L'Eglise Aristotelicienne Romaine The Roman and Aristotelic Church Index du Forum L'Eglise Aristotelicienne Romaine The Roman and Aristotelic Church
Forum RP de l'Eglise Aristotelicienne du jeu en ligne RR
Forum RP for the Aristotelic Church of the RK online game
 
Lien fonctionnel : Le DogmeLien fonctionnel : Le Droit Canon
 FAQFAQ   RechercherRechercher   Liste des MembresListe des Membres   Groupes d'utilisateursGroupes d'utilisateurs   S'enregistrerS'enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

[RP] Jousting Tournament: Camp Site
Aller à la page Précédente  1, 2
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    L'Eglise Aristotelicienne Romaine The Roman and Aristotelic Church Index du Forum -> La place d'Aristote - Aristote's Square - Platz des Aristoteles - La Piazza di Aristotele -> Les faubourgs de Rome - The suburbs of Rome - Die Vororte von Rom - I Sobborghi di Roma
Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant  
Auteur Message
Runy



Inscrit le: 28 Juin 2021
Messages: 7

MessagePosté le: Mar Juil 20, 2021 3:51 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Tente de la famille De Nivellus


Une visite attendue

Prête ? Prête à qu …

Ah oui le tournoi ! Un court instant elle avait perdu la raison pour laquelle elle se trouvait sous cette tente de famille avec sous le nez une armure de joute. Runy revient parmi les Hommes et sourit
… tu penses que je suis prête ! Prête à gagner même, pour dire comment je suis prête !
Elle baisse le ton, se penche en avant et chuchote à sa cousine
Pour une première fois, j'espère que ça fera pas trop mal !
Clin d'oeil pour une confidence certes un peu grivoise pour qui y verrait un double sens.

La toile de l'entrée se soulève alors et le garde en faction, sans entrer, annonce d'une voix forte

Un certain Sieur Assaam demande à vous voir Maîtresse Runy !
Les yeux gris clair de la Blanche s'arrondissent d'incertitude
T'es sûr ? Assaam il a dit ? Il est comment ? Grand ? Beau ? Une peau comme un pain doré mais pas cramée ?
On échappe de peu au filet de bave, ouf !
Mais di diu ! Fais le donc entrer molasson !

Elle se lève d'un bond, rajuste sa tenue un peu stricte, passe une main dans ses cheveux ébouriffés et regarde sa cousine, fiévreuse à l'idée de revoir l'homme.
Ca va comme ça tu crois ? Je fais pas trop baraki ?

TyYYYm, réveille - toi, on a de la visite !


Elle toussote pour s'éclaircir la voix, boit une gorgée du vin servi juste avant pour se détendre et s'avance vers l'entrée pour recevoir Assaam et très certainement ses amis.
_________________
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Cordeilla



Inscrit le: 22 Avr 2021
Messages: 6

MessagePosté le: Mar Juil 20, 2021 6:00 pm    Sujet du message: Répondre en citant


    Sur la route de Rome


Arthur l’invite à battre les masques avec une courtoisie & une douceur qui dénote avec ce qui se dégage de lui. Le noir de ses atours soutenu par le jais de son regard & de ses cheveux crées l’illusion d’austérité. Celle-là même de ces chimériques beautés que l’on craint & que l’on admire à la fois. Elle abaisse sobrement le visage en laissant le sourire aussi discret & suffisant soit-il lui remplir les lèvres.

— En ce cas, appelez-moi Anne.

Elle ne méritait en soit que peu d’honneur malgré toute l’affection qu’elle porte aux prédicats. Et il aurait été d’un terrible affront de ne pas permettre l’usage de son prénom lorsqu’un prince le permet. Un bref instant, Anne tend une paume vers l’encolure de sa monture, flattant ainsi l’effort de cohésion dont elles font preuve. Cela lui permit d’apporter à juste titre toute son attention au jeune-homme & de le détailler avec davantage de soin, feignant une simple écoute. Il y avait dans les récits racontés quelque chose de toujours personnel. A l’engouement partagé, Anne devine alors une âme fort instruite ce qui adoucit et agrandit son sourire. Loin de la Cour & du maintien strict qui en découle, l’esprit aspire à se libérer. Lorsque les regards se fixent, Anne plonge dans un trouble. Peu s’accommodent de regarder ainsi leur interlocuteur. Et la nervosité de ces derniers jours à l’idée d’être ainsi reçue dans le convoi suffisait à agiter les sens.

— Vous semblez féru d’Histoire & j’en suis sensible. Je vous suivrais au travers Rome avec grand plaisir. Chérissez-vous un monument ou un endroit plus qu’un autre ?

Cela aussi, en plus long qu’elle ne devrait certainement en savoir au sujet d’Arthur. Mais curiosité revient au galop & la bienveillance dont il fait preuve attire à converser encore & davantage.

— Je m'en vais vous avouer ceci ; je crains mieux connaître la Navarre que Rome.

_________________
__________
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Arturus



Inscrit le: 25 Juin 2021
Messages: 6

MessagePosté le: Mer Juil 21, 2021 8:12 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Les regards se croisent. L'espace d'un court instant, malgré l'émoi, le jeune homme ne dévia pas son attention et plongea son regard dans celui d'Anne, là où les démons se cachent, là où l'innocence se dissimule, cherchant à la connaître autant qu'il se dévoilait lui-même. Le regard est le miroir de l'âme, dit-on. Et Arthur y croyait fermement. L'échange ne dura qu'un battement de coeur mais c'était amplement suffisant. Gêné, le prince reporta son attention sur la route qu'ils empruntaient alors.
    « Difficile de faire un choix tant la ville est un monument à elle seule mais, en toute franchise, mon coeur balance surtout pour le Panthéon. Autrefois temple païen, il a été converti ensuite en église. Imaginez un porche à l'antique qui ouvre sur une gigantesque rotonde couverte d'un très haut dôme, à croire qu'il pourrait contenir une sphère céleste. C'est assez difficile à décrire car ça ne ressemble à aucun édifice connu, pas même nos cathédrales, et la lumière y est très particulière. Presque divine. Là, tout n'est que paix et ravissement. » Le jeune homme, d'ordinaire taiseux, trop souvent écrasé par le deuil, le protocole et la bienséance, s'ouvrait sans difficultés à Anne. Le regard pétillant, il reprit : « S'il y a un monument que je dois vous faire découvrir, Anne, ce serait celui-ci. »

Machinalement, Arthur passa la bride d'une main à l'autre et se repositionna sur sa selle, le dos droit, altier. L'évocation de la Navarre éveilla un vif intérêt et pour cause.
    « ¿ De verdad ? » L'idiome paternel avait repris le dessus l'espace d'un instant sur le coup de la surprise. « Comment connaissez-vous la Navarre ? Ce n'est pourtant pas une région proche de la Flandre, j'imagine que l'on n'y voyage pas par hasard. »

_________________

Son Altesse Royale l'Infant Arthur Fébus de Castelnau-Montmiral
Comte du Béarn
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Cordeilla



Inscrit le: 22 Avr 2021
Messages: 6

MessagePosté le: Jeu Juil 22, 2021 1:07 am    Sujet du message: Répondre en citant


    La gêne palpable, Anne se pince les lèvres l’une à l’autre tout en les humidifiant discrètement. Il lui semble même, faussée par la réserve du moment, que la sécheresse s’invite à mesure qu’ils avancent & se couvent du regard. L’âme sondée, y aura-t-il vu quelque chose de précieux ? Piquée de cette éventualité, les joues s’empourprent trahissant ainsi son for. Arthur livre alors à défaut de son âme un morceau d’Histoire qui le dresse hors de cette arrogance enivrante de l’aristocratie & des maisons royales. Le jeune-homme peint avec les mots, invite au partage par son enthousiasme et sans même s’en rendre compte, bouscule un battement de cœur de la jeune dame de Wahagnies lorsqu’il use si naturellement de son prénom. Anne, si elle est de nature curieuse est avant tout une âme sensible à ce qui l’entoure. Le bonheur de quelqu’un suffit à la mettre en joie au moins autant que la détresse l’interpelle. Le Panthéon décrit comme magistral temple religieux aux colonnes vertigineuses & au dôme concurrence la voute céleste du monde lui suffit a y entrevoir le morceau d’âme du prince.

    — Nous irons alors au Panthéon, si tôt nos joutes terminées.

    Le relais de l’émerveillement passe d’Arthur à Anne avec une facilité déconcertante. Le sourire s’agrandit, de ceux rêveurs & se nichant jusqu’au fond des yeux.

    — Claro, en verdad. L’accent sonne certainement étrange mêlant ce fond flamand au charme hispanique, mais a le mérite d’être apprit. Il y a quelques semaines, je m’y suis rendue pour rendre visite à Inès de Toledo. Nous avons séjourné à Tafalla, ainsi qu’à Pamplona. Le Château d’Olite est d’une beauté dépassant allégrement celle du Louvre. Ses défenses, sont remarquables qui plus est. Et ses jardins, pourvus d’orangers, Arthur, sont certainement là-bas ce que je préfère. Je concède que pour quelques orangers le chemin est long mais… J’y ai le bonheur d’être Chevalier de l’Ordre du Lévrier Blanc & de défendre la Navarre.

    Véritablement enamourée de ce royaume, elle se livre avec moins de retenue.

_________________
__________
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Assaam



Inscrit le: 16 Juil 2021
Messages: 2

MessagePosté le: Jeu Juil 22, 2021 5:17 pm    Sujet du message: Répondre en citant


      Tente de la famille De Nivellus



    L'homme, trop molasson donc, ressortit aussitôt de la tente l'air penaud, invitant sans plus tarder Assaam à entrer en écartant les lourds pans de la toile. Le jeune homme pénétra à l'intérieur sans trop se poser de questions et posa aussitôt son regard dans tous les recoins du lieu puis sur les personnes déjà présentes jusqu'à atterrir sur Runy, un fin sourire s'étira alors à la vision. Il les salua avec respect

      Bonjour, comme promis me voilà à Rome et je me suis permis de venir ici, jusqu'à vous.

    L'intérieur était plutôt richement aménagé, des tonneaux qu'il repéra rapidement et l'armure de Runy trônant presque telle une oeuvre d'art.
    Il imaginait bien que l'homme déjà présent, n'était autre que le cousin de son hôte mais n'en étant pas certain, Assaam attendit donc que Runy le présente aux autres.

_________________
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur
Arturus



Inscrit le: 25 Juin 2021
Messages: 6

MessagePosté le: Jeu Juil 22, 2021 10:23 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Le jeune homme rit doucement à l'accent flamand d'Anne alors qu'elle lui répondait en espagnol. Il n'y avait rien de moqueur ou de suffisant, au contraire, il n'était pas de ceux qui jugent. Non, c'était simplement une réaction amusée sinon une marque d'étonnement devant la maîtrise de la langue par la Flamande. Pourtant polyglotte, il aurait été bien incapable d'asséner un seul mot correctement prononcé en flamand ! La monture du prince, un puissant destrier andalou à robe blanche, sembla réagir au rire communicatif de son cavalier et piaffa d'impatience, s'immobilisant presque, manifestant ainsi une certaine excitation. Le jeune homme apaisa l'étalon en lui caressant nonchalamment l'encolure de la paume, tout en le talonnant doucement pour qu'il reprenne sa course. Alors qu'il revenait à hauteur d'Anne, il lui adressa un sourire amusé, le regard brillant.
    « Vous êtes particulièrement étonnante, Anne. Je ne doutais pas de votre noblesse ou de votre éducation mais je ne vous savais pas hispanophone, ni chevalier. »

Il aurait aimé ajouter un compliment du genre "Je suis certain, Anne, que vous êtes d'une beauté mortelle en armure" et l'espace d'un instant, sa psyché se prit à l'imaginer en sainte guerrière, terrifiante et magnifique à la fois, carapaçonnée d'acier sur sa monture et terrassant un quelconque monstre chtonien. Pourtant il ne dit rien de cela, se contentant de porter son regard de jais sur une jeune femme aux traits fins, délicate et fragile, telle une rose. Mais comme la rose, il ne doutait pas un seul instant qu'Anne puisse se montrer aussi redoutable et opiniâtre. Loin du conformisme dans lequel se complaisaient ses contemporains, Arthur appréciait les personnalités ambiguës, tantôt forte puis fragile, tantôt épineuse puis douce. Le regard amusé se mua alors en une teinte admirative.
    « Je conçois volontiers la passion que vous portez à la Navarre. J'en garde également un souvenir ému. En vérité, je me rappelle, il y a peu, lorsque je vagabondais dans ces mêmes vergers d'Olite. Je ressens encore la douceur du crépuscule, la fraîcheur à l'ombre des orangers. Ce château dont vous parlez avec émoi, c'est là où j'ai grandi, où j'ai passé une partie de mon enfance. Ses tours, ses allées, ses salles, j'en connais les moindres recoins. » Le jeune homme marqua une pause malgré lui. « C'était le fief de mon père. »

Le sourire amusé du prince s'atténua, se teinta d'une certaine amertume à l'évocation de ce passé révolu voire douloureux. Ce n'était pas sans raison que le fils portait encore le deuil du père, son décès l'avait profondément attristé, brisant la part d'innocence, de joie, qui lui restait. Il chassa ses pensées mélancoliques d'un imperceptible mouvement de tête. Reprenant contenance et ne laissant rien paraître, du moins l'espérait-il, il reprit :
    « Vous comptez y retourner prochainement ? »

_________________

Son Altesse Royale l'Infant Arthur Fébus de Castelnau-Montmiral
Comte du Béarn


Dernière édition par Arturus le Jeu Juil 22, 2021 10:29 pm; édité 1 fois
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Runy



Inscrit le: 28 Juin 2021
Messages: 7

MessagePosté le: Jeu Juil 22, 2021 10:27 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Tente de la famille De Nivellus


AssAAm ! Mais quel plaisir de vous voir ici !

Ca se voit et ça s'entend. Pas souvent dans la demie mesure la Blanche, elle n'y arrive pas alors tant pis.
Elle s'approche de son invité et frôle un bras pour l'amener vers ses deux cousins et ainsi le présenter tout en continuant un ton en dessous.

Vous êtes là, c'est in-cro-ya-ble ! Toute cette route ... Pas d'ennuis au moins ?

Alors que je vous présente ... L'homme qui sieste là, c'est Tymothée de Nivellus, plus des machins entre le prénom et le nom de famille mais c'est tellement long que je m'en rappelle jamais, mon cousin, un cureton, ça c'est important- enfin je crois ? et Alix du Vivier, Dame de Meschers, ma cousine qui a si gentiment proposé de me servir d'écuyer, parce que le mien bah ...

Haussement d'épaules et moue explicite. Le bougre n'est pas venu, heureusement qu'elle ne lui pas donné des gages d'avance.
D'un geste, elle fait signe à un jeune garçon prépubère, tellement discret que personne ne l'a remarqué, qui s'empresse de remplir des hanaps, de les apporter pour repartir aussitôt chercher un plateau chargé d'une collation légère.


Mais où sont vos amis cher Assaam ? Avec les chats égorgés ?
[i]Son regard clair et facétieux le dévisage d'abord puis Runy se bidonne et plonge le nez dans son hanap de vin italien, gorgé de soleil et qui tape dur. Elle doit bien se rendre à l'évidence, la présence de l'Artésien la réjouit [/i ]
_________________
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Cordeilla



Inscrit le: 22 Avr 2021
Messages: 6

MessagePosté le: Sam Juil 24, 2021 12:58 am    Sujet du message: Répondre en citant



    Elle se retourne légèrement pour observer le Prince diminuer en allure alors que son rire fend leur cortège. L’amusement pointe peu à peu, déridant la réserve trop flagrante que constituait la soudaineté de l’invitation. Les premiers rires, sonnent toujours comme une mélodie. Pour peu, elle se féliciterait d’avoir fait sombrer le masque qui souvient leur première rencontre au Louvre ; sombre & digne.

    — M’imaginiez-vous à jouer aux échecs, aux cartes & à lire sous des arbres en compagnies d’une farandole de jeunes-filles ?

    Aucune animosité ne transparait. En réalité Anne s’en amuse davantage sachant pertinemment que pour son éducation, elle traine un bagage qui ne s’accorde jamais avec sa coquetterie & son allure. Cassel comme sa plus grande aïeule, Deedlitt, se passionne des joutes. Sa loyauté & son amour inconditionnel pour certaines choses du monde la forcent parfois à se dépasser. Protectrice de la Navarre au côté d’Inès & des Chevaliers, elle se passionne et s’amourache dangereusement de ce royaume. La loyauté d’Anne est certainement l’épine la plus piquante d’elle, noyée au milieu de sa trop grande proportion à être sentimentale. Cela lui sert pourtant alors que les regards se croisent à nouveau. Avec moins d’anxiété peut-être et plus de légèreté. Un apaisement & une sincérité qui caresse le cœur qui s’affole naïvement à ces expressions de bonheur.
    L’expression change & se voile d’une mélancolie à l’évocation de son père. Elle détourna un instant le regard pour dissimuler sa compassion. Et à la question, elle répond d’une autre : « Voudrez-vous venir avec moi ? A Olite. J’aimerais y retourner, à la fin de Juillet. »

_________________
__________
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    L'Eglise Aristotelicienne Romaine The Roman and Aristotelic Church Index du Forum -> La place d'Aristote - Aristote's Square - Platz des Aristoteles - La Piazza di Aristotele -> Les faubourgs de Rome - The suburbs of Rome - Die Vororte von Rom - I Sobborghi di Roma Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Aller à la page Précédente  1, 2
Page 2 sur 2

 
Sauter vers:  
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas voter dans les sondages de ce forum


Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com