L'Eglise Aristotelicienne Romaine The Roman and Aristotelic Church Index du Forum L'Eglise Aristotelicienne Romaine The Roman and Aristotelic Church
Forum RP de l'Eglise Aristotelicienne du jeu en ligne RR
Forum RP for the Aristotelic Church of the RK online game
 
Lien fonctionnel : Le DogmeLien fonctionnel : Le Droit Canon
 FAQFAQ   RechercherRechercher   Liste des MembresListe des Membres   Groupes d'utilisateursGroupes d'utilisateurs   S'enregistrerS'enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Hagiographie de Sainte Lydie

 
Poster un nouveau sujet   Ce sujet est verrouillé; vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.    L'Eglise Aristotelicienne Romaine The Roman and Aristotelic Church Index du Forum -> La Bibliothèque Romaine - The Roman Library - Die Römische Bibliothek - La Biblioteca Romana -> Le Dogme - The Dogma
Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant  
Auteur Message
vincent.diftain



Inscrit le: 10 Déc 2006
Messages: 7213
Localisation: Champagne

MessagePosté le: Jeu Déc 16, 2010 11:02 am    Sujet du message: Hagiographie de Sainte Lydie Répondre en citant

Citation:
Sainte Lydie


Enfance et persécution.

Lydie naquit à Chypre en Asie mineure, au milieu du troisième siècle après Christos. Fille d’une riche famille convertie à l'aristotélisme depuis près d'un siècle, elle grandit en cachant sa foy.
Lydie, aristotélicienne convaincue, priait en cachette. N'ayant pour seul enseignement que les histoires des apôtres de Christos que lui contait sa grand mère, elle ne possédait aucune livre. Les textes écrits étaient interdits par son père, lequel avait peur que des soldats en viennent à les découvrir.
À cette époque, l'empereur Numérien persécutait et torturait les aristotéliciens. Dans un rêve qu'il avait coutume de faire souvent dans sa jeunesse, il avait vu un aristotélicien lui voler sa popularité. Sa haine en fut immense : il n'hésita pas à faire brûler des médailles de baptêmes aristotéliciens et, une fois celles-ci rouges, à les coller sur le front des présumés aristotéliciens avant de les faire tuer.


Sa vie, sa mort
Devenue adulte, Lydie devint un réputé médecin pour sa communauté. Bien qu'elle côtoyait les familles du palais et les riches familles de la cité, elle continua toujours à pratiquer sa religion en cachette.
Un jour, alors qu'elle donnait des soins aux pauvres dans un bâtiment qu'elle avait loué à cet effet, elle fut interpellée par des soldats qui lui signifièrent que l’empereur l’avait convoquée en son palais.
Le fils de Numérien était sujet à une forte fièvre depuis plusieurs semaines. Aucun médicastre de la cour n'était parvenu à trouver remède, ainsi, il s'était résolu à faire appel à Lydie, ayant entendu les miracles qu’elle avait fait auprès des miséreux.

Trois jours plus tard, grâce à aux soins qu'elle lui prodigua, le fils de l'empereur se retrouva sur pied. Numérien ne croyait pas aux miracles et fut intrigué par cette femme qui avait réussi en trois jours ce que ses propres médicastres n'étaient parvenus a faire en plusieurs semaine. Il insista donc pour la garder auprès de lui encore quelques jours, officiellement pour la remercier en lui donnant le titre de médicastre impérial, officieusement pour que le proconsul puisse l'espionner afin de connaître le secret de sa médecine.

Un soir, alors que le proconsul espionnait Lydie, il l’aperçut en prière et l'entendit louer à voix basse Christos et ses apôtres.
Lorsque ceci fut révélé à l’empereur, sa réaction ne se fit pas attendre : furieux qu'une aristotélicienne ait logé sous son toit et mangé dans ses couverts, il la fit arrêter et exécuter. On raconte qu'il prit la médaille aristotélicienne trouvée sur Lydie et la mit à chauffer pour ensuite la lui coller sur le front avec tant de force que personne ne put la décoller de la dépouille.


La répercussion
Plusieurs jours après cet événement, Numérien fut pris de la même fièvre que son fils. Les médicastres ne trouvèrent aucune solution pour le mener sur le chemin de la guérison, mais tous purent apercevoir que, jour après jour, une marque circulaire avec une croix en son milieu prit forme sur le front de l'empereur.
À l'extérieur, la situation était différente : les pauvres ne pouvaient recevoir de soins gratuits comme leur en donnait Lydie et mouraient par centaines. Leurs cadavres s'entassaient dans la cité, au grand dam des commerçants et des citadins qui protestèrent devant le conseil impérial et réclamèrent que l'empereur fournisse un médicastre bénévole aux pauvres et leur ouvre un bâtiment réservé a cet effet, comme l'avait fait Lydie.
Numérien, pris de remords d'avoir fait tuer la seule qui aurait pu le guérir et honteux de voir une médaille aristotélicienne se dessiner sur son front, comprit en voyant les demandes du peuple qu'il était lui-même le protagoniste de son prémonitoire cauchemar : en assassinant Lydie, il venait de la rendre plus populaire que lui-même.
Numérien fit rouvrir le bâtiment où Lydie recevait les indigents et y installa plusieurs médicastres, le tout à titre gracieux. Il autorisa la pratique du culte aristotélicien et fit transporter la dépouille de Lydie, ainsi que plusieurs parchemins racontant sa vie, à Rome où siégeait le chef suprême de l'Église.

On raconte que Numérien guérit de sa fièvre et que la marque sur son front disparut peu après. Il est aussi de connu que plusieurs guérisons miraculeuses eurent lieu dans le bâtiment alloué aux miséreux.


Symbole et relique
Sainte patronne des médicastres et de la voie de médecine.
Crypte avec textes et dépouille découverte en (?)
Sa fête est le 17 avril, jour où la marque de la médaille apparut sur le front de l'empereur.


Écrit d'après des textes turcs et latins découverts dans une crypte en dessous de la place d’Aristote par des citadins romains chargés des canalisations.

_________________
Vincent Diftain d'Embussy
Cardinal Romain
Chancelier de la Sainte Inquisition
Grand Inquisiteur
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Jolieen
Cardinal
Cardinal


Inscrit le: 28 Mai 2018
Messages: 2541

MessagePosté le: Lun Juil 29, 2019 2:08 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Citation:
Saint Lydia


Childhood and persecution

Lydia was born in Cyprus in Asia Minor, in the middle of the third century after Christos. Daughter of a wealthy family converted to Aristotelianism for nearly a century, she grew up hiding her faith.
Lydia, a convinced Aristotelian, prayed secretly. She had as her teachings only the stories of the apostles of Christos told by her grandmother as she had no books. The written texts were forbidden by her father, who was afraid that soldiers would come and discover them.
At that time, the Emperor Numerian persecuted and tortured the Aristotelians. In a dream he often had in his youth, he had seen an Aristotelian steal his popularity. His hatred was immense: he did not hesitate to burn Aristotelian baptismal medals and once they were red, to stock them on the foreheads of the presupposed Aristotelians before having them killed.

Her Life, Her Death

As an adult, Lydia became a renowned doctor for her community. Although she was in contact with the royal family and the wealthy families of the city, she still practised her religion secretly.
One day, while she was caring for the poor in a building, she had rented for this purpose, she was stopped by soldiers who told her that the Emperor had summoned her to his palace.
The son of Numerian was subject to a high fever for several weeks. No medic of the court had been able to find a cure, so he had resolved to appeal to Lydia, having heard the miracles she had done to the poor.

Three days later, thanks to the care she lavished upon him, the Emperor's son found himself on his feet. Numerian did not believe in miracles and was intrigued by this woman who had succeeded in three days what his medics had not managed to do in several weeks. He, therefore, insisted on keeping her with him for a few more days, officially to thank her by giving her the title of the imperial medic, unofficially to give the proconsul the option to spy on her to find out the secret of her medicine.

One evening, while the proconsul was spying on Lydia, he saw her in prayer and heard her praise Christos and his apostles in a low voice.
When this was revealed to the Emperor, one did not need to wait long for his reaction: furious that an Aristotelian had lodged under his roof and eaten in his cutlery, he had her arrested and executed. It is said that he took the Aristotelian medal found on Lydia and put it to heat and then paste it on her forehead with such force that no one could take it off her body.

The repercussion

Several days after this event, Numerian was taken with the same fever as his son. The medics did not find any solution to lead him on the path of healing, but all could see that day after day a circular mark with a cross in its middle took shape on the forehead of the emperor.
Outside, the situation was different: the poor could not receive free care as Lydia gave them and died by the hundreds. Their corpses piled up in the city, much to the dismay of the tradesmen and the city-dwellers who protested in front of the imperial council and demanded that the emperor provides a voluntary medic to the poor and open a building reserved for them, as had done Lydia.
Numerian, remorseful for having killed the only one who could have healed him and ashamed to see an Aristotelian medal on his forehead, understood from seeing the demands of the people that he was the protagonist of his premonitory nightmare, by murdering Lydia, he made her more popular than himself.
Numerian had the building reopened where Lydia received the poor and installed several medics there, all at no cost. He authorized the practice of Aristotelian worship and had Lydia's remains, as well as several parchments about her life, brought to Rome, where the supreme head of the Church was residing.

It is said that Numerian was cured of his fever and that the mark on his forehead disappeared soon after. It is also known that several miraculous cures took place in the building allocated to the poor.

Symbol and Relic

Patron Saint of medics and the medicine way
Crypt with texts and remains discovered in (?)
Her feast is April 17th, the day the medal mark appeared on the emperor's forehead


Written from Turkish and Latin texts discovered in a crypt below the square of Aristotle by Roman city-dwellers charged with the city canalisation.
Translated within the Villa of St. Loyat into English by Cardinal-Deacon Caillen Jolieen MacKinnon Rose 1467

_________________

Cardinal-Deacon of the British Isles -Bishop In Partibus of Lamia - Prefect to the Villa of St.Loyat - Expert to the pontificial collages of Heraldry - Assessor to the Developing Churches
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Ce sujet est verrouillé; vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.    L'Eglise Aristotelicienne Romaine The Roman and Aristotelic Church Index du Forum -> La Bibliothèque Romaine - The Roman Library - Die Römische Bibliothek - La Biblioteca Romana -> Le Dogme - The Dogma Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas voter dans les sondages de ce forum


Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com