L'Eglise Aristotelicienne Romaine The Roman and Aristotelic Church Index du Forum L'Eglise Aristotelicienne Romaine The Roman and Aristotelic Church
Forum RP de l'Eglise Aristotelicienne du jeu en ligne RR
Forum RP for the Aristotelic Church of the RK online game
 
Lien fonctionnel : Le DogmeLien fonctionnel : Le Droit Canon
 FAQFAQ   RechercherRechercher   Liste des MembresListe des Membres   Groupes d'utilisateursGroupes d'utilisateurs   S'enregistrerS'enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

[FR-Doctrine]De l'indulgence

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    L'Eglise Aristotelicienne Romaine The Roman and Aristotelic Church Index du Forum -> La Bibliothèque Romaine - The Roman Library - Die Römische Bibliothek - La Biblioteca Romana -> Office des bibliothécaires - Office of the Librarian
Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant  
Auteur Message
Gianvitus
Cardinal
Cardinal


Inscrit le: 13 Jan 2013
Messages: 839

MessagePosté le: Sam Mai 18, 2019 8:25 pm    Sujet du message: [FR-Doctrine]De l'indulgence Répondre en citant

Citation:
Livre de l’Éclipse, Chapitre V - « Le pic » a écrit:
4 Alors que je pensais être arrivé à mi-parcours et que mes muscles me faisaient mal à en pleurer, je vis une corniche non loin de moi. Enchanté par cette découverte inespérée, je m’y dirigeai. Une fois arrivé à bon port, je me décidai enfin à regarder vers le sol, afin de voir quelle hauteur j’avais grimpé. Quelle ne fut pas mon horreur lorsque la lune toute entière apparut à mes yeux, sous des volutes de fumée bleue semblable à des nuages. Aucune montagne sur terre ne pouvait être si haute! J’étais ravi de l’efficacité de mes efforts, mais je me rappelai alors qu’il restait autant à parcourir jusqu’au sommet..

5 Je m’écroulai sur la corniche pour essayer de trouver quelque repos, lorsque j’entendis des pleurs. Je tournai ma tête et vis un vieil homme à la barbe hirsute qui versait de chaudes larmes. Son corps était si sec qu’il en paraissait squelettique. Il me dit: “Je suis Lucifer, Prince de l’Acédie. Sylphaël, Archange du Plaisir, est mon opposé. Celui qui entre en dépression spirituelle, qui reste passif, qui n’a plus goût à la vie, et qui ignore sa propre satisfaction rejoint les rangs de mes damnés, qui jamais n’arrivent à atteindre le soleil.”

6 Je vis une grotte derrière lui. Il me fit signe d’y aller, sans dire un mot. Un long couloir dallé se dirigeait vers une porte de métal, qui présentait une étrange veinure verticale en son milieu. Je cherchai une quelconque poignée, mais n’en trouvai pas. Après de longues recherches, je finis par m’adosser sur un côté de l’encablure, épuisé. J’entendis alors un petit bruit de clochette et la porte s’ouvrit, les deux moitiés de la porte coulissant sur les côtés. Surpris, je regardai à l’intérieur et y vis un miroir magnifique, qui reflétait comme aucun autre mon image.


    Si l'on considère l'absolution, le constat qui est induit est celui d'un conditionnement à la réparation des fautes commises par le péché et qu'il faut purger sur terre afin de gagner le Paradis Solaire. Il arrive toutefois que par manque de moyen l'on se trouve incapable de justement en réparer l'étendue. Néanmoins la réparation est nécessaire et il est inconcevable de pouvoir gagner le Ciel l'âme lourde de péchés et l'esprit taché d'impureté. Dieu qui le sait bien, et toujours mû de cet amour profond pour ses enfants, est indulgent et permet une remise des fautes plus directe.

    De la nature sanctifiante de l'indulgence


    De par sa nature et son effet, l'indulgence ne peut venir que de Dieu. Elle est donc parfaite et absolue en son essence. Elle ne saurait être autre chose qu'un morceau de la grâce divine qui nous permet de nous sanctifier et nous libérer de la tyrannie du péché. Cette grâce est une grâce sanctifiante, autrement dit, provenant du mérite de la Communauté des saints intercédant pour les hommes auprès de la Cour céleste que forme en haut l'Église triomphante dans ses prières incessantes pour l'Église militante que nous sommes ici-bas. C'est ainsi par cette intercession méritoire que la grâce divine subsiste au sein des indulgences.

    De son effet purgatoire

    L'on peut ainsi voir l'indulgence comme la remise des peines temporelles conditionnée à un acte de piété et de dévotion à l'amour de Dieu que forment quelques bonnes oeuvres de ferveur et de charité qui n'auront d'autres effet qu'être sanctifiantes. Et c'est parce que l'indulgence est piété et dévotion que la grâce de Dieu agit en nous et nous purifie de nos fautes. J'en veux pour preuve que celle-ci, une fois reçue, fait reculer en nous le vice et augmente notre vertu et notre Foi.

    L'Eglise, dépositaire de l'indulgence

    De même que Dieu à fait de ses ministres ici-bas les vecteurs sacramentaux de la rémission des péchés, Il a doté de Son Institution le pouvoir de juger et pardonner en Son nom. Le lien ineffable qui relie les deux faces de cette Sainte institution fait de l'Église militante le dépositaire des mérites de l'Église triomphante. Il revient alors à l'Église aristotélicienne et romaine, investie de l'autorité légitime venue de Dieu, d'octroyer une telle grâce rédemptrice. Et c'est le Pape, premier des pasteurs, qu'il revient de promulguer et de distribuer les indulgences. En vertu de la ligne apostolique ininterrompue depuis Saint Titus, à laquelle le pouvoir épiscopal prend sa source et sa légitimité, il revient alors à l'autorité diocésaine de conférer les indulgences à travers les provinces ecclésiastiques et les paroisses.

    Il est alors bien légitime d'affirmer sans détour que tout autre octroi d'indulgence effectué hors de l'Église sera vide d'essence pour la purification des fautes. J'avance cette affirmation par la certitude que la fausse indulgence, ne venant pas de Dieu, ne saurait porter la grâce en elle et l'apporter aux hommes. J'ajouterai même qu'elle est blasphématoire et constitue un grave danger pour l'âme des fidèles et ce, du fait que par un faux-semblant, elle vient parodier vicieusement la grâce de Dieu et induit en erreur. La fausse indulgence, ainsi distribuée à un fidèle de bonne volonté, à défaut de lui apporter la rédemption, met son âme en péril de mort.

    L’unique indulgence effective doit être accordée par l’Église, étant la seule institution représentante spirituelle du Très Haut sur Terre, elle est également la seule à pouvoir agir en faveur des pécheurs demandant indulgence au regard du Très-Haut.


    Arnarion de Valyria-Borgia
    Cardinal de Saint-Ripolin des Anges.

Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    L'Eglise Aristotelicienne Romaine The Roman and Aristotelic Church Index du Forum -> La Bibliothèque Romaine - The Roman Library - Die Römische Bibliothek - La Biblioteca Romana -> Office des bibliothécaires - Office of the Librarian Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas voter dans les sondages de ce forum


Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com