donne de grands moyens. Aussi devons-nous régulièrement sortir et maintenir le lien avec la cité.
      - Vous condamnez donc l'érémitisme ?
      - Ce n'est pas à moi qu'il convient de condamner. Mais je réprouve totalement ceux qui pensent attendre Dieu dans l'isolement. Christos a-t-il choisi de s'isoler ? Bien sur que non ! Ce qu'Aristote préconisait, il l'a fait. Ce que la raison commande, la sagesse l'applique.
      - Mais alors à quoi servent les monastères ?
      - Tu passes d'un extrême à l'autre ! Il convient de trouver la voie médiane entre isolement et immersion dans le siècle. Et cette voie médiane peut être différente pour chacun, même si elle est forcément limitée par des extrêmes à ne pas franchir. Le recueillement dans le silence de la Règle est utile à la réflexion, et donc à l'application de la Vertu dans le Siècle. Et la connaissance du Siècle est un socle pour une réflexion qui ne sombre pas dans les abimes de l'abstraction.


      Nous voyons bien que pour être charitable, il faut vivre avec les autres et participer à la vie de la communauté.
Rédigé par l'abbé Blazingfast avec l’assistance de monseigneur Bender.B.Rodriguez
_________________
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Ce sujet est verrouillé; vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.    L'Eglise Aristotelicienne Romaine The Roman and Aristotelic Church Index du Forum -> La Bibliothèque Romaine - The Roman Library - Die Römische Bibliothek - La Biblioteca Romana -> Salle Trufaldinienne - Secondary room Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas voter dans les sondages de ce forum


Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com