L'Eglise Aristotelicienne Romaine The Roman and Aristotelic Church Index du Forum L'Eglise Aristotelicienne Romaine The Roman and Aristotelic Church
Forum RP de l'Eglise Aristotelicienne du jeu en ligne RR
Forum RP for the Aristotelic Church of the RK online game
 
Lien fonctionnel : Le DogmeLien fonctionnel : Le Droit Canon
 FAQFAQ   RechercherRechercher   Liste des MembresListe des Membres   Groupes d'utilisateursGroupes d'utilisateurs   S'enregistrerS'enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

[Annonces] Eglise Aristotélicienne / Aristotelic Church
Aller à la page Précédente  1, 2, 3 ... 9, 10, 11 ... 65, 66, 67  Suivante
 
Poster un nouveau sujet   Ce sujet est verrouillé; vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.    L'Eglise Aristotelicienne Romaine The Roman and Aristotelic Church Index du Forum -> La place d'Aristote - Aristote's Square - Platz des Aristoteles - La Piazza di Aristotele
Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant  
Auteur Message
Dunpeal



Inscrit le: 30 Mai 2008
Messages: 7528

MessagePosté le: Lun Fév 15, 2010 12:35 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Citation:




    Elévation de Luznik au rang de cardinal


    Nous, Cardinaux de la Sainte Eglise Aristotélicienne et Romaine, réunis en Sacré Collège, devant le Très-Haut et sous le regard d’Aristote,

    Créons Luznik de Setúbal, archevêque metropolitain de Lisboa, Cardinal National Électeur de la Sainte Eglise Aristotélicienne et Romaine en tant que représentant de la zone géodogmatique lusophone auprès du Consistoire Pontificale de la même entité linguistique, à savoir le portugais.

    Ad Majorem Dei Gloriam

    Donné à Rome le XV du mois d'fevrier de l’an de grâce MCDLVIII de Notre Seigneur



    Pour le collège des Cardinaux,
    Dunpeal Godwin de Avis, Archidiacre de Rome






Citation:




    Elevação de Luznik à posição de cardeal


    Nós, Cadeais da Santa Igreja Aristotélica e Romana, reunidos no Sagrado Colégio, perante o Todo Poderoso e sob o olhar de Aristótele,

    Consagramos Luznik de Setúbal, arcebispo metropolitano de Lisboa, Cardinal Nacional Eleitor da Santa Igreja Aristotélica e Romana e que representará a zona geodogmática lusófona no Consistório Pontifical da mesma entidade linguística, a saber o português.

    Ad Majorem Dei Gloriam

    Determinado em Roma no XV do mês de Fevereiro do ano MCDLVIII da Graça do Nosso Senhor



    Pelo Colégio dos Cardeais,
    Dunpeal Godwin de Avis, Arquidiácono de Roma



Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Dunpeal



Inscrit le: 30 Mai 2008
Messages: 7528

MessagePosté le: Lun Fév 15, 2010 3:24 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Citation:




    Elévation de Lior rang de cardinal


    Nous, Cardinaux de la Sainte Eglise Aristotélicienne et Romaine, réunis en Sacré Collège, devant le Très-Haut et sous le regard d’Aristote,

    Créons Lior Asteras d’Ozora (dict Lior_asteras), archevêque metropolitain de Esztergom, Cardinal National Suffragant de la Sainte Eglise Aristotélicienne et Romaine en tant que représentant de la zone géodogmatique des balkans auprès du Consistoire Pontificale des Balkans.

    Ad Majorem Dei Gloriam

    Donné à Rome le XV du mois d'fevrier de l’an de grâce MCDLVIII de Notre Seigneur



    Pour le collège des Cardinaux,
    Dunpeal Godwin de Avis, Archidiacre de Rome






Citation:




    Lior bíborosi rangra emelése


    Mi, a Szent Római És Arisztotelészi Egyház bíborosai, a Szent Kollégiumban egyesülve, a Mindenható színe és Arisztotelész tekintete előtt,

    Ozorai Asteras Lior esztergomi metropolita érseket a Szent Római És Arisztotelészi Egyház Nemzeti Szuffragán Bíborosává kreáljuk, a balkáni geodogmatikus zóna képviselőjévé és a Balkáni Konzisztórium tagjává nevezzük ki.

    Ad Majorem Dei Gloriam

    Kelt Rómában, a Mi Urunk MCDLVIII. évében február hó 15-én



    a Bíborosi Kollégium nevében,
    Dunpeal Godwin de Avis, Róma Archidiakónusa



Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Rehael
Cardinal
Cardinal


Inscrit le: 16 Sep 2007
Messages: 13676
Localisation: Roma

MessagePosté le: Jeu Fév 18, 2010 12:33 am    Sujet du message: Répondre en citant

Citation:




    Nomination de Thomas Bombadil d'Azayes à la préfecture de l'Office des Presses, Journaux et Parchemins



    Nous, Tibère de Plantagenêt, dict Rehael, Cardinal Camerlingue de la Sainte Eglise Aristotélicienne et Romaine, Archevêque d'Arles, Seigneur d'Eyguières, devant le Très Haut, et sous le regard d’Aristote,


    Nommons, Monseigneur Thomas Bombadil d'Azayes, archevêque de Reims, Préfet de l'Office des Presses, Journaux et Parchemins.

    Ad Majorem Dei Gloriam

    Faict à Rome le XVII février de l’an de grâce MCDLVIII de Notre Seigneur








Code:
[quote]

[list]
[color=#009900]
[b][size=18]Nomination de Thomas Bombadil d'Azayes à la préfecture de l"Office des Presses, Journaux et Parchemins [/size][/b][/color]

[b]
Nous, Tibère de Plantagenêt, dict Rehael, Cardinal Camerlingue de la Sainte Eglise Aristotélicienne et Romaine, Archevêque d'Arles, Seigneur d'Eyguières, devant le Très Haut, et sous le regard d’Aristote, [/b]

Nommons, Monseigneur [color=#009900][b]Thomas Bombadil d'Azayes[/b], [/color]archevêque de Reims, [b]Préfet de l'Office des Presses, Journaux et Parchemins.[/b]

[b][i]Ad Majorem Dei Gloriam[/i]

Faict à Rome le XVII février de l’an de grâce MCDLVIII de Notre Seigneur[/b]

[img]http://img18.imageshack.us/img18/6109/rehael2.png[/img]

[/list]

[/quote]
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé MSN Messenger
Dunpeal



Inscrit le: 30 Mai 2008
Messages: 7528

MessagePosté le: Dim Fév 28, 2010 7:38 am    Sujet du message: Répondre en citant

Citation:



    Habemus Sanctae Romanae Ecclesiae Cardinalem Camerarium


    Nous, cardinaux de la Sainte Église Aristotélicienne et Romaine, réunit en Sacré Collège, devant le Très Haut et sous le regard d’Aristote, au nom de Sa Sainteté Eugène, par la grâce de Dieu, Souverain Pontife,


    Rendons officielle la reconduction de son éminence Tibère de Plantagenêt, dict Rehael, Cardinal Romain, Archevêque d'Arles, aux fonctions de Camerlingue de la Sainte Église Aristotélicienne et Romaine.


    Ad Majorem Dei Gloriam

    Donné à Rome le dimanche XXVIII fevrier de l’an de grâce MCDLVIII de Notre Seigneur.



    Pour le collège de Cardinaux, l'archidiacre de Rome, son Éminence Dunpeal Godwin de Avis.






Citation:



    Habemus Sanctae Romanae Ecclesiae Cardinalem Camerarium


    We, cardinals of the Holy Aristotelian and Roman Church, gathered in the Sacred College, besides the High One and under the watchful eye of Aristotle, on behalf of His Holiness Eugène, by the Grace of Jah, Soverain Pontiff,


    Announce officially the renewal of his Eminence Tibère de Plantagenêt, known as Rehael, Cardinal Roman, Archbishop of Arles, to the position of Camerlengo of the Holy Aristotelian and Roman Church.


    Ad Majorem Dei Gloriam

    Written in Rome on sunday the XXVIII february of the yar of grace MCDLVIII of Our Jah.



    On behalf of the Sacred College, the archdeacon of Rome, his Eminence Dunpeal Godwin de Avis.


Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Aaron
Cardinal
Cardinal


Inscrit le: 07 Mar 2006
Messages: 13195
Localisation: Castelli Romani

MessagePosté le: Dim Mar 07, 2010 8:09 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Citation:



    A l’Universalité des fidèles,
    Au peuple franc-comtois,
    Aux autorités de Franche-Comté.


    Si nous prenons la plume aujourd’hui, c’est à la fois pour faire état de notre mécontentement
    et pour remettre certaines choses au clair, car il semble que, comme bien trop souvent, le
    commun des mortels s’arroge le droit d’interpréter les écritures, les doctrines et les canons de
    la Sainte Institution, se posant comme supérieur en intelligence et en érudition aux hommes
    d’Église qui les ont écrite.

    Les faits qui nous poussent à vous écrire sont bien entendu la récente abrogation du concordat
    Franc-Comtois. De fausse rumeurs, et surtout de fausses croyances, prêchées comme vérité
    intangible par les autorités laïques sont parvenues jusqu’à nous. Aussi est-il utile de faire la
    lumière sur chacune de ces erreurs qui accablent un peu plus les fidèles croyants.

    Un concordat est un acte canonique, émanent de l’autorité suprême de l’Église
    Aristotélicienne et Romaine. Par autorité déléguée, la Congrégation des Affaires du Siècle,
    est habilitée, au nom de la Curie et du Sacrée Collège des Cardinaux, dont elle est le dicastère
    diplomatique, à produire des actes à caractère canonique comme le sont les concordats.
    Revêtus de ce caractère sacré inaliénable, les concordats font partie intégrante des canons de
    l’Église qui régissent le peuple de Dieu dans des régions données. Ils sont comme des
    précisions locales aux canons généraux. Tout fidèle doit tenir en même estime le Dogme et le
    Droit Canon car ils sont tout deux de nature divine. L’un ne prend pas le pas sur l’autre. De ce
    fait, toute personne baptisée cessant de reconnaître et rejetant une partie des canons de
    l’Église se pose ipso facto en position de schismatique. Un concordat, comme nous venons de
    le démontrer, étant un acte canonique, son rejet implique nécessairement un schisme (cette
    appellation s’applique aussi bien au clergé qu’aux fidèles), que l’on soit aussi vertueux que les
    saints dans ses actions quotidiennes.

    Dès lors, la Franche-Comté venant de procéder à l’abrogation du concordat là liant à l’Église,
    elle vient de sombrer dans le schisme. Cependant, nous accordons le bénéfice du doute aux
    autorités comtales et supposons qu’elles ont péchés par ignorance, ignorant qu’un concordat
    était un acte canonique, et que le rompre entraînait des conséquences fâcheuses.

    Aussi, fort de ce constat, nous exhortons et admonestons les autorités parlementaires à revenir
    sur leur abrogation en réhabilitant le concordat. Étant aujourd’hui pleinement conscients de
    leur erreur et de leur crime de lèse-majesté divine et humaine, les autorités de Franche-Comté
    sont invitées à se raviser, sous peine de quoi, l’Église Aristotélicienne et Romaine ne pourra
    que constater leurs mise au ban de la communauté des fidèles – sans qu’un procès ne soit
    nécessaire comme certain l’on prétendument affirmer car les faits sont patents et reconnus.
    L’excommunication est certes une peine « disciplinaire », mais elle est aussi « pénitentielle ».

    Enfin, l’Église appelle tous ses fidèles croyants et son clergé à rappeler aux autorités franc-
    comtoises leur devoir envers Dieu et l’Église. En outre, Elle réaffirme la pleine légitimité,
    conformité et validité du concordat prétendument abrogé par le gouvernement de Dole. Tout
    fidèle se doit de s’y tenir et de s’y conformer.

    La Franche Comté est terre d’aristotélisme, nous d’en doutons pas un seul instant, mais
    quelques uns de ses dirigeants ont péchés par négligence, ignorance ou orgueil. L’Église offre
    son pardon. Tant que les conditions imposées par l’Église n’auront pas été respectées, la
    Congrégation des Affaires du Siècle n’engagera aucun dialogue sur de nouveaux accords
    concordataires.

    Puisse Dieu vous inspirer sagesse à tous et vous conduire sur le juste chemin de la Vertu
    et de la Foi.


    Bénédiction apostolique.



    Vicomte Aaron de Nagan,
    Cardinal et Doyen du Sacré Collège,
    Chancelier de la Congrégation des Affaires du Siècle.



    Fait à Rome, le VII du mois de mars de l'an MCDLVIII.




Code:
[quote]
[list]
[i]
A l’Universalité des fidèles,
Au peuple franc-comtois,
Aux autorités de Franche-Comté.


Si nous prenons la plume aujourd’hui, c’est à la fois pour faire état de notre mécontentement
 et pour remettre certaines choses au clair, car il semble que, comme bien trop souvent, le
commun des mortels s’arroge le droit d’interpréter les écritures, les doctrines et les canons de
la Sainte Institution, se posant comme supérieur en intelligence et en érudition aux hommes
d’Église qui les ont écrite.

Les faits qui nous poussent à vous écrire sont bien entendu la récente abrogation du concordat
Franc-Comtois. De fausse rumeurs, et surtout de fausses croyances, prêchées comme vérité
intangible par les autorités laïques sont parvenues jusqu’à nous. Aussi est-il utile de faire la
lumière sur chacune de ces erreurs qui accablent un peu plus les fidèles croyants.

Un concordat est un acte canonique, émanent de l’autorité suprême de l’Église
Aristotélicienne et Romaine. Par autorité déléguée, la Congrégation des Affaires du Siècle,
est habilitée, au nom de la Curie et du Sacrée Collège des Cardinaux, dont elle est le dicastère
diplomatique, à produire des actes à caractère canonique comme le sont les concordats.
Revêtus de ce caractère sacré inaliénable, les concordats font partie intégrante des canons de
l’Église qui régissent le peuple de Dieu dans des régions données. Ils sont comme des
précisions locales aux canons généraux. Tout fidèle doit tenir en même estime le Dogme et le
Droit Canon car ils sont tout deux de nature divine. L’un ne prend pas le pas sur l’autre. De ce
fait, toute personne baptisée cessant de reconnaître et rejetant une partie des canons de
l’Église se pose ipso facto en position de schismatique. Un concordat, comme nous venons de
le démontrer, étant un acte canonique, son rejet implique nécessairement un schisme (cette
appellation s’applique aussi bien au clergé qu’aux fidèles), que l’on soit aussi vertueux que les
saints dans ses actions quotidiennes.

Dès lors, la Franche-Comté venant de procéder à l’abrogation du concordat là liant à l’Église,
elle vient de sombrer dans le schisme. Cependant, nous accordons le bénéfice du doute aux
autorités comtales et supposons qu’elles ont péchés par ignorance, ignorant qu’un concordat
était un acte canonique, et que le rompre entraînait des conséquences fâcheuses.

Aussi, fort de ce constat, nous exhortons et admonestons les autorités parlementaires à revenir
sur leur abrogation en réhabilitant le concordat. Étant aujourd’hui pleinement conscients de
leur erreur et de leur crime de lèse-majesté divine et humaine, les autorités de Franche-Comté
sont invitées à se raviser, sous peine de quoi, l’Église Aristotélicienne et Romaine ne pourra
que constater leurs mise au ban de la communauté des fidèles – sans qu’un procès ne soit
nécessaire comme certain l’on prétendument affirmer car les faits sont patents et reconnus.
L’excommunication est certes une peine « disciplinaire », mais elle est aussi « pénitentielle ».

Enfin, l’Église appelle tous ses fidèles croyants et son clergé à rappeler aux autorités franc-
comtoises leur devoir envers Dieu et l’Église. En outre, Elle réaffirme la pleine légitimité,
conformité et validité du concordat prétendument abrogé par le gouvernement de Dole. Tout
fidèle se doit de s’y tenir et de s’y conformer.

La Franche Comté est terre d’aristotélisme, nous d’en doutons pas un seul instant, mais
quelques uns de ses dirigeants ont péchés par négligence, ignorance ou orgueil. L’Église offre
son pardon. Tant que les conditions imposées par l’Église n’auront pas été respectées, la
Congrégation des Affaires du Siècle n’engagera aucun dialogue sur de nouveaux accords
concordataires.

Puisse Dieu vous inspirer sagesse à tous et vous conduire sur le juste chemin de la Vertu
et de la Foi.


Bénédiction apostolique.

[img]http://img204.imageshack.us/img204/9382/signaturepngcopiejt9.png[/img]

Vicomte Aaron de Nagan,
Cardinal et Doyen du Sacré Collège,
Chancelier de la Congrégation des Affaires du Siècle.

[img]http://img138.imageshack.us/img138/7150/sanstitre1copiegb5.png[/img]

Fait à Rome, le VII du mois de mars de l'an MCDLVIII.
[/i]
[/list]
[/quote]

_________________

Patriarche in Partibus d'Alexandrie
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé MSN Messenger
Aaron
Cardinal
Cardinal


Inscrit le: 07 Mar 2006
Messages: 13195
Localisation: Castelli Romani

MessagePosté le: Lun Mar 08, 2010 10:53 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Citation:



    A l’Universalité des fidèles,
    Au peuple franc-comtois,
    Aux autorités de Franche-Comté.


    Les autorités de Franche-Comté semblent être restées sourdes aux discours de l’Église et continuent
    de se constituer en entité doctrinale, capable de légiférer et d’argumenter sur les canons de l’Église.
    Non contentes de se poser déjà en schismatiques en abrogeant le concordat, elles ne reconnaissent
    plus l’autorité religieuse de l’Église Romaine en s’érigeant comme supérieur à l’ordre spirituel dans
    l’interprétation de ses canons.

    L'Église à qui le Très-Haut a confié le dépôt de la foi à le devoir d’annoncer la vérité et de l'exposer
    fidèlement au peuple de Dieu dont Elle à la charge. Elle dispose ainsi du devoir et du droit inné,
    indépendant de tout pouvoir humain d'annoncer en tout temps et en tout lieu les principes de la
    morale, même en ce qui concerne l'ordre social, ainsi que de porter un jugement sur toute réalité
    humaine, dans la mesure où l'exigent les droits fondamentaux dont Elle dispose et le salut des âmes.

    Tous les hommes sont tenus de chercher la vérité en ce qui concerne Dieu et son Église, et lorsqu'ils
    l'ont connue au travers de l’enseignement de la Sainte Institution, ils sont tenus, en vertu de la loi
    divine et par l'obligation du baptême, d'y adhérer et de l’observer.

    Le Pontife Romain, en vertu de sa charge, le Sacré Collège des Cardinaux et les Saintes
    Congrégations, en vertu du pouvoir délégué dont ils bénéficient, jouissent du pouvoir suprême dans
    le magistère sacré, solennel et universel de l'Église. Ce qu’ils proclament comme doctrine à tenir sur
    la foi et les mœurs, comme dogme ou comme canon, doit être tenu pour inviolable et incontestable,
    car inspiré par l’Action Divine au travers de laquelle s’exprime la volonté de Dieu dont l’Église de
    Rome se fait le porte-voix.

    Les autorités franc-comtoises accusent la Sainte Institution de prôner la guerre à défaut de prêcher
    la paix. Mais sont-elles conscientes de ce qu’elles disent ? Sont-elles consciente que l’Église, plus
    qu’une main diplomatique tendue, leur dispense un enseignement spirituel qui les sauvera de la
    damnation et de l’excommunication ? Dans sa grande mansuétude et sa généreuse miséricorde,
    l’Église Aristotélicienne et Romaine caractérise leur faute de péché d’ignorance et non de conscience,
    les sauvant par là de l’excommunication latae sentencia. Aujourd’hui, la Congrégation des Affaires du
    Siècle, par notre voix, vous indique les erreurs spirituelles commises. Aussi, fort de ce constat, le
    péché passe d’ignorance à conscience. Devant cet état de fait, les contrevenant doivent faire acte
    de contrition puisque pécheur en pleine connaissance de cause.

    Nous n’ignorons pas que les autorités franc-comtoises ne nous prennent pas au sérieux et osent
    continuer à défier l’autorité et le magistère spirituel de l’Église. Aussi sommes nous devant
    l’obligation, face à leur volonté patente de persister dans l’erreur, de définir un délai de réflexion, au
    delà duquel nous ne pourrons que faire notre office, en pleine légitimité spirituelle et canonique, et
    suivant les préceptes et doctrines de l’Église. Nonobstant les protestations du Franc-Comte, nous
    laissons aux parlementaires Franc-comtois un délai de sept jours à compté de celui-ci pour se raviser,
    reconnaître leur erreur et engager les procédures en vue de la réhabilitation du concordat.

    Du point de vue de la Nonciature Apostolique, les négociations pour un potentiel futur concordat,
    comme semble le souhaiter les autorités de Dole, sont gelées et ne seront envisagées que lorsque les
    parlementaires pécheurs auront fait acte de résipiscence. En dehors de cette condition sine qua non,
    le précédent concordat, étant toujours reconnu comme valide aux yeux de l’Église, sera toujours en
    application.

    Avant que de conclure, nous répondrons à deux interrogations du Franc-Comte auxquelles nous
    estimons que des précisions claires doivent être portées, le reste étant à notre sens suffisamment
    expliqué dans notre précédent courrier et par la voix de notre Protonotaire Apostolique en légation
    extraordinaire en Franche-Comté.

    Qu’il soit clair que l’Église n’a jamais affirmer ni penser que la Franche Comté était dans son
    ensemble devenue impie, hérétique ou schismatique, mais que seuls ses élus étaient reconnus
    comme fautif en ayant contrevenu au Droit Canon.

    Enfin, concernant ce dernier et sa remise en cause par le Franc-Comte dans l’annexe de sa dernière
    lettre, nous balayons d’un revers de main les allégations fallacieuses et hors de propos que son
    acrimonie lui fait proférer à l’égard de l’Église. Car qu’il soit entendu que : la modification du Droit
    canonique n’a en aucun cas modifié les conséquences ou l’interprétation des articles du concordat
    franc-comtois. En effet, ces modifications étant d’une part mineures, elles ne modifiaient en
    rien – lorsque les articles les subissant ayant un lien – les articles concordataires ; et d’autre part,
    que la plupart d’entre elles concernaient l’administration de l’Église et le gouvernement du clergé
    et n’avait aucune incidence sur l’application du dit-concordat. En conséquence, la révision du Droit
    Canon ne saurait constituer une raison favorable à l’abrogation du document concordataire.


    Bénédiction apostolique.



    Vicomte Aaron de Nagan,
    Cardinal et Doyen du Sacré Collège,
    Chancelier de la Congrégation des Affaires du Siècle.



    Fait à Rome, le VIII du mois de mars de l'an MCDLVIII.





Code:
[quote]
[list]
[i]
A l’Universalité des fidèles,
Au peuple franc-comtois,
Aux autorités de Franche-Comté.


Les autorités de Franche-Comté semblent être restées sourdes aux discours de l’Église et continuent
de se constituer en entité doctrinale, capable de légiférer et d’argumenter sur les canons de l’Église.
Non contentes de se poser déjà en schismatiques en abrogeant le concordat, elles ne reconnaissent
plus l’autorité religieuse de l’Église Romaine en s’érigeant comme supérieur à l’ordre spirituel dans
l’interprétation de ses canons.

L'Église à qui le Très-Haut a confié le dépôt de la foi à le devoir d’annoncer la vérité et de l'exposer
fidèlement au peuple de Dieu dont Elle à la charge. Elle dispose ainsi du devoir et du droit inné,
indépendant de tout pouvoir humain d'annoncer en tout temps et en tout lieu les principes de la
morale, même en ce qui concerne l'ordre social, ainsi que de porter un jugement sur toute réalité
humaine, dans la mesure où l'exigent les droits fondamentaux dont Elle dispose et le salut des âmes.

Tous les hommes sont tenus de chercher la vérité en ce qui concerne Dieu et son Église, et lorsqu'ils
l'ont connue au travers de l’enseignement de la Sainte Institution, ils sont tenus, en vertu de la loi
divine et par l'obligation du baptême, d'y adhérer et de l’observer.

Le Pontife Romain, en vertu de sa charge, le Sacré Collège des Cardinaux et les Saintes
Congrégations, en vertu du pouvoir délégué dont ils bénéficient, jouissent du pouvoir suprême dans
le magistère sacré, solennel et universel de l'Église. Ce qu’ils proclament comme doctrine à tenir sur
la foi et les mœurs, comme dogme ou comme canon, doit être tenu pour inviolable et incontestable,
car inspiré par l’Action Divine au travers de laquelle s’exprime la volonté de Dieu dont l’Église de
Rome se fait le porte-voix.

Les autorités franc-comtoises accusent la Sainte Institution de prôner la guerre à défaut de prêcher
la paix. Mais sont-elles conscientes de ce qu’elles disent ? Sont-elles consciente que l’Église, plus
qu’une main diplomatique tendue, leur dispense un enseignement spirituel qui les sauvera de la
damnation et de l’excommunication ? Dans sa grande mansuétude et sa généreuse miséricorde,
l’Église Aristotélicienne et Romaine caractérise leur faute de péché d’ignorance et non de conscience,
les sauvant par là de l’excommunication latae sentencia. Aujourd’hui, la Congrégation des Affaires du
Siècle, par notre voix, vous indique les erreurs spirituelles commises. Aussi, fort de ce constat, le
péché passe d’ignorance à conscience. Devant cet état de fait, les contrevenant doivent faire acte
de contrition puisque pécheur en pleine connaissance de cause.

Nous n’ignorons pas que les autorités franc-comtoises ne nous prennent pas au sérieux et osent
continuer à défier l’autorité et le magistère spirituel de l’Église. Aussi sommes nous devant
l’obligation, face à leur volonté patente de persister dans l’erreur, de définir un délai de réflexion, au
delà duquel nous ne pourrons que faire notre office, en pleine légitimité spirituelle et canonique, et
suivant les préceptes et doctrines de l’Église. Nonobstant les protestations du Franc-Comte, nous
laissons aux parlementaires Franc-comtois un délai de sept jours à compté de celui-ci pour se raviser,
reconnaître leur erreur et engager les procédures en vue de la réhabilitation du concordat.

Du point de vue de la Nonciature Apostolique, les négociations pour un potentiel futur concordat,
comme semble le souhaiter les autorités de Dole, sont gelées et ne seront envisagées que lorsque les
parlementaires pécheurs auront fait acte de résipiscence. En dehors de cette condition sine qua non,
le précédent concordat, étant toujours reconnu comme valide aux yeux de l’Église, sera toujours en
application.

Avant que de conclure, nous répondrons à deux interrogations du Franc-Comte auxquelles nous
estimons que des précisions claires doivent être portées, le reste étant à notre sens suffisamment
expliqué dans notre précédent courrier et par la voix de notre Protonotaire Apostolique en légation
extraordinaire en Franche-Comté.

Qu’il soit clair que l’Église n’a jamais affirmer ni penser que la Franche Comté était dans son
ensemble devenue impie, hérétique ou schismatique, mais que seuls ses élus étaient reconnus
comme fautif en ayant contrevenu au Droit Canon.

Enfin, concernant ce dernier et sa remise en cause par le Franc-Comte dans l’annexe de sa dernière
lettre, nous balayons d’un revers de main les allégations fallacieuses et hors de propos que son
acrimonie lui fait proférer à l’égard de l’Église. Car qu’il soit entendu que : la modification du Droit
canonique n’a en aucun cas modifié les conséquences ou l’interprétation des articles du concordat
franc-comtois. En effet, ces modifications étant d’une part mineures, elles ne modifiaient en
rien – lorsque les articles les subissant ayant un lien – les articles concordataires ; et d’autre part,
que la plupart d’entre elles concernaient l’administration de l’Église et le gouvernement du clergé
et n’avait aucune incidence sur l’application du dit-concordat. En conséquence, la révision du Droit
Canon ne saurait constituer une raison favorable à l’abrogation du document concordataire.


Bénédiction apostolique.

[img]http://img204.imageshack.us/img204/9382/signaturepngcopiejt9.png[/img]

Vicomte Aaron de Nagan,
Cardinal et Doyen du Sacré Collège,
Chancelier de la Congrégation des Affaires du Siècle.

[img]http://img138.imageshack.us/img138/7150/sanstitre1copiegb5.png[/img]

Fait à Rome, le VIII du mois de mars de l'an MCDLVIII.

[/i]
[/list]
[/quote]

_________________

Patriarche in Partibus d'Alexandrie
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé MSN Messenger
Aaron
Cardinal
Cardinal


Inscrit le: 07 Mar 2006
Messages: 13195
Localisation: Castelli Romani

MessagePosté le: Ven Mar 19, 2010 12:35 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Citation:




    Elévation de Verty de Montfort-Toxandrie au rang de cardinal national suffragant


    Nous, Cardinaux de la Sainte Eglise Aristotélicienne et Romaine, réunis en Sacré Collège, devant le Très-Haut et sous le regard d’Aristote,


    Créons Verty de Montfort-Toxandrie, archevêque métropolitain de Bourges, Cardinal national suffragant de la Sainte Église Aristotélicienne et Romaine en tant que représentant de la zone géodogmatique francophone auprès du Consistoire Pontificale de la même entité linguistique.


    Ad Majorem Dei Gloriam

    Donné à Rome le XIX du mois de Mars, le vendredi, de l’an de grâce MCDLVIII de Notre Seigneur.



    Pour le collège des Cardinaux,
    Aaron de Nagan, Doyen du Sacré-Collège.





Code:

[quote]

[list]

[size=18][color=#FFCC00][b]Elévation de Verty de Montfort-Toxandrie au rang de cardinal national suffragant[/b][/color][/size]


[b]Nous, Cardinaux de la Sainte Eglise Aristotélicienne et Romaine, réunis en Sacré Collège, devant le Très-Haut et sous le regard d’Aristote, [/b]


Créons [color=#FFCC00][b]Verty de Montfort-Toxandrie[/b][/color], archevêque métropolitain de Bourges, [color=#FFCC00][b]Cardinal national suffragant[/b][/color] de la Sainte Église Aristotélicienne et Romaine en tant que représentant de la [i]zone géodogmatique francophone[/i] auprès du Consistoire Pontificale de la même entité linguistique.


[i][b]Ad Majorem Dei Gloriam [/b][/i]

[b]Donné à Rome le XIX du mois de Mars, le vendredi, de l’an de grâce MCDLVIII de Notre Seigneur.[/b]

[img]http://img378.imageshack.us/img378/1653/sceauaarondbordjaunecopsb5.png[/img]

[i][b]Pour le collège des Cardinaux,
Aaron de Nagan, Doyen du Sacré-Collège.[/b][/i]
[/list]

[/quote]


Citation:




    Escalation verty Montfort-Toxandri the rank of cardinal national suffragan


    We, the Cardinals of the Holy Roman Church and Aristotelian, meeting in the Sacred College, before the Almighty and under the eyes of Aristotle,


    Create de Montfort-verty Toxandri , archbishop of Bourges, Cardinal National suffragan of Holy Aristotelian and Roman Church as representative of the area géodogmatique francophone with the Papal Consistory of the same linguistic entity.


    Ad Majorem Dei Gloriam

    Given in Rome on the nineteenth of March, on Friday, the year of grace of Our Lord MCDLVIII.



    For the College of Cardinals
    Aaron Nagan, Dean of the Sacred College.




_________________

Patriarche in Partibus d'Alexandrie
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé MSN Messenger
Aaron
Cardinal
Cardinal


Inscrit le: 07 Mar 2006
Messages: 13195
Localisation: Castelli Romani

MessagePosté le: Ven Mar 19, 2010 12:53 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Citation:


    ........
    In medio stat Virtus
    Constitution Apostolique « La Vertu se tient au milieu ».






    Livre 4 : La Justice d’Église



    Partie I : Des généralités et des compétences


    Généralités

    Article 1 : La Justice d’Église est administrée par la Congrégation de la Sainte Inquisition, dicastère romain administré par un Cardinal-Chancelier Grand Inquisiteur.

    Article 2 : La Justice d’Église est une composante générale de la justice des royaumes et répond donc également aux impératifs moraux de celle-ci, transcrits dans « La Charte du Juge », en tenant compte toutefois de sa place et de sa mission.

    Compétences

    Article 3 : La Justice d’Église est compétente dans toutes les violations du Dogme, des doctrines et du Droit Canon de l’Église Aristotélicienne, Universelle et Romaine. Elle se prononce sur l’orthodoxie des actes qu’elle est amenée à juger.

    Article 4 : La compétence de la Justice d’Église s’étend aussi loin que porte l’ombre d’Aristote et peut s’exercer sur l’ensemble des paroisses des royaumes.

    Article 5 : Tout individu peut, sauf dispositions contraires approuvées par les autorités compétentes, être plaignant, prévenu ou témoin.

    Article 6 : Dans l’articulation des sources du droit, la Justice d'Église puise ses sources, dans l'ordre, chaque source citée prévalant sur la suivante :
    - Du Dogme Aristotélicien
    - Des Doctrines
    - Du Droit Canon
    - Des accords, traités ou concordats validés par les autorités compétentes de l’Église.
    - De la coutume jurisprudentielle
    - De l’usage

    Juridictions et ressort

    Article 7 : La Justice d’Église comprend une justice ordinaire et une justice d’exception.

    Article 8 : La justice ordinaire, est rendue en premier ressort par l’Officialité épiscopale, en deuxième ressort par la Rote Apostolique

    Article 9 : La justice exceptionnelle est rendue par le Tribunal d’Inquisition, en deuxième ressort par le tribunal pontifical



    Texte canonique sur la Justice d'Église,
    Donné et entériné à Rome par le Sacré-Collège sous le pontificat du Très Saint Père Eugène V le dixième du mois de janvier, le dimanche, de l'an de grâce MCDLVIII.

    Première publication par feu Son Éminence Frère Nico le troisième du mois d'Août, le jeudi, de l'an MCDLIV ; revu, cacheté et publié à nouveau par Son Éminence Aaron de Nagan, Cardinal-Chancelier et Doyen du Sacré Collège, le dix-neuvième jour du mois de Mars, le vendredi, de l'an de grâce MCDLVIII.





Code:

[quote]
[list]
[color=#FFFFFF]........[/color][img]http://img522.imageshack.us/img522/4493/badgecopiepetitcd1.png[/img]
[color=#FFCC33][size=24][i][b] In medio stat Virtus [/b][/i][/size]
[i]Constitution Apostolique « La Vertu se tient au milieu ».[/i][/color]





[size=18]Livre 4 : La Justice d’Église[/size]



[b][size=14]Partie I : Des généralités et des compétences [/size][/b]


[i][b]Généralités [/b][/i]

[b]Article 1 : [/b] La Justice d’Église est administrée par la Congrégation de la Sainte Inquisition, dicastère romain administré par un Cardinal-Chancelier Grand Inquisiteur.

[b]Article 2 : [/b] La Justice d’Église est une composante générale de la justice des royaumes et répond donc également aux impératifs moraux de celle-ci, transcrits dans « La Charte du Juge », en tenant compte toutefois de sa place et de sa mission.

[i][b] Compétences [/b][/i]

[b]Article 3 : [/b] La Justice d’Église est compétente dans toutes les violations du Dogme, des doctrines et du Droit Canon de l’Église Aristotélicienne, Universelle et Romaine. Elle se prononce sur l’orthodoxie des actes qu’elle est amenée à juger.

[b]Article 4 : [/b] La compétence de la Justice d’Église s’étend aussi loin que porte l’ombre d’Aristote et peut s’exercer sur l’ensemble des paroisses des royaumes.

[b]Article 5 : [/b] Tout individu peut, sauf dispositions contraires approuvées par les autorités compétentes, être plaignant, prévenu ou témoin.

[b]Article 6 : [/b] Dans l’articulation des sources du droit, la Justice d'Église puise ses sources, dans l'ordre, chaque source citée prévalant sur la suivante :
- Du Dogme Aristotélicien
- Des Doctrines
- Du Droit Canon
- Des accords, traités ou concordats validés par les autorités compétentes de l’Église.
- De la coutume jurisprudentielle
- De l’usage

[i][b] Juridictions et ressort [/b][/i]

[b]Article 7 : [/b] La Justice d’Église comprend une justice ordinaire et une justice d’exception.

[b]Article 8 : [/b] La justice ordinaire, est rendue en premier ressort par l’Officialité épiscopale, en deuxième ressort par la Rote Apostolique

[b]Article 9 : [/b] La justice exceptionnelle est rendue par le Tribunal d’Inquisition, en deuxième ressort par le tribunal pontifical



[i]Texte canonique sur la Justice d'Église,
Donné et entériné à Rome par le Sacré-Collège sous le pontificat du Très Saint Père Eugène V le dixième du mois de janvier, le dimanche, de l'an de grâce MCDLVIII.

Première publication par feu Son Éminence Frère Nico le troisième du mois d'Août, le jeudi, de l'an MCDLIV ; revu, cacheté et publié à nouveau par Son Éminence Aaron de Nagan, Cardinal-Chancelier et Doyen du Sacré Collège, le dix-neuvième jour du mois de Mars, le vendredi, de l'an de grâce MCDLVIII.[/i]

[/list]
[/quote][img]http://img364.imageshack.us/img364/3705/bulleorhq5.png[/img]

[traduction suivra]
_________________

Patriarche in Partibus d'Alexandrie


Dernière édition par Aaron le Ven Mar 19, 2010 12:56 pm; édité 1 fois
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé MSN Messenger
Aaron
Cardinal
Cardinal


Inscrit le: 07 Mar 2006
Messages: 13195
Localisation: Castelli Romani

MessagePosté le: Ven Mar 19, 2010 12:55 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Citation:


    ........
    In medio stat Virtus
    Constitution Apostolique « La Vertu se tient au milieu ».
    - Suite -






    Livre 4 : La Justice d’Église



    Partie II : Des Officialité Épiscopales


    Généralités

    Article 1 : Il existe une Officialité Épiscopale par diocèse. La mise en place de l’Officialité relève du pouvoir discrétionnaire de l’évêque du diocèse nonobstant tout concordat ou accord particulier. L’Officialité du diocèse où se trouve l’archevêché, est dite Officialité Archiépiscopale. Elle supplée à tout défaut d’officialité épiscopale suffragante.

    Composition

    Article 2 : Les Officialités Épiscopales sont composées :
    - De l'Évêque du Diocèse et de deux Officiaux. Par exception, un official peut être suppléé par un clerc de la province, si les circonstances l’exigent, notamment s’il est partie au procès.
    - Du Procureur Épiscopal assisté par le Vidame de la province ecclésiastique dont dépend l'Officialité Épiscopale.

    Article 3 : La présidence de l'Officialité est assurée par l’Évêque du diocèse. Si l’évêque est partie du procès l’affaire doit être renvoyée devant l’officialité archiépiscopale ou être dépaysée.

    Article 4 : Le Procureur Ecclésiastique est nommé à titre viager par l’évêque du diocèse dont dépend l’Officialité avec l'aval de la Congrégation de la Sainte Inquisition, dont les conditions prévues sont définie dans le règlement interne de la Congrégation. Il peut être révoqué par un cardinal inquisiteur sur lettre circonstanciée de l’évêque, président l’officialité.

    Article 5 : Le Vidame est chargé de veiller à l’application de la peine, sauf dispositions contraires du jugement.

    Article 6 : L'Official est nommé par l'Évêque dont l’Officialité relève pour ses connaissances du Droit Canon. Il est nécessairement un clerc. Il assiste l'Évêque, délibère avec lui et se voit chargé, avec le Procureur Épiscopal, de la tenue des archives et de l'acheminement des copies à la Congrégation de la Sainte Inquisition ainsi qu'au Consistoire Pontifical concerné.

    Article 7 : Dans le cas où l’Officialité ne pourrait siéger au complet, il appartient à l’évêque du diocèse, soit de faire envoyer l’affaire devant l’Officialité archiépiscopale, soit dans le cas d’une absence de procureur épiscopal, de faire mandater un procureur général ecclésiastique, ou un missus inquisitionis agissant comme tel, par la congrégation de la Sainte inquisition, afin de le suppléer.

    Compétence territoriale

    Article 8 : L’Officialité Épiscopale est compétente pour les actes commis dans les paroisses du diocèse sur lequel elle a autorité, ou par des paroissiens résidant dans le dit diocèse. En cas de litige, la Congrégation de la Sainte Inquisition ou par défaut le Consistoire Pontifical compétent attribue la procédure au tribunal le plus apte.

    Saisine

    Article 9 : Toute plainte ou demande auprès de l’Officialité épiscopale doit être déposée entre les mains du procureur épiscopal ou de ses services.

    Article 10 : La saisine de l’officialité est assurée par le Procureur Épiscopale, celui-ci peut saisir l’officialité de son propre chef, mandaté par un responsable de la Congrégation de la Sainte Inquisition, par le Consistoire Pontifical ou par un Cardinal.



    Texte canonique sur la Justice d'Église,
    Donné et entériné à Rome par le Sacré-Collège sous le pontificat du Très Saint Père Eugène V le dixième du mois de janvier, le dimanche, de l'an de grâce MCDLVIII.

    Première publication par feu Son Éminence Frère Nico le troisième du mois d'Août, le jeudi, de l'an MCDLIV ; revu, cacheté et publié à nouveau par Son Éminence Aaron de Nagan, Cardinal-Chancelier et Doyen du Sacré Collège, le dix-neuvième jour du mois de Mars, le vendredi, de l'an de grâce MCDLVIII.





Code:
[quote]
[list]
[color=#FFFFFF]........[/color][img]http://img522.imageshack.us/img522/4493/badgecopiepetitcd1.png[/img]
[color=#FFCC33][size=24][i][b] In medio stat Virtus [/b][/i][/size]
[i]Constitution Apostolique « La Vertu se tient au milieu ».
- Suite -[/i][/color]





[size=18]Livre 4 : La Justice d’Église[/size]



[b][size=14]Partie II : Des Officialité Épiscopales [/size][/b]


[i][b] Généralités [/b][/i]

[b]Article 1 : [/b]Il existe une Officialité Épiscopale par diocèse. La mise en place de l’Officialité relève du pouvoir discrétionnaire de l’évêque du diocèse nonobstant tout concordat ou accord particulier. L’Officialité du diocèse où se trouve l’archevêché, est dite Officialité Archiépiscopale. Elle supplée à tout défaut d’officialité épiscopale suffragante.

[i][b] Composition [/b][/i]

[b]Article 2 : [/b]Les Officialités Épiscopales sont composées :
- De l'Évêque du Diocèse et de deux Officiaux. Par exception, un official peut être suppléé par un clerc de la province, si les circonstances l’exigent, notamment s’il est partie au procès.
- Du Procureur Épiscopal assisté par le Vidame de la province ecclésiastique dont dépend l'Officialité Épiscopale.

[b]Article 3 : [/b]La présidence de l'Officialité est assurée par l’Évêque du diocèse. Si l’évêque est partie du procès l’affaire doit être renvoyée devant l’officialité archiépiscopale ou être dépaysée.

[b]Article 4 : [/b]Le Procureur Ecclésiastique est nommé à titre viager par l’évêque du diocèse dont dépend l’Officialité avec l'aval de la Congrégation de la Sainte Inquisition, dont les conditions prévues sont définie dans le règlement interne de la Congrégation. Il peut être révoqué par un cardinal inquisiteur sur lettre circonstanciée de l’évêque, président l’officialité.

[b]Article 5 : [/b]Le Vidame est chargé de veiller à l’application de la peine, sauf dispositions contraires du jugement.

[b]Article 6 : [/b]L'Official est nommé par l'Évêque dont l’Officialité relève pour ses connaissances du Droit Canon. Il est nécessairement un clerc. Il assiste l'Évêque, délibère avec lui et se voit chargé, avec le Procureur Épiscopal, de la tenue des archives et de l'acheminement des copies à la Congrégation de la Sainte Inquisition ainsi qu'au Consistoire Pontifical concerné.

[b]Article 7 : [/b]Dans le cas où l’Officialité ne pourrait siéger au complet, il appartient à l’évêque du diocèse, soit de faire envoyer l’affaire devant l’Officialité archiépiscopale, soit dans le cas d’une absence de procureur épiscopal, de faire mandater un procureur général ecclésiastique, ou un missus inquisitionis agissant comme tel, par la congrégation de la Sainte inquisition, afin de le suppléer.

[i][b] Compétence territoriale [/b][/i]

[b]Article 8 : [/b]L’Officialité Épiscopale est compétente pour les actes commis dans les paroisses du diocèse sur lequel elle a autorité, ou par des paroissiens résidant dans le dit diocèse. En cas de litige, la Congrégation de la Sainte Inquisition ou par défaut le Consistoire Pontifical compétent attribue la procédure au tribunal le plus apte.

[i][b] Saisine[/b][/i]

[b]Article 9 : [/b] Toute plainte ou demande auprès de l’Officialité épiscopale doit être déposée entre les mains du procureur épiscopal ou de ses services.

[b]Article 10 : [/b] La saisine de l’officialité est assurée par le Procureur Épiscopale, celui-ci peut saisir l’officialité de son propre chef, mandaté par un responsable de la Congrégation de la Sainte Inquisition, par le Consistoire Pontifical ou par un Cardinal.



[i]Texte canonique sur la Justice d'Église,
Donné et entériné à Rome par le Sacré-Collège sous le pontificat du Très Saint Père Eugène V le dixième du mois de janvier, le dimanche, de l'an de grâce MCDLVIII.

Première publication par feu Son Éminence Frère Nico le troisième du mois d'Août, le jeudi, de l'an MCDLIV ; revu, cacheté et publié à nouveau par Son Éminence Aaron de Nagan, Cardinal-Chancelier et Doyen du Sacré Collège, le dix-neuvième jour du mois de Mars, le vendredi, de l'an de grâce MCDLVIII.[/i]

[/list]
[/quote][img]http://img364.imageshack.us/img364/3705/bulleorhq5.png[/img]


[traduction suivra]
_________________

Patriarche in Partibus d'Alexandrie
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé MSN Messenger
vincent.diftain



Inscrit le: 10 Déc 2006
Messages: 7213
Localisation: Champagne

MessagePosté le: Dim Mar 21, 2010 9:01 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Citation:



    Interim du Camerlingue


    Nous, cardinaux de la Sainte Église Aristotélicienne et Romaine, réunit en Sacré Collège, devant le Très Haut et sous le regard d’Aristote, au nom de Sa Sainteté Eugène, par la grâce de Dieu, Souverain Pontife,


    Constatant l'absence du Camerlingue depuis sa réelection, et vu la non nomination d'un Archidiacre de Rome, décrétons que Son Eminence Aaron de Nagan, Cardinal Romain, Doyen du Sacré Collège, assurera l'interim des fonctions du Camerlingue de la Sainte Église Aristotélicienne et Romaine.


    Ad Majorem Dei Gloriam

    Rome le dimanche XXI Mars de l’an de grâce MCDLVIII.



    Pour le Sacré Collège des Cardinaux, le Cardinal Romain, Chancelier du Saint Office Romain, Son Eminence Vincent Diftain d'Embussy.




Anglais / English

Citation:



    Interim Camerlengo


    We, the cardinals of the Holy Universal and Roman Aristotelian Church, assembled in the Sacred College, before the Most High and under the sight of Aristotle, on behalf of His Holiness Eugene, by the Grace of God, the Sovereign Pontiff,


    Noting the absence of Camerlengo since his re-election, and given the non-appointment of Archdeacon of Rome, decree that His Eminence Aaron de Nagan , Roman Cardinal, Dean of the Sacred College, will assume the interim functions of the Camerlengo of the Holy Universal and Roman Aristotelian Church.


    Ad Majorem Dei Gloriam

    In Rome on Sunday the Twentieth of March in the year of grace MCDLVIII.



    For the Sacred College of Cardinals,
    His Eminence Vincent Diftain d'Embussy, Roman Cardinal, Chancellor of the Roman Holy Office.





Citation:

    Interims-Camerlengo


    Wir, die Kardinäle der Heiligen Römischen Aristotelischen Kirche, vereint im Heiligen Kardinalskollegium, vor dem Allerhöchsten und in den Augen des Aristoteles, im Namen Seiner Heiligkeit Eugene, durch die Gnade Gottes und des Pontifex maximus,


    verfügen in Anbetracht der Abwesenheit des Camerlengo seit seiner Wiederwahl und angesichts der Nicht-Ernennung eines Erzdiakons von Rom, dass Seine Eminenz Aaron von Nagan, römischer Kardinal, Doyen des Heiligen Kardinalskollegiums, vertretungsweise die Funktionen des Camerlengo der Heiligen Römischen Aristotelischen Kirche sichern wird.


    Ad Majorem Dei gloriam

    Rom am Sonntag, den XXI. März im Gnadenjahr MCDLVIII.



    Für das Heilige Kardinalskollegium der römische Kardinal und Kanzler des Heiligen Offiziums, Seine Eminenz Vincent Diftain der Embussy.



Citation:



    Del Camerlengo interinale


    Noi, i cardinali di Santa Romana Chiesa e aristotelica, si incontrano nel Sacro Collegio, prima che l'Altissimo e agli occhi di Aristotele, a nome di Sua Santità Eugene, con la grazia di Dio, il Sommo Pontefice,


    Rilevando l'assenza di Camerlengo dopo la sua rielezione, e data la mancata nomina di arcidiacono di Roma, decreto che Sua Eminenza Nagan Aaron , il cardinale romano, Decano del Sacro Collegio, le funzioni intermedie Camerlengo di Santa Romana Chiesa e aristotelica.


    Ad Majorem Dei Gloriam

    Roma Domenica marzo venti anni MCDLVIII grazia.



    Al Sacro Collegio dei Cardinali, il cardinale romano, Cancelliere di Santa Romana Sant'Uffizio, Sua Eminenza Vincent Diftain di Embussy.




Citation:



    Del Camarlengo Provisional


    Nosotros, los cardenales de la Santa Iglesia Romana y aristotélica, se reúnen en el Sacro Colegio, ante el Altísimo y en los ojos de Aristóteles, en nombre de Su Santidad Eugene, por la gracia de Dios, el Sumo Pontífice,


    Tomando nota de la ausencia de Camarlengo desde su reelección, y dada la falta de nombramiento de arcediano de Roma, el decreto que Su Eminencia Nagan Aaron , el cardenal romano, Decano del Sagrado Colegio, que las funciones provisionales Camarlengo de la Santa Iglesia Romana y de Aristóteles.


    Ad Majorem Dei Gloriam

    Roma el domingo de marzo de veinte años de gracia MCDLVIII.



    Para el Sacro Colegio de Cardenales, el cardenal romano, el Canciller de la Santa Sede romana, Su Eminencia Vicente Diftain de Embussy.




Citation:



    Ideiglenes Kamarás Bíboros


    Mi, a Szent Római És Arisztotelészi Egyház bíborosai, a Szent Kollégiumban egyesülve, a Mindenható színe és Arisztotelész tekintete előtt,

    Észlelvén, hogy a Kamarás Bíboros eltűnt az újraválasztása óta, és hogy Római Archidiakónust sem nevezett ki, kijelentjük, hogy Őemineciája Aaron de Nagan római bíboros, a Szent Kollégium dékánja gyakorolja ideiglenesen a Kamarás Bíboros jogait.

    Ad Majorem Dei Gloriam

    Kelt Rómában, a Mi Urunk MCDLVIII. évében március hó 21-én


    A Bíborosi Kollégium nevében, Őmeninenciája Vincent Diftain d'Embussy, római bíboros, a Szent Hivatal kancellárja



_________________
Vincent Diftain d'Embussy
Cardinal Romain
Chancelier de la Sainte Inquisition
Grand Inquisiteur
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Aaron
Cardinal
Cardinal


Inscrit le: 07 Mar 2006
Messages: 13195
Localisation: Castelli Romani

MessagePosté le: Dim Mar 28, 2010 5:58 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Citation:




    Réintégration de Son Éminence Ecaterina de Sévillano Réaumont au sein de la Curie



    Nous, Aaron de Nagan, Cardinal de la Sainte Eglise Aristotélicienne et Romaine et doyen du Sacré Collège, Archevêque de Césarée, Chancelier de la Congrégation des Affaires du Siècle, Vicomte d’Ivry, devant le Très Haut, et sous le regard d’Aristote,


    Avons statué et ordonné après consultation du Sacré-Collège, et par notre présent édit perpétuel et définitif, statuons et ordonnons la réintégration de son éminence Ecaterina de Sévillano Réaumont, évêque de Prusias ad Hypium, au sein de la Curie. Cependant, étant sous le coup d'une procédure judiciaire du tribunal pontifical, ses droits sont temporairement rétrogradés à ceux d'un cardinal suffragant.


    Ad Majorem Dei Gloriam

    Fait à Rome le XXVIII mars, le dimanche, de l’an de grâce MCDLVIII de Notre Seigneur




    Pour le collège des Cardinaux, Aaron de Nagan,
    Doyen.






Code:
[quote]

[list]
[color=#009900]
[b][size=18]Réintégration de Son Éminence Ecaterina de Sévillano Réaumont au sein de la Curie[/size][/b][/color]

[b]
Nous, Aaron de Nagan, Cardinal de la Sainte Eglise Aristotélicienne et Romaine et doyen du Sacré Collège, Archevêque de Césarée, Chancelier de la Congrégation des Affaires du Siècle, Vicomte d’Ivry, devant le Très Haut, et sous le regard d’Aristote,[/b]

Avons statué et ordonné après consultation du Sacré-Collège, et par notre présent édit perpétuel et définitif, statuons et ordonnons la réintégration de son éminence [color=#009900][b]Ecaterina de Sévillano Réaumont[/b][/color], évêque de Prusias ad Hypium, au sein de la Curie. Cependant, étant sous le coup d'une procédure judiciaire du tribunal pontifical, ses droits sont temporairement rétrogradés à ceux d'un [color=#009900][b]cardinal suffragant[/b][/color].

[b]
[i]Ad Majorem Dei Gloriam [/i]

Fait à Rome le XXVIII mars, le dimanche, de l’an de grâce MCDLVIII de Notre Seigneur[/b]

[img]http://img144.imageshack.us/img144/7816/sceauaarondbordvertcopiwt5.png[/img]

[b][i]Pour le collège des Cardinaux, Aaron de Nagan,
Doyen.[/i]
[/b]
[/list]

[/quote]

_________________

Patriarche in Partibus d'Alexandrie
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé MSN Messenger
Kad
Cardinal
Cardinal


Inscrit le: 20 Sep 2006
Messages: 6416
Localisation: Evêque In Partibus de Tibériade

MessagePosté le: Dim Avr 04, 2010 8:17 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Citation:



    Au peuple hollandais,
    Aux autorités de Hollande,
    A la Congrégation de la Sainte Inquisition,
    Au Concile Episcopale du Saint Empire.


    Nous prenons notre plume en ce jour afin d'exprimer notre mécontentement quant à l'utilisation
    frauduleuse de nos scels visant à impliquer directement la Congrégation de la Sainte Inquisition
    dans les troubles recensés en Hollande.

    Le III avril MCDLVIII fut publié un communiqué portant notre nom, notre fonction de Grand
    Inquisiteur ainsi que nos sceaux personnel et Congrégationnel informant que la combinaison
    des partisants de la Sainte Eglise Aristotélicienne et de ceux de l'Eglise de Loki dans le parti
    politique Den Hollandsche Vrijheidspartij ne saurait être tolérée sous peine d'excommunication.

    Nous débuterons la présente démonstration en affirmant ne plus occuper la-dite charge, Son
    Eminence Clodeweck de Montfort-Toxandre - Que ses yeux percent la nuit pour foudroyer
    l'hérésie - demeurant à ce jour notre successeur et de fait le seul et unique titulaire de la
    charge de Grand Inquisiteur.

    Aussi, nous portons plainte près la Congrégation de la Sainte Inquisition afin de châtier les
    vils fraudeurs ayant apposé nos nom et scel et nous engageons à les traquer personnellement
    afin que de leur faire avaler leurs bourses putrides que nous ferons découper à l'aide d'une
    tenaille de notre sélection, rouillée jusqu'au cœur et point le moindre du monde aiguisée.
    Nous incitons toute personne susceptible de nous communiquer des informations quant à
    l'auteur du communiqué frauduleux à prendre contact avec nous au plus vite et promettons
    en prime une authentique relique de feue Son Eminence Lorgol : un éclat du masque qu'il porta
    suite à la lutte qu'il mena contre la secte In Tenebris.

    Par ailleurs, enjoignons a titre personnel le peuple de Hollande à ne point sympathiser avec la
    menace hérétique qu'incarne la maligne et rebelle secte de Loki, icelle propageant à travers la
    Création ses fourbes idées et faisant l'apologie de la sodomie, du stupre et du lavement à la
    bière, de fait perdue dans les entrailles de l'engeance hérétique et ne pouvant être assimilée
    par le corps dans le respect des préceptes de Sainte Boulasse. Méfiez vous fort des mous
    compromis qui n'apportent que division et désolation. Restez unis dans l'adversité et boutez
    hors de nos très Aristotéliciens Royaumes ces illuminés qui ne mériteraient qu'un jet
    d'oignons fris pour saluer leur pathétique comédie.

    Nous laissons aux autorités temporelles et ecclésiastique le soin de prendre les mesures
    appropriées afin d'endiguer cette menace au plus vite.

    Puisse le Tout Puissant vous accompagner dans cette tâche,


    Bénédiction apostolique.

    Cyril Kad d'Azayes,
    Cardinal Romain.



    Fait à Rome, le IV du mois d'avril de l'an MCDLVIII.




Code:
[quote]
[list]
[i]
Au peuple hollandais,
Aux autorités de Hollande,
A la Congrégation de la Sainte Inquisition,
Au Concile Episcopale du Saint Empire.


Nous prenons notre plume en ce jour afin d'exprimer notre mécontentement quant à l'utilisation
frauduleuse de nos scels visant à impliquer directement la Congrégation de la Sainte Inquisition
dans les troubles recensés en Hollande.

Le III avril MCDLVIII fut publié un communiqué portant notre nom, notre fonction de Grand
Inquisiteur ainsi que nos sceaux personnel et Congrégationnel informant que la combinaison
des partisants de la Sainte Eglise Aristotélicienne et de ceux de l'Eglise de Loki dans le parti
politique Den Hollandsche Vrijheidspartij ne saurait être tolérée sous peine d'excommunication.

Nous débuterons la présente démonstration en affirmant ne plus occuper la-dite charge, Son
Eminence Clodeweck de Montfort-Toxandre - Que ses yeux percent la nuit pour foudroyer
l'hérésie - demeurant à ce jour notre successeur et de fait le seul et unique titulaire de la
charge de Grand Inquisiteur.

Aussi, nous portons plainte près la Congrégation de la Sainte Inquisition afin de châtier les
vils fraudeurs ayant apposé nos nom et scel et nous engageons à les traquer personnellement
afin que de leur faire avaler leurs bourses putrides que nous ferons découper à l'aide d'une
tenaille de notre sélection, rouillée jusqu'au cœur et point le moindre du monde aiguisée.
Nous incitons toute personne susceptible de nous communiquer des informations quant à
l'auteur du communiqué frauduleux à prendre contact avec nous au plus vite et promettons
en prime une authentique relique de feue Son Eminence Lorgol : un éclat du masque qu'il porta
suite à la lutte qu'il mena contre la secte In Tenebris.

Par ailleurs, enjoignons a titre personnel le peuple de Hollande à ne point sympathiser avec la
menace hérétique qu'incarne la maligne et rebelle secte de Loki, icelle propageant à travers la
Création ses fourbes idées et faisant l'apologie de la sodomie, du stupre et du lavement à la
bière, de fait perdue dans les entrailles de l'engeance hérétique et ne pouvant être assimilée
par le corps dans le respect des préceptes de Sainte Boulasse. Méfiez vous fort des mous
compromis qui n'apportent que division et désolation. Restez unis dans l'adversité et boutez
hors de nos très Aristotéliciens Royaumes ces illuminés qui ne mériteraient qu'un jet
d'oignons fris pour saluer leur pathétique comédie.

Nous laissons aux autorités temporelles et ecclésiastique le soin de prendre les mesures
appropriées afin d'endiguer cette menace au plus vite.

Puisse le Tout Puissant vous accompagner dans cette tâche,


Bénédiction apostolique.

Cyril Kad d'Azayes,
Cardinal Romain.

[img]http://img241.imageshack.us/img241/4122/kadjqu9.png[/img]

Fait à Rome, le IV du mois d'avril de l'an MCDLVIII.
[/i]
[/list]
[/quote]

_________________
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur MSN Messenger
Aaron
Cardinal
Cardinal


Inscrit le: 07 Mar 2006
Messages: 13195
Localisation: Castelli Romani

MessagePosté le: Ven Avr 09, 2010 10:23 am    Sujet du message: Répondre en citant

Citation:




    Correctif curial concernant la nomination de Tonius au poste de "Vidame du
    patriarcat de Venise"



    Nous, Aaron de Nagan, Cardinal de la Sainte Église Aristotélicienne et Romaine, Archevêque de Césarée, Chancelier de la Nonciature Apostolique, Vicomte d’Ivry, devant le Très Haut, et sous le regard d’Aristote, au nom du Connétable de Rome, la Congrégation des Saintes Armées et en notre qualité de Doyen du Sacré Collège des Cardinaux,



    Avons statué et ordonné, et par notre présent édit perpétuel et définitif, statuons et ordonnons la nomination de Tonius aux fonctions de commandant de la Garde Épiscopale du patriarcat d'Aquilée, et l'élévation aux rang et appellation d'Aspirant Vidame de la dite province.

    La précédente nomination Monseigneur Alessandro de Montemayor datée du III mars MCVDVIII étant canoniquement invalide est reconnue comme telle et sans effets.


    Ad Majorem Dei Gloriam

    Fait à Rome le VIII avril, le jeudi, de l’an de grâce MCDLVIII de Notre Seigneur




    Pour le collège des Cardinaux, et les Saintes Armées,
    Aaron de Nagan, Doyen du Sacré Collège.






Code:
[quote]

[list]
[color=#009900]
[b][size=18]Correctif curial concernant la nomination de Tonius au poste de "Vidame du
patriarcat de Venise"[/size][/b][/color]

[b]
Nous, Aaron de Nagan, Cardinal de la Sainte Église Aristotélicienne et Romaine, Archevêque de Césarée, Chancelier de la Nonciature Apostolique, Vicomte d’Ivry, devant le Très Haut, et sous le regard d’Aristote, au nom du Connétable de Rome, la Congrégation des Saintes Armées et en notre qualité de Doyen du Sacré Collège des Cardinaux, [/b]


Avons statué et ordonné, et par notre présent édit perpétuel et définitif, statuons et ordonnons la nomination de [color=#009900][b]Tonius[/b] [/color] aux fonctions de commandant de la Garde Épiscopale du patriarcat [color=#009900][b]d'Aquilée[/b][/color], et l'élévation aux rang et appellation d'Aspirant Vidame de la dite province.

La précédente nomination Monseigneur [color=#009900][b]Alessandro de Montemayor[/b][/color] datée du III mars MCVDVIII étant canoniquement invalide est reconnue comme telle et sans effets.

[b]
[i]Ad Majorem Dei Gloriam [/i]

Fait à Rome le VIII avril, le jeudi, de l’an de grâce MCDLVIII de Notre Seigneur[/b]

[img]http://img144.imageshack.us/img144/7816/sceauaarondbordvertcopiwt5.png[/img]

[b][i]Pour le collège des Cardinaux, et les Saintes Armées,
Aaron de Nagan, Doyen du Sacré Collège.[/i]
[/b]
[/list]

[/quote]

_________________

Patriarche in Partibus d'Alexandrie
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé MSN Messenger
Aaron
Cardinal
Cardinal


Inscrit le: 07 Mar 2006
Messages: 13195
Localisation: Castelli Romani

MessagePosté le: Sam Mai 01, 2010 5:11 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Citation:



    An die Allgemeinheit der Rechtgläubigen,
    An die Völker der deutschsprachigen Nationen,
    An die Treugläubigen des Heiligen Römischen Reichs Deutscher Nation.


    Wir ergreifen heute, nach reiflicher Überlegung und nach verschiedenen Untersuchungen,
    die es uns erlaubt haben, von den einen Teil der deutschen Kirche erschütternden Ereignissen
    Kenntnis zu nehmen, die Feder. Das Ereignis ist unbedeutend, aber diejenigen, die damit konfrontiert
    sind, stellen sich Fragen, auf die die Aristotelische und Römische Kirche antworten muss, um Licht
    und Wahrheit zu verbreiten.

    In letzter Zeit gibt sich ein Mann als etwas aus, was er nicht ist, eignete sich dafür die Identität eines
    vor mehreren Jahren verstorbenen Bischofs widerrechtlich an: Graufang Fugger. Wir legen Wert
    darauf, unser Dementi vehement vorzubringen: Derjenige, der sich für den verstorbenen Graufang
    Fugger ausgibt, ist nur ein nichtswürdiger Ungläubiger, der die Erinnerung an einen toten und hoch
    verehrten Prälaten beschmutzt.

    Die verschiedenen Zeugnisse sowie die von diesem Mann geführten Handlungen bestätigen nur diese
    widerrechtliche Aneignung. In der Tat haben wir neulich einen Brief des Pseudo-Graufangs erhalten,
    der uns um die Erschaffung einer Autonomen Aristotelischen Kirche im Heiligen Imperium bittet. Nun
    nutzen wir diese Plattform, um wieder die Natur einer solchen ‚autokephalen’ Kirche zu erklären ;
    eine Autonome Aristotelische Kirche kann nur an der Grenze der aristotelischen Länder erschaffen
    werden, wie es die antiken Marken an der Grenze des Reiches der Karolinger waren. Außerdem
    bestehen die Kirche des Heiligen Römischen Reiches, der deutschen Gebiete und das Päpstliche
    Konsistorium für die Deutschen Nationen und gewährleisten die Wahrung des Aristotelismus in
    diesen Grenzen; eine beigefügte aristotelische Institution, die eine gleiche Autorität hätte, könnte
    nicht auf demselben Gebiet bestehen.

    Um abzuschließen bekräftigen wir in aller Schärfe, dass jede Person, die In Gratebus in den Himmel
    und die Reihen der siegreichen Kirche zurückgekehrt ist, durch die Römische Kirche als tot betrachtet
    wird, In Gratebus und Res Parendo. Keiner kann diesen Regeln der Physik zuwiderhandeln. Jede
    Person, die das Gegenteil behauptet, wird als häretisch betrachtet.

    Wir ermahnen und verwarnen den Pseudo-Graufang seine perfiden Handlungen zu beenden, die
    Schande über die Deutsche Kirche bringen, die er durch das Nutzen der Identität eines Prälaten
    dieser Kirche auf hinterhältige Weise beschmutzt.


    Apostolischen Segen.



    Viscount Aaron Nagan,
    Kardinal der Heiligen Dean College,
    Kanzler der Kongregation für die Angelegenheiten des Jahrhunderts.



    Fait à Rome, le XXVIII du mois d'avril de l'an MCDLVIII.




Code:
[quote]
[list]
[i]
An die Allgemeinheit der Rechtgläubigen,
An die Völker der deutschsprachigen Nationen,
An die Treugläubigen des Heiligen Römischen Reichs Deutscher Nation.


Wir ergreifen heute, nach reiflicher Überlegung und nach verschiedenen Untersuchungen,
die es uns erlaubt haben, von den einen Teil der deutschen Kirche erschütternden Ereignissen
Kenntnis zu nehmen, die Feder. Das Ereignis ist unbedeutend, aber diejenigen, die damit konfrontiert
sind, stellen sich Fragen, auf die die Aristotelische und Römische Kirche antworten muss, um Licht
und Wahrheit zu verbreiten.

In letzter Zeit gibt sich ein Mann als etwas aus, was er nicht ist, eignete sich dafür die Identität eines
vor mehreren Jahren verstorbenen Bischofs widerrechtlich an: Graufang Fugger. Wir legen Wert
darauf, unser Dementi vehement vorzubringen: Derjenige, der sich für den verstorbenen Graufang
Fugger ausgibt, ist nur ein nichtswürdiger Ungläubiger, der die Erinnerung an einen toten und hoch
verehrten Prälaten beschmutzt.

Die verschiedenen Zeugnisse sowie die von diesem Mann geführten Handlungen bestätigen nur diese
widerrechtliche Aneignung. In der Tat haben wir neulich einen Brief des Pseudo-Graufangs erhalten,
der uns um die Erschaffung einer Autonomen Aristotelischen Kirche im Heiligen Imperium bittet. Nun
nutzen wir diese Plattform, um wieder die Natur einer solchen ‚autokephalen’ Kirche zu erklären ;
eine Autonome Aristotelische Kirche kann nur an der Grenze der aristotelischen Länder erschaffen
werden, wie es die antiken Marken an der Grenze des Reiches der Karolinger waren. Außerdem
bestehen die Kirche des Heiligen Römischen Reiches, der deutschen Gebiete und das Päpstliche
Konsistorium für die Deutschen Nationen und gewährleisten die Wahrung des Aristotelismus in
diesen Grenzen; eine beigefügte aristotelische Institution, die eine gleiche Autorität hätte, könnte
nicht auf demselben Gebiet bestehen.

Um abzuschließen bekräftigen wir in aller Schärfe, dass jede Person, die In Gratebus in den Himmel
und die Reihen der siegreichen Kirche zurückgekehrt ist, durch die Römische Kirche als tot betrachtet
wird, In Gratebus und Res Parendo. Keiner kann diesen Regeln der Physik zuwiderhandeln. Jede
Person, die das Gegenteil behauptet, wird als häretisch betrachtet.

Wir ermahnen und verwarnen den Pseudo-Graufang seine perfiden Handlungen zu beenden, die
Schande über die Deutsche Kirche bringen, die er durch das Nutzen der Identität eines Prälaten
dieser Kirche auf hinterhältige Weise beschmutzt.


Apostolischen Segen.

[img]http://img204.imageshack.us/img204/9382/signaturepngcopiejt9.png[/img]

Viscount Aaron Nagan,
Kardinal der Heiligen Dean College,
Kanzler der Kongregation für die Angelegenheiten des Jahrhunderts.

[img]http://img138.imageshack.us/img138/7150/sanstitre1copiegb5.png[/img]

Fait à Rome, le XXVIII du mois d'avril de l'an MCDLVIII.
[/i]
[/list]
[/quote]


Citation:



    A l’Universalité des fidèles,
    Aux peuples des nations germanophones,
    Aux fidèles du Saint Empire de la Nation Germanique.


    Nous prenons la plume ce jour, après une mûre réflexion, et après diverses enquêtes qui nous ont
    permis de mieux prendre connaissance des faits secouant une partie de l’Église allemande. Le fait est
    minime, mais ceux qui y sont confronté se posent des questions auxquelles l’Église Aristotélicienne et
    Romaine doit répondre pour apporter éclairage et vérité.

    Ces derniers temps, un homme se fait passer pour ce qu’il n’est pas en usurpant l’identité d’un
    évêque décédé il y a de cela plusieurs années : Graufang Fugger. Nous tenions à apporter notre
    démenti le plus vif : celui qui se fait passer pour feu Graufang Fugger n’est qu’un vil mécréant qui
    salit la mémoire d’un mort et d’un éminent prélat.

    Les divers témoignages ainsi que les actions menées par cet homme ne font que confirmer cette
    usurpation. En effet, dernièrement, nous avons reçu une lettre du pseudo Graufang nous demandant
    la création d’une Église Aristotélicienne Autonome en Saint Empire. Or, et nous profitons de cette
    tribune pour réexpliquer la nature d’une telle Église « autocéphale », une Église Aristotélicienne
    Autonome ne peut être créée qu’à la limite des terres aristotéliciennes, comme les antiques marches
    l’étaient à la limite de l’empire carolingien. De plus, l’Église du Saint Empire Romain, des territoires
    allemands, et le Consistoire Pontifical pour les Nations Germaniques existant et assurant le maintien
    de l’aristotélisme en ces lieux, il ne saurait exister une institution aristotélicienne annexe qui aurait
    une autorité égale sur un même territoire.

    Pour conclure, nous réaffirmons avec force que toute personne ayant rejoint In Gratebus le Ciel et les
    rangs de l’Église triomphante est considérée comme morte par l’Église Romaine, In Gratebus et Res
    Parendo. Nul ne peut déroger à cette règle physique. Toute personne prétendant le contraire serait
    considérée comme hérétique.

    Nous exhortons et admonestons le pseudo Graufang à cesser ses agissements perfides qui jettent
    l’opprobre sur l’Église Allemande qu’il salit en usant de manière insidieuse de l’identité d’un prélat de
    cette Église.


    Bénédiction apostolique.



    Vicomte Aaron de Nagan,
    Cardinal et Doyen du Sacré Collège,
    Chancelier de la Congrégation des Affaires du Siècle.



    Fait à Rome, le XXVIII du mois d'avril de l'an MCDLVIII.





Code:
[quote]
[list]
[i]
A l’Universalité des fidèles,
Aux peuples des nations germanophones,
Aux fidèles du Saint Empire de la Nation Germanique.


Nous prenons la plume ce jour, après une mûre réflexion, et après diverses enquêtes qui nous ont
permis de mieux prendre connaissance des faits secouant une partie de l’Église allemande. Le fait est
minime, mais ceux qui y sont confronté se posent des questions auxquelles l’Église Aristotélicienne et
Romaine doit répondre pour apporter éclairage et vérité.

Ces derniers temps, un homme se fait passer pour ce qu’il n’est pas en usurpant l’identité d’un
évêque décédé il y a de cela plusieurs années : Graufang Fugger. Nous tenions à apporter notre
démenti le plus vif : celui qui se fait passer pour feu Graufang Fugger n’est qu’un vil mécréant qui
salit la mémoire d’un mort et d’un éminent prélat.

Les divers témoignages ainsi que les actions menées par cet homme ne font que confirmer cette
usurpation. En effet, dernièrement, nous avons reçu une lettre du pseudo Graufang nous demandant
la création d’une Église Aristotélicienne Autonome en Saint Empire. Or, et nous profitons de cette
tribune pour réexpliquer la nature d’une telle Église « autocéphale », une Église Aristotélicienne
Autonome ne peut être créée qu’à la limite des terres aristotéliciennes, comme les antiques marches
l’étaient à la limite de l’empire carolingien. De plus, l’Église du Saint Empire Romain, des territoires
allemands, et le Consistoire Pontifical pour les Nations Germaniques existant et assurant le maintien
de l’aristotélisme en ces lieux, il ne saurait exister une institution aristotélicienne annexe qui aurait
une autorité égale sur un même territoire.

Pour conclure, nous réaffirmons avec force que toute personne ayant rejoint In Gratebus le Ciel et les
rangs de l’Église triomphante est considérée comme morte par l’Église Romaine, In Gratebus et Res
Parendo. Nul ne peut déroger à cette règle physique. Toute personne prétendant le contraire serait
considérée comme hérétique.

Nous exhortons et admonestons le pseudo Graufang à cesser ses agissements perfides qui jettent
l’opprobre sur l’Église Allemande qu’il salit en usant de manière insidieuse de l’identité d’un prélat de
cette Église.


Bénédiction apostolique.

[img]http://img204.imageshack.us/img204/9382/signaturepngcopiejt9.png[/img]

Vicomte Aaron de Nagan,
Cardinal et Doyen du Sacré Collège,
Chancelier de la Congrégation des Affaires du Siècle.

[img]http://img138.imageshack.us/img138/7150/sanstitre1copiegb5.png[/img]

Fait à Rome, le XXVIII du mois d'avril de l'an MCDLVIII.
[/i]
[/list]
[/quote]

_________________

Patriarche in Partibus d'Alexandrie
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé MSN Messenger
Aaron
Cardinal
Cardinal


Inscrit le: 07 Mar 2006
Messages: 13195
Localisation: Castelli Romani

MessagePosté le: Dim Mai 09, 2010 6:06 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Citation:


    ........
    In medio stat Virtus
    Constitution Apostolique « La Vertu se tient au milieu ».
    - Suite -






    Livre 4 : La Justice d’Église



    Partie IV : Du Tribunal Extraordinaire d’Inquisition


    Article 1 : Le tribunal Extraordinaire d’Inquisition ou Tribunal d’Inquisition, est formé d’un cardinal inquisiteur ou d’un Missus Inquisitionis, dénommés "Inquisiteur". Son audience se tient sur le lieu de l’enquête. L'inquisiteur cumule la présidence et la procure du procès

    Article 2 : Le Missus Inquisitionis est missionné par un Cardinal Inquisiteur.

    Article 3 : L'inquisiteur conduit l’instruction dans le secret. Il réunit les preuves, interroge les parties et les témoins, recueille les aveux. Il juge de l’opportunité des poursuites et rédige l’acte d’accusation.

    Article 4 : Une Officialité Épiscopale qui se connaîtrait déjà de la cause dont s'est saisie l’inquisiteur est, de facto, dessaisie de l'affaire qu'elle a en examen au profit de la juridiction extraordinaire.

    Article 5 : L'inquisiteur peut recourir à la question préalable ou à la grande question, dans le cas où seuls les aveux de l'accusé permettraient d'établir sa culpabilité ou son innocence. L'administration de la question ne doit pas faire couler le sang, entraîner la mort ou provoquer d’infirmité définitive.

    Article 6 : S’il dispose de pouvoirs discrétionnaires et exclusifs le mettant à l’abri de toute ingérence, l'Inquisiteur doit, autant que faire se peut, associer à la conduite du procès l’évêque du diocèse où siège le Tribunal d’Inquisition, exception faite du Saint Siège ou le cardinal Camerlingue fait office d’évêque.

    Article 7 : Devant le Tribunal d’Inquisition l’accusée à la faculté de se faire assister d’un conseil, celui-ci étant obligatoirement un fidèle aristotélicien.

    Article 8 : La procédure au Tribunal d’Inquisition suit le modèle du procès inquisitorial.



    Texte canonique sur la Justice d'Église,
    Donné et entériné à Rome par le Sacré-Collège sous le pontificat du Très Saint Père Eugène V le dixième-huitième du mois de février, le jeudi, de l'an de grâce MCDLVIII.

    Première publication par feu Son Éminence Frère Nico le troisième du mois d'Août, le jeudi, de l'an MCDLIV ; revu, cacheté et publié à nouveau par Son Éminence Aaron de Nagan, Cardinal-Chancelier et Doyen du Sacré Collège, le neuvième jour du mois de mai, le dimanche, de l'an de grâce MCDLVIII.





Code:
[quote]
[list]
[color=#FFFFFF]........[/color][img]http://img522.imageshack.us/img522/4493/badgecopiepetitcd1.png[/img]
[color=#FFCC33][size=24][i][b] In medio stat Virtus [/b][/i][/size]
[i]Constitution Apostolique « La Vertu se tient au milieu ».
- Suite -[/i][/color]





[size=18]Livre 4 : La Justice d’Église[/size]



[b][size=14]Partie IV : Du Tribunal Extraordinaire d’Inquisition [/size][/b]


[b]Article 1 : [/b] Le tribunal Extraordinaire d’Inquisition ou Tribunal d’Inquisition, est formé d’un cardinal inquisiteur ou d’un Missus Inquisitionis, dénommés "Inquisiteur". Son audience se tient sur le lieu de l’enquête. L'inquisiteur cumule la présidence et la procure du procès

[b]Article 2 : [/b] Le Missus Inquisitionis est missionné par un Cardinal Inquisiteur.

[b]Article 3 : [/b] L'inquisiteur conduit l’instruction dans le secret. Il réunit les preuves, interroge les parties et les témoins, recueille les aveux. Il juge de l’opportunité des poursuites et rédige l’acte d’accusation.

[b]Article 4 : [/b] Une Officialité Épiscopale qui se connaîtrait déjà de la cause dont s'est saisie l’inquisiteur est, de facto, dessaisie de l'affaire qu'elle a en examen au profit de la juridiction extraordinaire.

[b]Article 5 : [/b] L'inquisiteur peut recourir à la question préalable ou à la grande question, dans le cas où seuls les aveux de l'accusé permettraient d'établir sa culpabilité ou son innocence. L'administration de la question ne doit pas faire couler le sang, entraîner la mort ou provoquer d’infirmité définitive.

[b]Article 6 : [/b] S’il dispose de pouvoirs discrétionnaires et exclusifs le mettant à l’abri de toute ingérence, l'Inquisiteur doit, autant que faire se peut, associer à la conduite du procès l’évêque du diocèse où siège le Tribunal d’Inquisition, exception faite du Saint Siège ou le cardinal Camerlingue fait office d’évêque.

[b]Article 7 : [/b] Devant le Tribunal d’Inquisition l’accusée à la faculté de se faire assister d’un conseil, celui-ci étant obligatoirement un fidèle aristotélicien.

[b]Article 8 : [/b] La procédure au Tribunal d’Inquisition suit le modèle du procès inquisitorial.



[i]Texte canonique sur la Justice d'Église,
Donné et entériné à Rome par le Sacré-Collège sous le pontificat du Très Saint Père Eugène V le dixième-huitième du mois de février, le jeudi, de l'an de grâce MCDLVIII.

Première publication par feu Son Éminence Frère Nico le troisième du mois d'Août, le jeudi, de l'an MCDLIV ; revu, cacheté et publié à nouveau par Son Éminence Aaron de Nagan, Cardinal-Chancelier et Doyen du Sacré Collège, le neuvième jour du mois de mai, le dimanche, de l'an de grâce MCDLVIII.[/i]

[/list]
[/quote][img]http://img364.imageshack.us/img364/3705/bulleorhq5.png[/img]

_________________

Patriarche in Partibus d'Alexandrie
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé MSN Messenger
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Ce sujet est verrouillé; vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.    L'Eglise Aristotelicienne Romaine The Roman and Aristotelic Church Index du Forum -> La place d'Aristote - Aristote's Square - Platz des Aristoteles - La Piazza di Aristotele Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Aller à la page Précédente  1, 2, 3 ... 9, 10, 11 ... 65, 66, 67  Suivante
Page 10 sur 67

 
Sauter vers:  
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas voter dans les sondages de ce forum


Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com