L'Eglise Aristotelicienne Romaine The Roman and Aristotelic Church Index du Forum L'Eglise Aristotelicienne Romaine The Roman and Aristotelic Church
Forum RP de l'Eglise Aristotelicienne du jeu en ligne RR
Forum RP for the Aristotelic Church of the RK online game
 
Lien fonctionnel : Le DogmeLien fonctionnel : Le Droit Canon
 FAQFAQ   RechercherRechercher   Liste des MembresListe des Membres   Groupes d'utilisateursGroupes d'utilisateurs   S'enregistrerS'enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

[RP] Palazzetto Minerva

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    L'Eglise Aristotelicienne Romaine The Roman and Aristotelic Church Index du Forum -> La place d'Aristote - Aristote's Square - Platz des Aristoteles - La Piazza di Aristotele -> Les faubourgs de Rome - The suburbs of Rome - Die Vororte von Rom - I Sobborghi di Roma
Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant  
Auteur Message
Ellesya



Inscrit le: 29 Sep 2008
Messages: 1405
Localisation: Dieu seul sait où.

MessagePosté le: Dim Aoû 26, 2018 8:51 pm    Sujet du message: [RP] Palazzetto Minerva Répondre en citant

Le palazzetto Minerva devait son nom à la plazza della Minerva qu’il bordait en compagnie de l’Eglise S. Maria in Minervum (oui, encore) et du palazzo Fonseca. En regardant entre les deux palais, à droite celui de la comtesse et à gauche, son vis-à-vis, apparaissait l’antique Panthéon. Aussi, n’y avait-il aucune raison de se plaindre. Loin de là. La faveur octroyée était savourée.
Comme il était aisé de le deviner un temple se dressait là à une époque antérieure, avant que des religieuses n’investissent les lieux et bien plus tard des dominicains. Pompée en avait été le commanditaire mais notre Ellesya l’ignorait.
Au centre de la place se dressait un obélisque de granit rouge que les dominicains avaient mis en place après l’avoir trouvé dans le jardin du monastère attenant à l’église. Sur celui-ci était renseigné les noms des dieux Atoum et Neit. Cette dernière étant la correspondance égyptienne de Minerve.






Le petit palais avait été choisi par l’ancienne secrétaire pontificale sur un bête coup de cœur dû à son nom. Minerve… « Minerve » (oui, Minerve ad nauseam !) qui avait été l’une des marches héraldiques de sa génitrice. La première de cette lignée. Un récit familial contait comme le Wulfen et la Louve avaient opté pour ce nom, mais il n’en était point question ici. Quoiqu’il en soit, les plus anciennes réminiscences du chevalier, fille de chevaliers, nièce de … (bon, je ne vais pas vous refaire le même coup) revêtaient les odeurs équines, les oriflammes battant dans le vent, le son assourdissant d’une armée en goguette, les frissons en tribune et ces petits blasons de bois peints par sa mère avant les tournois qu’elle arbitrait pour que l’enfant qu’elle était encore puisse piocher à l’aveugle les duels à venir. Et à chaque fois, Sya avait le droit de les garder. Des années plus tard, elle les avait offerts à son neveu et filleul, Gaïlen. Seul Dieu savait ce qu’ils étaient devenus.

Cagli n’avait donc découvert les lieux que par la suite. Peu importait que ce soit une ruine ou une demeure à la dernière mode. Ce serait chez elle, d’autant qu’elle souffrait de moins en moins la France. Contrairement à ce que l’on croyait, l’aînée des Louveterie et Arduilet n’était pas française mais aristotélicienne. Ainsi avait-elle été élevée à dessein. Ironique pour un Chevalier de France.

Le palais dont elle avait franchi le seuil était somme toute très habitable, car fort neuf, mais ce ne serait que quelques mois plus tard qu’elle l’investirait car maints travaux de rafraichissements, d’ornements, de praticité lui avaient assailli l’esprit au gré de sa flânerie de salle en salle.

Aussi fut-ce une demeure flambant neuve qu’elle redécouvrit au terme des travaux.
Les fresques, loin du style français ou impérial, avaient été ravivées. Le jardin central avec ses quelques plages arborées et garni d’une fontaine s’était vu surmonté d’une statue représentant Sainte Kyrène. Du moins serait-ce ce qu’en dirait l’hôtesse avec un léger sourire. La force et l’intelligence devaient en émaner.
En lieu et place des armoiries familiales, des chouettes avaient accueilli le visiteur, clin d’oeil encore.

Des appartements à la mode romaine offraient confort et qualité à la mesnie et aux visiteurs. Ellesya avait délaissé la vue sur la plazza pour s’épargner le risque de bruit et profitait de la vue sur la coupole du panthéon. Un retour en la Cité Eternelle pour reprendre son ouvrage trop longtemps délaissé, agrémenté de milles autres démarches.
Et quelques visites, dont celle de Montegridolfo.

_________________

[hrp : Hors français et allemand, les traductions viennent de Reverso.]
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur MSN Messenger
Nerval



Inscrit le: 31 Oct 2015
Messages: 55

MessagePosté le: Mer Oct 03, 2018 9:27 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Elle lui l'avait proposé plusieurs fois mais il n'avait jamais osé franchir le pas. Non seulement en général il aimait rester chez lui mais en plus lors de ses visites à Rome il prévoyait toujours de repartir en son fief de Concordia.

Mais voila qu'alors que le début d’après midi se faisait, le travail venait d’être terminé ce qui ne lui était jamais arrivé auparavant. C'est ainsi qu'il se retrouva à déambuler dans les rues comme il le faisait dés qu'il avait du temps. Ici les anciens édifices étaient courants et les demeures luxueuses et calmes pullulaient à foison.

Et c'est après être rentré dans l'Eglise Maria in Minervum que l'invitation lui revint. Il lui semblait bien que son amie lui avait indiqué cette Eglise. Et c'est les mains dans les poches, enfin quasiment qu'il se présenta chez Ellesya. Pour le coup il n'avait pas prévu d'offrande pour ce salut amical.

Se présentant à la porte.


Veuillez annoncer le Palatin je vous prie.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Ellesya



Inscrit le: 29 Sep 2008
Messages: 1405
Localisation: Dieu seul sait où.

MessagePosté le: Mar Oct 09, 2018 12:07 am    Sujet du message: Répondre en citant

« Les choses les plus attendues arrivent souvent par surprise. »
- P. Lemaître -



Ellesya enfilait ses bottes en prévision d’une sortie lorsqu’on lui annonça « le Palatin ». Mine surprise, moue dubitative. Les deux talons claquèrent contre le sol en s’y rejoignant. D’une main, la comtesse rabattit la soie sur ses jambes mais ne se releva pas immédiatement.

Depuis quand mon cadet se présente-t-il ainsi ? D’ailleurs… depuis quand se présente-t-il tout court icelieu ?

C’est qu’entre l’aînée et le plus jeune de la fratrie, cela faisait des années que nul amour fraternel exemplaire n’avait fleuri. Aussi le comte palatin de St Jean de Latran n’était jamais venu en cette demeure et elle n’avait jamais songé à lui adresser une invitation formelle. Même s'il y était le bienvenu.

Le serviteur ayant tout de même déjà observé la trogne auburn du frère sur un des portraits d’une galerie précisa toutefois qu’il ne pensait pas qu’il s’agisse de la « merveille » mais d’un tiers. Et c’est là qu’il s’était mis à bégayer en dansant sur un pied puis sur l’autre dans un mélange de moins en moins compréhensible de français et d’italien car devant l’assurance du visiteur, il n’avait pas eu l’ose de demander des précisions sur quel « palatin ».
Sya ne songeant jamais à lui sous cette titulature, elle ne fit pas non plus le rapprochement. Aussi, vêtue à la mode florentine dans de riches étoffes dont elle faisait faire le commerce – ce jour dans les tons améthystes pourfilés d’argent -, elle débarqua sans faire attendre plus longtemps l’homme qui avait été installé dans une antichambre confortable donnant vers la place.

De surprise, la romaine bloqua net sur le seuil. Convié il l’avait été, il y avait un certain temps. Mais elle n’avait jamais imaginé qu’il viendrait malgré tout ce qu’elle avait pu préparer en vue de cette illusoire présence.
Le « oh » de surprise, muet, découvrit un sourire un peu hésitant puis tout bonnement éclatant. Les quelques mètres furent franchis avec une leste célérité et il n’eut pas le temps de s’enfuir devant cet assaut qu’elle avait déjà attrapé une de ses mains entre les siennes.


Je ne pensais jamais vous voir répondre à mon invitation, Nerval !
Cette surprise va éclairer ma semaine à tout le moins.


Bien plus en fait, mais nul besoin de le préciser. S’il avait cru qu’elle avait parlé à la légère par le passé, il apprendrait bientôt aussi que cela n’avait pas été le cas.

Bienvenue !
J’ose croire que les compagnes de Minerve vont ont fait bon accueil sur le perron. Sûrement plus sobre que le mien.
Vous pourrez ajouter mes mauvaises manières à votre habituelle taquinerie sur mon titre, cela nous changera.


Tandis qu’elle babillait avec un enthousiasme peu courant ces dernières années, de petites mains apportèrent de quoi se désaltérer et couper la faim.

Comment allez-vous ? Que faites-vous à Rome ? Restez-vous ? Voulez-vous boire quelque chose ?

La walkyrie mélancolique avait laissé place, temporairement au moins, à celle qui fut la princesse de Menthon St Bernard. Soucis dissipés. Les iris gris bleus des ciels de pluie brillaient par cette simple surprise qui bousculait l’ordinaire dans lequel elle se tenait désormais enfermée.
_________________

[hrp : Hors français et allemand, les traductions viennent de Reverso.]
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur MSN Messenger
Nerval



Inscrit le: 31 Oct 2015
Messages: 55

MessagePosté le: Mer Oct 24, 2018 8:26 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Était-ce un relent de chevalerie mais la voila qu'elle le nommait Nerval comme ça directement. Pour une fois il ne le prit pas mal du tout. Sa venue semblait lui bien plus plaisir qu'il ne le pensait. Pour lui elle avait lancé ça comme ça sans y réfléchir, comme une invitation polie mais le Palatin s'était trompé. L'invitation était semble-t-il sincère bien qu'elle exagérait dans ses propos.

Ne vous inquietez pas un seul instant l'accueil était plus que parfait je n'ai rien à en redire. Je... dois les noter ou ma réponse vous suffit?

Et la voila qu'elle lui envoyait une volée de questions sans qu'il ne puisse placer un mot entre. Il plissa les yeux fort amusé, il ne se doutait pas un instant qu'elle pouvait être ainsi mais c'était d'autant plus agréable d’être surpris de la sorte.

Alors... je récapitule...

Prenant le ton forcement de la plaisanterie...

Je vais bien... ensuite je travaillais puis j'en ai marre je suis allé me balader et me voila, je resterais avec plaisir et la dernière mince... c'était... heuu... ben une tisane vous savez bien que je ne bois de ces choses qui font perdre la tête.

Un petit sourire taquin forcement pour terminer très fier de ses réponses.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Ellesya



Inscrit le: 29 Sep 2008
Messages: 1405
Localisation: Dieu seul sait où.

MessagePosté le: Ven Nov 02, 2018 12:49 am    Sujet du message: Répondre en citant

Un relent de l’Ordène ? Hmmm… Le naturel qui n’a jamais eu à galoper sur ce sujet plutôt. Bizarrement, utiliser l’étiquette avec lui n’avait jamais été à l’ordre du jour, même s’il avait parfois tout pour l’agacer quand il était question de la consommation d’alcool et de sa mauvaise influence. Le départ de Sya des rangs des OR avait mis fin aux rencontres permettant ce genre de taquineries ou de grognes. Bien qu’éloignés dans un sens, elle s’en sentait plus proche par l’Eglise qu’ils avaient en commun. Là encore, ils ne se croisaient pas réellement mais cela faisait un point commun qui l’avait rendu plus attachant que sa polie et pince-sans-rire distance n’aurait pu le laisser imaginer. Avouons aussi qu’Ellesya avait un goût certain pour la compagnie de quelques personnes dont le potentiel d’affection, de malice et/ou de taquineries était à étudier, voire exploiter allégrement lorsqu’il était avéré.

En guise de réponse à la première des siennes, un fin sourire étira le coin de ses lèvres. Il semblait également vouloir relever le défi d’être en sa compagnie malgré l’accueil ce qui lui fit plaisir. Il fallait avouer que sur le coup de la surprise, Sya n’avait pas tellement cherché à être l’hôtesse la plus parfaite dans la retenue et la pompeuse politesse.
Son mode de réponse lui confirma l’apparent bon accueil qu’il avait réservé à ses manières. Tout en l’écoutant, elle entreprit de les servir. Lentement puisqu’il fallait attendre sa préférence.


L’alcoolisme des vétérans ne vous a donc pas encore touché… vous êtes bien résistant.
J’ai un jus d’agrumes à la cardamome, à allonger avec de l’eau. Ou de l’eau toute seule. Ou des tisanes de toutes sortes.


Le regard clair se fit interrogatif alors qu’elle servait déjà un verre effectivement coupé d’eau pour elle-même.

Quelle idée de fuir les petites choses qui font perdre la tête, comme vous dites. Elles participent à la note épicée de l’existence bien souvent. A moins de trop en craindre l’amertume.

Le sourire était bien là mais avec une brève ombre tel un nuage passant sur un paysage estival. Rien d’inquiétant en apparence.

Vous avez bien fait de laisser vos pas vous mener icelieu. Je n’espérais plus votre venue mais puisque vous êtes là et que vous n’avez pas fui d’emblée, j’ai des choses terribles à vous dévoiler.

Pas mes cicatrices, je vous rassure de suite.


C’était un peu facile comme autodérision mais la surprise à dévoiler la fit tout à coup flipper, l’obligeant à se détendre de la sorte afin de conserver toute sa contenance.
Serait-ce de quoi perdre un bon ami qui la taxera de cinglée ? Qui sait. Au pire, elle trouvera bien de quoi retomber sur ses pieds. Ses matoiseries étaient, en la matière, de précieuses alliées.

_________________

[hrp : Hors français et allemand, les traductions viennent de Reverso.]
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur MSN Messenger
Nerval



Inscrit le: 31 Oct 2015
Messages: 55

MessagePosté le: Ven Nov 02, 2018 2:40 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Elle se révélait une bien meilleure hôte qu'il ne le pensait. Il l'avait connu avec les rustres qui n'utilisaient ni l'étiquettes et qui ne faisaient que boire tout en coupant quelques fois des jambes ou des mains au nom du pouvoir royal. Bon il y avait exagération sur le dernier point, chez les OR on utilisait pas l'étiquette préférant se nommer chevalier, titre le bas dans la hiérarchie et cela l’embêtait régulièrement, et ça picolait sévère. Mais ça n'usait de violence que lorsqu'il fallait défendre la veuve et l'orphelin.

Ainsi sorti de ce contexte elle savait accueillir bien qu'il n'avait pas eu la politesse de la prévenir. Pensait-il qu'elle allait l'accueillir tel un chevalier se baladant en armure au sein de sa demeure. Cette pensée le fit sourire.

Il ne prit pas la peine de répondre à sa première taquinerie, il faisait parti de ce qu'on pouvait nommer les vieux, et en bonne vieille carne il ne se pliait pas facilement à ce qu'il n'approuvait pas. Il ne buvait que pour fêter une naissance ou lorsqu'il était triste. Or il n'y avait pas de naissance à ce moment même et il n'était pas triste. Double raison pour lui répondre :


Une tisane bien entendu, surprenez moi madame la romaine.

Pourquoi aimait-il tant l'ennuyer il ne le savait pas, toujours est-il qu'il se permettait de le faire allègrement.

La note épicée comme vous dites vient de l'esprit pas d'une chose extérieure. Vous saurez quand vous aurez mon âge canonique.

Il plissa les yeux en voyant un voile se poser sur son visage. Avait-il poussé la taquinerie trop loin? Il n'avait pas eu cette impression, il n'avait même pas encore attaqué sous l'angle de l’étiquette. Il ne sourit même pas à sa tentative de masquer ce quelque chose qui semblait l'importuner. Il ne pensa pas un instant qu'elle se jouait de lui et se pencha posant ses mains sur ses genoux comme pour briser la distance.

Qu'avez vous? Des soucis?
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Ellesya



Inscrit le: 29 Sep 2008
Messages: 1405
Localisation: Dieu seul sait où.

MessagePosté le: Mar Nov 06, 2018 11:37 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Ellesya leva les yeux au ciel lorsque son invité parla de tisane et de surprendre dans la même phrase. Indécrottable. Décourageant. Inhumain ! Son verre fut délaissé tandis qu’elle l’écoutait toujours débiter ce qu’elle jugeait être des âneries. Domaine où elle s’y connaissait bien d’ailleurs. Un petit pincement au cœur lui rappela une époque heureuse lorsqu’elle se remémora sans s’y attendre la réponse de Julios à sa question : « J’ai encore dit une bêtise ? ». « Pas plus que d’habitude » lui avait asséné le seul homme qu’elle ait demandé en mariage. Sa moitié tout sauf maritale qui semblait vivre tranquillement de son côté alors qu’il laissait un vide chez elle. Mais baste. Une très brève missive partirait quelques jours plus tard pour savoir si le vieux chevalier vivait toujours, et bien de préférence. Des années à se supporter mutuellement, cela tissait des liens qu’elle ne savait pas rompre aisément.

Un sourire pensif fut adressé à Nerval.


Oui et non. Un instant, s’il vous plaît.

Cagli s’éclipsa un très bref instant. Il était temps de sauter le pas.
Se plaçant devant lui, une main fut offerte en guise d’invite.


Venez. J’ai quelque chose à vous montrer. Vous découvrirez un peu plus le palais dans la foulée d’ailleurs.

Son masque avait tendance à tomber aisément quand elle était avec certaines personnes. Elle avait perdu l’habitude de sa jeunesse à en jouer. Peut-être moins encline qu’avant à jouer des apparences et assumant mieux ses émotions négatives ou positives. Mais, pour l’heure, l’hôtesse tachait surtout de paraitre aussi détendue que possible.

Cela donnera le temps d’apporter votre tisane à notre prochain arrêt ainsi. Elle pourra infuser sans que je ne sois démangée par l’envie de boire mon verre frais sans vous attendre.

Bah oui, l’air de rien, autant meubler avec des évidences pragmatiques en lui offrant le temps de la réflexion.
_________________

[hrp : Hors français et allemand, les traductions viennent de Reverso.]
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur MSN Messenger
Nerval



Inscrit le: 31 Oct 2015
Messages: 55

MessagePosté le: Mar Nov 13, 2018 9:23 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Le sourire qu'elle lui adressa fut interprété comme énigmatique. Et lorsqu'elle tendit la main et présenta derechef son bras en homme appréciant les bonnes manières.

Je vous suis Ellesya.

Mais elle ne put s’empêcher de lancer une petite salve vite fait bien fait ce qui ne manqua pas de la faire sourire.

Ainsi j'ai deux choix, soit me brûler pour que vous n'ayez pas a patienter, soit je vous convertis à cette délicieuse boisson bien meilleure pour la santé qui plus est.

La réponse il la connaissait, elle allait surement répondre ironiquement ce qui ne manquera pas de le faire sourire. Il jouerait la personne totalement outrée et elle continuera sur le même ton. Du coup il serait encore plus outré. Un cercle vicieux sans fin. Il avait beau prévoir elle saurait le surprendre. Chose qu'elle faisait déjà en étant si énigmatique. Et si il avait un vice dominant il s'agissait bien de la curiosité. Peut être était-ce du à l'éducation qu'il avait reçu de la part de sa Mere uniquement.

Alors il fit une nouvelle tentative...


Que voulez vous me montrer?

Le ton était totalement neutre comme si la curiosité ne le brûlait pas.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Ellesya



Inscrit le: 29 Sep 2008
Messages: 1405
Localisation: Dieu seul sait où.

MessagePosté le: Dim Nov 18, 2018 7:15 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Ah ! Il était curieux ! Comme elle.
Ou juste poli. Décliner ne se faisait pas forcément avec l’entrée en matière dont elle s’était fendue.
Hmmm, il était pince-sans-rire. Il pouvait bien feindre la curiosité derrière la politesse, songea-t-elle. Aussi policé qu’il puisse être, le fait qu’il appréciait leurs mini-joutes, de loin en loin, et ne soit pas allergique à sa compagnie qu’il a découvert en d’autres cadres démontrait qu’il n’était pas aussi lisse que ses airs policés le pouvaient laisser accroire.

La dextre posée sur le bras du « Palatin », la senestre tenant dans les escaliers un pan de sa robe, Ellesya le guida ensuite dans la galerie ouverte. Ils devaient se trouver peu ou prou au-dessus de la pièce où elle l’avait accueilli.


Vous n’avez point de choix à faire en l’occurrence puisque j’ai solutionné le dilemme en faisant suivre mon verre. Qui n’est que jus de fruit d’ailleurs et eau d’ailleurs, vous le noterez.
Je vais peut-être éviter de vous préciser que je suis une adepte des infusions pour voir comment vous vous y prendriez pour me convertir. Cela suscite ma curiosité. Ah ! Mais vous m’avez demandé de vous surprendre. Vu ce qui vous sera servi, mon secret sera éventé ! Je suis sotte parfois.
Mon alcoolisme notoire n’est qu’une facette, elle aussi. Voilà que le mythe s’effondre !


Ses rares souvenirs de son géniteur, ancien capitaine de l’Ordre des chevaliers de la Licorne, étaient accompagnés des effluves d’alcool et des sanglots de sa mère. Aussi, derrière l’image cultivée et un goût certain pour un nombre incalculable de breuvage aidant à supporter la voie choisie, elle prenait soin malgré tout de ne pas réellement tomber dans les travers du Taureau. Avec plus ou moins de succès selon les époques de son existence, il était vrai.

Elle n’avait pas répondu à sa dernière question. Il n’allait attendre que quelques secondes pour découvrir de visu et cela l’amusait d’éventuellement le frustrer par le silence après un babillage presque futile.

Une porte s’ouvrit devant eux et ils entrèrent dans une bibliothèque. Les rayonnages n’étaient pas encore généreusement garnis mais l’on pouvait voir un ouvrage encore en cours de copie dans le coin du scripte, absent.


J’avais commencé à l’établir à Cagli mais finalement ce sera ici. Voilà un domaine que j’apprécie grandement, celui des encres et des écrits. Il est plus aisé d’en trouver de plus riches et variés qu’en France, de même que de les faire copier pour les plus prometteurs ou incontournables. Non que je dénigre l’imprimerie mais tout peut cohabiter, non ?

Sa main avait quitté le bras courtois tandis que Sya désignait les espaces de ce lieu dédié au savoir, à l’étude et au calme.

Nul besoin de préciser que tout ceci est à votre disposition puisque…

Sa main fit fonctionner la clinche de l’une des trois huis de la pièce lumineuse pour en dévoiler une plus petite où elle le devança.

C’est un cabinet de travail…

Sobre, fonctionnel. Meubles de bonne facture loin du futur rococo mais plus agréablement décoré qu’une cellule monastique. Tout semblait soigneusement préparé et prêt.
Sya s’efforçait de ne pas se mâchouiller la lèvre devant l’énormité de sa surprise. Son pas fort ralenti le temps de traverser la petite pièce s’arrêta après avoir franchi l’huis suivante. Un logement, qu’elle estimait décoré de bon ton, du moins tant qu’on était pas totalement conquis par le bling bling, et confortable, chaleureux sans déchoir du rang de la demeure se dévoilait au duo.


Ce n’est qu’un arrangement basique, je précise.

Ses mains étaient nouées sur son giron alors qu’elle observait Nerval en coin.

Je ne vous connaissais pas de logis stable à Rome et je crois que vous y passez un temps non négligeable pour vos fonctions.
Alors, même si vous êtes tenté de décliner pour milles raisons que j’ai déjà du détailler dans mon esprit depuis des mois, accepteriez-vous que le Palazzetto Minerva… du moins une partie de celui-ci… ne bénéficie pas qu’à moi ? Vous êtes aussi au service de notre Eglise. Le lieu est grand et c’est l’idée que je fomente depuis très longtemps.


Au moment où elle allait s’enliser dans des justifications, explications et autres raisonnements pour l’instant prématurés, elle fut coupée net par le service qui apporta la tisane épicée et le verre de jus, escorté par quelques plaisirs à croquer sous la dent.
_________________

[hrp : Hors français et allemand, les traductions viennent de Reverso.]
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur MSN Messenger
Nerval



Inscrit le: 31 Oct 2015
Messages: 55

MessagePosté le: Mar Nov 27, 2018 11:44 am    Sujet du message: Répondre en citant

Tentait-elle de le perdre dans les méandres de ses paroles? Il ne savait pas si c'était exprès ou juste qu'elle partait dans tous les sens. Toujours est-il qu'elle parlait en vrac de verres, d'eau, tisane, alcoolisme et curiosité puis mythe. Alors afin de ne pas perdre le fil de la joute verbale il lui lança simplement...

Vous savez l'eau ne fait pas son alcoolique. Ainsi la façade s’effrite rapidement malgré l'aspect joviale de l'alcool, nul n'est heureux avec.

Il avait surement raté quelques phrases entre ses deux conclusions. Le Palatin fort amusé ne voulait pas partir dans de longues tirades qui auraient fait replonger son amie dans la boisson.

Ces quelques mots n'eurent pas l'effet d’arrêter la visite guidée de la demeure. Il aimait les belles bâtisses et avait le chic pour apprécier les diverses décorations. Malgré son statut de chevalier, son hôte n'était ni sans gout ni alcoolique.

La magie de Rome était de mise, les portes s'ouvraient sur leur passage. Si elle avait voulu l'impressionner, elle ne s'y serait pas prise autrement. Des livres de partout ou presque, des fauteuils, un scripte semblait travailler dans cette pièce. Et c'est les yeux brillants de plaisir d'avoir été emmené dans cette piece qu'il lui repondit
.

Les livres sont bien plus beaux recopiés par un scripte qu'avec l'imprimerie.

Une idée arrêtée et totalement arbitraire mais une idée tout de même. Surement à cause de la beauté des lieux, il aimait particulièrement les bibliothèques, il ne vit pas arriver ce qui allait suivre. Le cabinet était bien agencé sobre mais chic, il grava en lui la pièce pour reproduire la même quand il trouverait un pied à terre à Rome.

Il porta son regard vers elle alors qu'elle dévoilait la fameuse surprise. Le Palatin allait répondre avant d’être coupé par quelques servants. Alors il ravala, temporairement, sa réponse préférant prendre la tisane qui lui était promise. Il passa le visage au dessus afin de sentir le parfum de cette découverte avant de tirer un fauteuil et de se poser dessus. Oui une tisane, une bibliothèque, un fauteuil, que demander de plus?

Il finit par s'adresser à elle après avoir goûter la tisane fumante.


Prenez place mon amie, je n'ai pas d'alcool chez moi. Le loyer est élevé mais il est à la hauteur de la beauté des lieux.

Un petit sourire amusé, il aurait pu répondre de manière directe mais cela n'aurait pas été à la hauteur des joutes verbales.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    L'Eglise Aristotelicienne Romaine The Roman and Aristotelic Church Index du Forum -> La place d'Aristote - Aristote's Square - Platz des Aristoteles - La Piazza di Aristotele -> Les faubourgs de Rome - The suburbs of Rome - Die Vororte von Rom - I Sobborghi di Roma Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas voter dans les sondages de ce forum


Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com