L'Eglise Aristotelicienne Romaine The Roman and Aristotelic Church Index du Forum L'Eglise Aristotelicienne Romaine The Roman and Aristotelic Church
Forum RP de l'Eglise Aristotelicienne du jeu en ligne RR
Forum RP for the Aristotelic Church of the RK online game
 
Lien fonctionnel : Le DogmeLien fonctionnel : Le Droit Canon
 FAQFAQ   RechercherRechercher   Liste des MembresListe des Membres   Groupes d'utilisateursGroupes d'utilisateurs   S'enregistrerS'enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

[F]Le Livre des Vertus -L'Héritage d'Oane -

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    L'Eglise Aristotelicienne Romaine The Roman and Aristotelic Church Index du Forum -> La Bibliothèque Romaine - The Roman Library - Die Römische Bibliothek - La Biblioteca Romana -> Le Dogme - The Dogma
Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant  
Auteur Message
Kalixtus
Cardinal
Cardinal


Inscrit le: 24 Fév 2013
Messages: 6527
Localisation: Roma, Palazzo Doria-Pamphilj

MessagePosté le: Mar Juin 08, 2021 4:04 am    Sujet du message: [F]Le Livre des Vertus -L'Héritage d'Oane - Répondre en citant

Citation:




    Le Livre des Vertus

      Livre 1. Le mythe Aristotélicien

        L'Héritage d'Oane

      • Le miroir d'Oane
      • Noam, Père de l'Oanisme

_________________
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Kalixtus
Cardinal
Cardinal


Inscrit le: 24 Fév 2013
Messages: 6527
Localisation: Roma, Palazzo Doria-Pamphilj

MessagePosté le: Mar Juin 08, 2021 4:18 am    Sujet du message: Répondre en citant

Citation:


    Le miroir d'Oane


    Préambule

    Mon cher Miroir d'Oane, miroir de moi-même, choisi parmi les Hommes par Dieu, le Mystérieux, pour les guider vers les verts paturâges de la vie, tu es la seule personne à laquelle je puis m'adresser du fond de ma solitude.
    Avant que Dieu ne me pose La question, j'étais seul et incompris; je le suis encore aujourd'hui, malgré le respect dont on m'entoure.
    Dieu s'est retiré du monde, laissant les Hommes vivre et prospérer à leur guise et moi-même face à mon destin, celui qu'Il a choisi pour moi, celui dont, quelque part, Il m'a fait prisonnier.
    Et c'est dans cet état de détresse quasi-absolu qu'Il me laissa, uniquement guidé par l'Amour, et que je dus bâtir de toute pièce une Eglise.
    Mon beau miroir, que la clémence des années me permette de poser par écrit mes réflexions, mes doutes et ma vision du monde voulu par Dieu.

    Oane.


    I) Fragments oaniens

    Dieu, le Néant et la Créature Sans Nom

    J'ai longtemps réfléchi au Néant qui existait avant tout, qui existait avec Dieu et qui existait en Dieu; j'en suis arrivé à la conclusion que cela ne pouvait être que la part obscure de Dieu, un peu comme la terre, sale, grasse et collante qu'il a créée, lieu où tout fermente, pourrit et où grouillent aussi ces vers de terre qui se tordent d'une façon qui, à elle-seule, reflète leur noirceur.
    Et c'est pourtant de ce lieu sordide que sortent les plus beaux fruits du monde et que du noir Néant naquirent les beaux fruits des vertus divines.
    Comme si le Néant lui-même, était un chaos à la fois putride et fécond, exactement comme la terre que nous foulons aux pieds.
    Bien et mal, noir et blanc; c'est un peu comme si du noir naissait le blanc, et sans doute du blanc, le noir, en une sorte de mouvement perpétuel infernal qui reproduirait le chaos primitif.
    Ainsi, de Dieu lui-même naquit une sorte de rejet maléfique, la Créature Sans Nom que l'on ne peut nommer précisément parce qu'elle s'appellerait pareillement Dieu.
    Dieu est le créateur du bien; il l'est aussi du mal.
    De même que le Néant est la part obscure de Dieu au Ciel, de même la Créature Sans Nom l'est sur terre.
    Et moi, Oane, seul parmi les Hommes, je suis au centre de ce duo infernal où Dieu affronte Dieu.

    Les trois sphères

    Le monde est constitué de trois sphères, celle du bien, celle du mal et celle de l'incertain.
    La sphère du bien est le Soleil qui nous réchauffe et permet aux plantes de pousser, celle du mal est la lune, d'une couleur jaune maladive, pâle reflet du soleil dont la surface apparait crevassée comme si mille volcans y crachaient du feu en permanence et celle de l'incertain est la terre.
    La terre, elle-même, est divisée en ces trois entités: il y a le Ciel où siège le bien, le sol de terre et de fange où siège le mal, et l'entre-deux, le monde des hommes et de l'incertain.
    Sur cette sphère de l'incertain vit l'Homme, création de Dieu et miroir de celui-ci.
    Aussi, avons-nous tous en nous, comme Dieu notre Père l'a en lui, une part de mal et de noirceur et celle-ci préexistait à la Révélation.
    Elle préexistait parce que la Créature Sans Nom est née et était devenue malsaine bien avant que Dieu ne l'a transforme en chose invisible capable de tenter les Hommes impunément.
    Elle était un homme parmi les Hommes, et partagée comme Dieu, le monde et la terre, en trois sphères, le bien, le mal et la conscience, glaise de l'incertain.
    Chez certains Hommes, le bien l'emporte, chez d'autres le mal triomphe et enfin, il y a ceux qui naviguent dans un entre deux perpétuel.

    L'incertain du bien et du mal

    Mais, en vérité, en dehors de la Créature et de ses serviteurs attitrés, rares sont les personnes qui savent si leurs actions sont bonnes ou mauvaises.
    J'ai connu un homme persuadé que le bien était ce qui faisait son bonheur et que seul l'argent pouvait l'accroitre.
    Aussi passa-t-il le plus clair de son temps à s'enrichir, à vendre sa femme comme esclave sexuelle à d'autres hommes pour en tirer encore plus d'argent et plus il était riche et plus il semblait heureux.
    Et puis, je le vis gagné par l'oisiveté et s'enivrer d'ennui car le vin était devenu sa seule source de distraction.
    Je le vis devenir un homme plein de fureur et de colère, et, dans ses soirées d'ivrognerie, chercher finalement à sacrifier son fils unique à Dieu.
    Alors, au dernier moment, alors que le couteau du père sacrificateur allait s'abattre sur la victime et qu'un infanticide allait se commettre, je ne sais quoi, mais quelque chose retint son geste, comme si soudain, l'éclat du bien et du mal venait de l'aveugler comme un métal brillant et réveiller sa conscience.
    Le bien, le mal, où est la frontière ?
    Cet homme avait voulu faire le bien et ses actes engendrèrent le mal.
    Il avait voulu faire le mal et le bien en était sorti.
    Souvent, je pense qu'en voulant faire le bien, on arrive parfois, involontairement à faire le mal.

    La morale

    C'est en tout cas cet épisode qui me fit prendre conscience, à moi, Oane, que des règles de vie devaient être fixées.
    J'inventai la morale.
    Tous les sentiments sont jouissifs en eux-mêmes : l'amour, la perversion, la haine. C'est d'ailleurs pour cela qu'ils se transforment généralement en actes. Seulement certains comme le mal, à la fois séduisent mais également détruisent celui qui les ressent.
    Je listai tout ce qui me semblait pouvoir détruire ceux qui ressentent le mal et j'édictai des lois qui formèrent la base de la morale:
      - ne pas voler
      - ne pas tuer
      - respecter son père et sa mère
      - ne pas témoigner faussement contre son voisin
      - ne pas convoiter son bien
      - agir avec tempérance
      - respecter la liberté d'autrui

    Ainsi, j'incitais chacun à avoir les mêmes règles que son voisin et à avoir les moyens de distinguer plus clairement où était la frontière entre le bien et le mal.
    De la morale et des sept commandements qui en résultèrent, découlèrent les premières lois qui régirent la communauté.
    J'étais devenu à la fois chef religieux et chef politique de ma communauté; de telles responsabilités me terrifiaient et me terrifient toujours littéralement; c'est un poids énorme que Dieu m'a légué en se retirant du monde.

    Dieu est Mystère

    C’était d’autant plus effrayant que nous ne pourrons jamais nous expliquer Dieu tel qu'Il est : tout cela dépasse les capacités de notre intelligence. Notre seule raison nous fait connaître que Dieu existe et qu'll possède toutes les perfections. Elle ne peut pas aller plus loin par elle-même.
    Car notre intelligence est "finie", c'est-à-dire limitée ; tandis que Dieu est "infini".
    A cause de notre imperfection, nous ne pouvons pas comprendre un être aussi absolu et parfait que Dieu car nous le voyons essentiellement à travers elle.
    Il est souverainement au-dessus de tout ce que nous pouvons en dire ou prescrire en son nom.
    Nous ne pouvons que nous prosterner devant Lui et nous présenter humblement comme des mortels qui le cherchent, avec nos espoirs et nos doutes en sachant qu’Il sera à nos côtés, peu importent nos erreurs, nos incompréhensions et nos imprécisions à son sujet parce que nous sommes Ses enfants liés à Lui par les liens de la paternité et de l’Amour.

    Le mal peut-il triompher ?

    Jamais je n'ai vu le mal l'emporter sur le bien.
    Le Néant maléfique est en Dieu, mais Dieu le sait, car il sait tout, y compris de lui-même. Il connait sa part de noirceur, et il la combat par ses actions, par le bien qu'il cherche à faire, et parce qu'il nous a créés.
    Dieu a créé les Hommes pour lui.
    Nous sommes les garants que jamais il ne laissera le mal l'emporter en Lui sur le bien si nous savons préserver l'amour que nous lui portons.
    L'amour n'est pas seulement notre raison de vivre, c'est aussi celle de Dieu.
    Sans amour Dieu, le Bon, le Juste n'est rien, et la noirceur de la mélancolie le gagne et sa part mauvaise pourrait un jour, si nous l'abandonnons, détruire le monde.
    Mais Dieu nous a créés aussi pour qu'on l'aide à repousser le mal en luttant contre son émanation sur terre: la Créature.
    De même que notre amour l'aide à lutter au Ciel, de même notre combat sur terre contre celle-ci soutient Dieu qui nous a confié l'immense tâche de le seconder dans la lutte contre la part obscure de lui-même et de l'univers.

    II) Les béatitudes

    Chaque dimanche, désormais, je réunissais tous les gens de ma communauté; c'était l'Assemblée du peuple, celle où se prenaient toutes les décisions. Nous y réglions aussi bien les problèmes domestiques, les conflits de voisinage que la gestion de la communauté et, en échange, comme dirigeant de la communauté, je leur expliquais les principes moraux qui devaient régir nos actions afin de faire triompher le bien et d'aider Dieu dans son combat.

    C'est ainsi que je leur livrai une série de sentences

      Bénis soient de Dieu les pauvres en esprit,
      car le Paradis solaire est à eux.
      Bénis soient les caractères pacifiques,
      car ils recevront la Vie Eternelle en héritage.
      Bénis soient ceux qui sont dans la peine,
      car ils seront consolés.
      Bénis soient les affamés et ceux qui ont soif de justice,
      car ils seront nourris et on leur rendra justice.
      Bénis soient les miséricordieux,
      car ils obtiendront miséricorde.
      Bénis soient les cœurs innocents,
      car ils contempleront Dieu dans toute sa splendeur.
      Bénis soient ceux qui œuvrent pour la paix,
      car ils seront appelés Fils de Dieu.
      Bénis les persécutés parce qu'ils cherchent la Vérité,
      car le Paradis solaire est à eux.
      Bénis êtes-vous si l'on vous insulte, si l'on vous persécute et si l'on vous calomnie de toutes manières à cause de Dieu.
      Soyez tous dans la joie et l'allégresse, car votre récompense sera grande dans les cieux.

_________________
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Kalixtus
Cardinal
Cardinal


Inscrit le: 24 Fév 2013
Messages: 6527
Localisation: Roma, Palazzo Doria-Pamphilj

MessagePosté le: Mar Juin 08, 2021 4:25 am    Sujet du message: Répondre en citant

Citation:


    Noam, père de l'oanisme


    1) Comment l'héritage d'Oane ne fut par perdu par tous

    Après la destruction d'Oanylone, les survivants se séparèrent en multiples groupes qui n'eurent bientôt plus rien à voir entre eux.
    Presque tous abandonnèrent aussi la religion de leurs pères considérant que la faillite d'Oanylone avait entraîné celle de la religion enseignée par Oane et ils se mirent à honorer plusieurs dieux, inventant le paganisme.

    En fait, la vérité oblige à dire que seul Noam, un petit-neveu d'Oane ainsi que les gens de sa parentèle et de sa domesticité, étaient restés fidèles à sa pensée, et Noam fut d'ailleurs celui qui devait sauver des flammes le Miroir d'Oane dont nous ne possédons, malheureusement, plus que des fragments aujourd'hui.
    C'est à partir de ce tout petit bourgeon primitif que la foi en un Dieu unique fut maintenue et que se perpétua le rameau le plus ancien de notre Eglise qui devait être plus tard une des sources de l'Aristotélisme.

    2) Noam réfléchit au désastre d'Oanylone et invente les 3/8:

    Noam fut l'un des premiers à se pencher sur les causes de la chute d'Oanylone et il devait rédiger à ce sujet un ouvrage aujourd'hui perdu qui servit de base à Sypouss quand il mit par écrit le Livre des Vertus.
    Cependant, contrairement à Sypouss, Noam était persuadé que l'acédie ne s'était développée que parce qu'on n'avait pas cru devoir réduire le temps de travail des hommes pour le mettre en adéquation avec le gain de temps opéré par les machines inventées par l'esprit humain.
    La plupart des maîtres de métier, d'ailleurs, ne savaient que répéter à leurs compagnons et apprentis qu'il fallait travailler plus pour gagner toujours plus.
    Le seul résultat auquel on aboutit fut un grand épuisement moral de ceux-ci, une augmentation des nombres de suicide, et finalement, une volonté de ne plus obéir du tout, ni à d'autres hommes, ni à Dieu.
    Noam avait entendu dire d'ailleurs, que ces humains récalcitrants, s'étaient mis à vénérer une grande prêtresse du nom de Sheila qui leur enseignait que le meilleur moment de la journée, c'était l'heure de la sortie du boulot et qui avait rédigé un poème où elle remettait en cause la morale de son époque:
    "Tu m'avais dit pour me mettre en confiance, que le travail conserve la santé, j'ai travaillé chaque jour sans défaillance, je suis fatiguée, alignée.
    Oane, t'es plus dans l'coup Oane! tu devrais, ma parole, retourner bien vite à l'école, réviser ton jugement, crois-moi, ce serait plus prudent !"

    Aussi Noam décida-t-il de partager la journée en trois partie égales: huit heures de sommeil, huit heures de travail et huit heures de loisirs.
    Et, afin que de diversifier les loisirs des Hommes, il inventa un nouveau jeu pour les distraire, le Yannick Noam, l'ancêtre de notre Jeu de Paume.

    3) Etablissement d'un rite noamien

    Si la messe fut inventée suite au dernier repas de Christos, certains éléments n'en sont pas nés, pour autant, tous à l'époque de ce dernier.
    En effet, nous possédons encore, à Constantinople, un fragment de messe noamienne qui se compose ainsi:
    le prêtre commençait son sermon par une invocation à Dieu, afin d'attirer sa protection sur les fidèles puis il lisait et commentait un passage d'un texte sacré dont nous ignorons l'origine, faute qu'il ne nous soit parvenu et qui fut, peut-être, une des sources de travail de l'excellent Sypouss, puis la cérémonie se terminait par la bénédiction de la foule par le prêtre, au nom de la toute puissance divine, puis il leur souhaitait une bonne semaine.
    Aujourd'hui encore, ce rite est toujours accompli parfois dans certaines églises de Constantinople, sous le nom de "petit rite" pour les messes ordinaires, mais nous ne saurions être certains qu'il en soit ainsi chez les Clercs d'Occident.

    4) Le songe de Noam

    Un jour qu'il était endormi, Noam fit un étrange rêve; il vit un arbre, ou plutôt son regard suivit un tronc d'arbre interminable qui semblait monter tout droit vers le Ciel, quand, soudain, rompant cette ligne immuable, des dizaines de milliers de branches emmêlées et inextricables apparurent, brouillant considérablement sa vue.
    Il prit peur, se crut perdu au milieu de l'Enfer lunaire et se réveilla en sueur; du moins le crut-il, car, en fait, il rêvait toujours ... Un ange lui était maintenant apparu et, pour l'apaiser, il lui expliquait son rêve: " Ce que tu as vu, Noam, c'est le destin de ton Eglise ... le tronc, c'est elle, et ce que tu as pris pour des branches, ce sont, en fait, les racines de cet arbre, qui s'enfoncent dans la terre et qui se conjoignent en un tout unique pour donner ce magnifique arbre. Ton Eglise sera pareille, Noam, forte et brillante, parce que des milliers de racines viendront la nourrir; toi tu en es une, mais, partout, dans le monde, même chez les païens, des gens réfléchissent, pensent, et apporteront, grâce à deux prophètes que Dieu enverra aux Hommes pour les guider vers Lui, leur pierre à l'édifice, car ces deux prophètes sauront conserver ce qui, de toutes ces sciences païennes, est utile à tous, de sorte que ton Eglise, Noam, saura faire naître l'unité de la diversité - E pluribus, unum ("et de plusieurs, un") -.

    On ne sait comment se termina la vie de Noam, ni qui, après lui, prit la relève, mais une chose est certaine, c'est que grâce à Noam et aux penseurs dont il avait eu la vision, Aristote d'abord, Christos ensuite, et notre Eglise encore aujourd'hui, grâce aux apports nombreux qu'elle continue à recevoir, ont permis à l'Eglise aristotélicienne de naître et de continuer à vivre jusqu'à aujourd'hui, prouvant la supériorité de Dieu sur toutes les autres religions qui ont toutes fini par s'éteindre, faute de croyants.

    Traduit par le Théologue Jerem, à partir de la traduction grecque d'un texte syriaque, traduction trouvée lors du pillage de Constantinople en 1204 par les Croisés, et traduit en latin par Lorenzo Valla, un proche du défunt pape Nicolas V dont le Frère Jerem a découvert l'existence, enfoui dans un rayon de la bibliothèque vaticane.

_________________
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    L'Eglise Aristotelicienne Romaine The Roman and Aristotelic Church Index du Forum -> La Bibliothèque Romaine - The Roman Library - Die Römische Bibliothek - La Biblioteca Romana -> Le Dogme - The Dogma Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas voter dans les sondages de ce forum


Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com