L'Eglise Aristotelicienne Romaine The Roman and Aristotelic Church Index du Forum L'Eglise Aristotelicienne Romaine The Roman and Aristotelic Church
Forum RP de l'Eglise Aristotelicienne du jeu en ligne RR
Forum RP for the Aristotelic Church of the RK online game
 
Lien fonctionnel : Le DogmeLien fonctionnel : Le Droit Canon
 FAQFAQ   RechercherRechercher   Liste des MembresListe des Membres   Groupes d'utilisateursGroupes d'utilisateurs   S'enregistrerS'enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Du Pape

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    L'Eglise Aristotelicienne Romaine The Roman and Aristotelic Church Index du Forum -> La Bibliothèque Romaine - The Roman Library - Die Römische Bibliothek - La Biblioteca Romana -> Salle Trufaldinienne - Secondary room
Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant  
Auteur Message
lisandross



Inscrit le: 23 Oct 2011
Messages: 2186
Localisation: Tarragona

MessagePosté le: Mar Fév 18, 2014 9:39 pm    Sujet du message: Du Pape Répondre en citant

Citation:



Du Pape

Le Pape est le chef de l’Église Aristotélicienne. Il dispose sur elle d’un pouvoir supérieur car il est le vicaire de Dieu sur terre et, à ce titre, n’a de compte à rendre à personne sur terre. Il est dans ses prérogatives de faire ou défaire tout ce qui peut être fait ou défait dans l’Église. Il peut également s’opposer de façon discrétionnaire à toute action d’un clerc ou d’un groupement de clercs.

Or, cela signifie-t-il que le Pape dispose de pouvoir illimités sur l’Église ? Pour répondre sur ces questions aux schismatiques qui nient les droits du Pape à diriger l’Église, il s’agit d’abord de définir à l’aide de la philosophie et de la raison les sources et la nature de son autorité.

I) Qu’est-ce que l’autorité pontificale ?

Le Pape est l’homme qui a été légitimement élu, sans qu’un doute ne soit émis sur la validité de l’élection, par le Collège des Cardinaux Électeurs réuni en Conclave.

Est-ce à dire que l’élection est suffisante pour être Pape ? Nullement. En effet, l’élection légitime par le Collège ne fait que conférer l’autorité matériellement. Pour qu'il soit bien Pape, il faut également que l'élu :

- veuille objectivement le bien de l’Église ;
- ne soit pas hérétique, au for externe ou interne.

Si Dieu constate dans le cœur de l’élu un des obstacles cités, alors l’autorité formelle ne peut être transmise à ce dernier, et l’élection, sans qu’un constat public ne soit nécessaire, est nulle et invalide, et toutes les décisions prises par l’élu caduques.

II) Le Pape, une nécessité de la raison

Afin de comprendre pourquoi il est absolument évident que le Pape est le seul et unique vrai dirigeant de la véritable Église de Dieu, quelques considérations sur le but de notre vie sont à effectuer.
Oane a dit dans le chapitre VII de la Création « l’Amour » :

Citation:
« Nous sommes tous unis dans la vie et nous sommes tous Tes humbles serviteurs. Car Tu es notre créateur."


De cela il ressort que le but de tout être humain est d’aimer Dieu, ce qui permet, par cet amour, de sauver son âme. Car, Dieu en plusieurs occasions a bien prévenu de ce qui arriverait à ceux qui ne suivraient pas Sa parole.

Ainsi dans la Fin des Temps, chapitre IV « Le Jugement divin » :

Citation:
6 Et Dieu me parla: “Vois. Ces hommes et ces femmes qui sont maintenant unis dans l’attente du jugement de leur âme. Je vous ai faits aspirant à la vertu et J’ai fait celle-ci de telle manière que si l’un d’entre vous la pratiquait, elle se communiquerait aux autres.” Je reconnaissais là l’enseignement d’Aristote et les paroles de Christos ! “Il y avait un but à cela, ajouta-t-il, Me servir, M’honorer et M’aimer, mais aussi vous aimer les uns les autres. Je suis la main invisible qui guide vos pas, mais nombre d’entre vous se sont détournés de Ma Parole.”

7 “Vous êtes jugés un à un lorsque vous mourez, mais cela ne sera pas toujours le cas. En effet, j’ai laissé la créature à laquelle Je n’ai pas donné de nom prouver ses dires, selon lesquels c’est au fort de dominer le faible. Si, encore une fois, vous vous détournez de Moi en trop grand nombre, ce que tu as vu dans la flaque s’accomplira. Si vous oubliez à nouveau l’amour que J’ai pour vous et que vous ne m’aimiez plus à nouveau, cela sera vérité. Si Ma parole, révélée par Aristote et Christos n’est plus écoutée, Je détruirai le monde et la vie, car l’amour n’en sera plus le sens. Alors, prends garde à ne pas laisser Ma parole se perdre dans les gouffres de l’oubli.”



Ainsi toute âme sera jugée selon sa pratique de la Vertu. Or, qu’est-ce que la Vertu ? La Vertu se définit comme la pratique sincère de la piété et le respect des commandements de Dieu et des enseignements de ses Prophètes, Aristote et Christos. Ainsi ceux qui ne suivent pas ce chemin verront l’enfer lunaire où règnent les Princes Démons qui souffrent pour l’éternité, car on ne va en enfer que pour souffrir.

De ces extraits il ressort aussi que Dieu, qui est amour infini, dit bien qu’Il ne laisse pas ses enfants sans protections face au Vice. Il spécifie bien qu’Il leur laisse les enseignements d’Aristote et Christos, Ses Prophètes.
Il n’y a donc qu’un seul chemin viable, celui d’Aristote et de Christos.

Or, Aristote ne dit-il pas qu’en toute chose l’unité est supérieure à la division ? Si le Divin est Parfait, Son désir n’est pas de voir la tunique de Son Église divisée en Églises nationales indépendantes comme en Angleterre, dans les États Allemands ou plus récemment en France. Dieu a forcément voulu une Église qui s’adresse non pas aux Français, aux Allemands ou aux Anglais selon les préférences de ces peuples, mais bien à l’ensemble de l’humanité car il n’est pas dit « Je promets le salut de telle façon aux Français et de telle autre aux Allemands », ce qui serait absurde. Comment Dieu, qui est Vérité pure, pourrait-Il demander une chose à un peuple et son contraire à un autre ? Puisqu’Il est absolument Bon, ce qu’Il demande est bon pour tout le monde. Il ne faut donc qu’un seul chef à l’Église pour arriver à cette fin, le Pape.

III) De l’Historicité des prétentions du Pape.

Une fois démontré qu’un Pape est la seule chose raisonnable possible pour que l’Église remplisse son rôle, à savoir guider les âmes sur le chemin de la Vertu et de la sainteté, il faut encore démontrer que le Pape de l’Église Aristotélicienne est bien, selon les Écritures, l’homme légitime qui doit guider la nef de l’Église et être le vicaire de Dieu par cette charge.

La première preuve est tout simplement d’ordre historique. Qui a fondé l’Église anglaise ? un Anglais. Qui a fondé l’Église de France ? Un souverain égaré. Qui a fondé l’Église Aristotélicienne ? Christos lui-même, mandaté par Dieu pour guider Son troupeau. Comme dit dans le chapitre XI de la Vita de Christos :

Citation:
"Les fidèles de Dieu, ceux qui ont appris l’enseignement d’Aristote et qui veulent suivre le chemin que je vous trace, doivent former une communauté de vie. Cette communauté trouvera son sens, et permettra à chacun de vivre dans la vertu, si elle est unie dans l’amitié réciproque que chacun de ses membres se doit d’éprouver envers ses semblables. Pour vous guider, je serai le père de cette communauté, j'en érigerai les principes, et mes successeurs feront de même après moi."


L’Église Aristotélicienne Romaine est donc fondée par Christos, et ainsi chaque Pape remonte directement à lui. Ce n’est pas le cas des fondateurs des églises schismatiques qui n’ont pour seule légitimité qu’eux-mêmes, alors que le Pape est l’héritier d’une lignée christosique ininterrompue depuis Christos lui-même, et le moment où il a nommé Titus chef de cette Église après lui. Il lui en fait d’abord la promesse, toujours dans ce même chapitre XI de sa Vita :

Citation:
"Titus, approche, mon ami. Titus, tu es fort et vigoureux. Tu peux m'aider à porter cette communauté; tu seras mon second. Va Titus, tu es un titan, et c’est avec l'aide de ta force que je bâtirai une Église titanesque ! "


Or, certains schismatiques, par un orgueil démesuré et pour justifier leur séparation d’avec l’Église de Dieu, prétendent que « nul part il n’est dit que les successeurs de Titus ne bénéficient pas (là j'ai un doute,je crois qu'en fait le "ne" avant bénéficie n'a pas lieu d'être si j'ai bien compris la phrase) de ses privilèges ». N'est-ce pas ici douter du plan divin concernant l’Église ? N’est-ce pas diminuer injustement les forces de Dieu et de Christos ? Ces schismatiques pensent-ils qu’une Église « titanesque » conçue par Christos cesserait d’exister après la mort de Titus, qu’il a prévu comme chef de cette assemblée après lui ? Où est donc l’œuvre titanesque si elle n’est pas capable de survivre à un homme, et retourne ensuite à la division en plusieurs sous-églises indépendantes, c’est-à-dire à l’état qualifié d’inférieur par Aristote lui-même ?

Mais surtout, que ne lisent-ils pas mieux le texte. Christos ici place Titus comme successeur de son œuvre, comme son second. Christos dit qu’il érige et érigera jusqu’à sa mort les principes de l’Église et que « ses successeurs » feront de même après lui. Mais parle-il des apôtres ici ? Non point, puisqu’il précisera leur rôle un peu plus loin en les instituant épiskopoi. Il parle bien ici de Titus d’abord, et des successeurs de Titus également. Christos respecte la hiérarchie qu’il a lui-même mise en place et institue d’abord la Papauté avant d’instituer l’épiscopat. En effet, Christos dit ensuite :

Citation:
"Et vous, regardez-vous, voilà que vous oubliez la vertu et devenez jaloux ! Pour faire partie de ma communauté fidèle à Dieu, il faudra tendre à être pur de tout péché. Or je vois bien qu’aucun d’entre vous ne peut prétendre à un tel niveau de vertu. Tournez vous alors vers Dieu, mes frères, car lui est miséricordieux et vous donne l’occasion de vous laver de vos fautes et de suivre le chemin que je trace pour vous.
N’ayez donc pas de peine, car vous serez mes successeurs, vous diffuserez la bonne nouvelle à toutes les nations en aidant Titus à créer mon Église. Ainsi, Je fais de vous les guides des fidèles de Dieu. Soyez des modèles pour ceux qui vous écoutent, car un mauvais guide trace une mauvaise route à ceux qui le suivent. Je vous nomme episkopoi (évêques). Vous aurez à charge le Salut de vos ouailles."


Il est évident ici qu’il ne s’agit pas du même type de successeurs dont Christos parle. Il faut le rappeler : Christos est le premier évêque, puisque c’est lui qui a institué les sacrements. Il dispose de la totalité du pouvoir d’ordre. Et c’est ce pouvoir d’ordre qu’il transmet ici à ses Apôtres dont le rôle est clair : « aider Titus à créer mon église ». Il y a bien une infériorité des Apôtres face à Titus qui en est le chef. Comment donc ses successeurs pourraient ainsi être semblables aux successeurs des autres Apôtres ? Comment croire que la hiérarchie divine mise en place par Christos peut ainsi se déliter sous prétexte que Titus va mourir ? Une fois encore, Dieu n'aurait guère soufflé mot à Christos de comment agir après la mort de Christos ? Cela semble défier la raison.

Du reste, la lettre de Titus à Linus, son successeur, corrobore le sens que ce texte et son auteur donne à la définition de successeurs lorsque Christos parle de ceux qui érigeront les principes de l’Eglise après lui :

Citation:
« Je t’écris à toi Linus, mon ami, car je désire que tu poursuives après moi ce que notre sauveur Christos a commencé en Judée et pour lequel il est mort en martyr. »


Citation:
IV) Des conséquences de l’autorité pontificale.


Une fois établie la justice et la véracité de la mission papale, il reste encore à préciser celle-ci et ce qu’elle suppose.

D'abord, le Pape, en tant qu’autorité suprême de l’Église, jouit nécessairement de grâces spéciales accordées par Dieu dans l’exercice de sa charge. En effet, le Pape est le berger suprême, il ne peut mener ses brebis dans le ravin, car alors cela signifierait que l’Église chargée de guider les âmes pourrait échouer. Or, ce qui est de Dieu (et nous avons démontré que l’Église était de Dieu) ne peut être abâtardi, débile ou boiteux. L’Église ne peut donc pas « échouer » dans sa mission et les doctrines qu’elle propose à ses fidèles sont nécessairement bonnes, car elles viennent de Dieu. Le Pape étant le Titan sur lequel repose l’Église, il jouit donc d’une immunité face à l'erreur, ce qui lui assure la certitude de bien guider l’Église dans ses principes.

La mission de l’Église, sauver les âmes, requiert trois volets : Gouvernement, Sanctification et Enseignement. Le Gouvernement concerne en effet l’organisation de l’Église, avec un Pape à sa tête, un Titan papal qui la porte. Elle demande la Sanctification, c’est-à-dire les sacrements, donc des clercs et surtout des prêtres et des évêques, et l’Enseignement, qui consiste sans cesse à améliorer la connaissance de la Parole de Dieu et à combattre les erreurs émises à Son sujet. Chacun verra que le Pape est principalement concerné par deux de ses missions : le Gouvernement et l’Enseignement. En effet, l’Église ne peut avoir qu’un seul chef et qu’une seule Foi. Le Pape ne peut donc enseigner que la vérité à ses fidèles. Car c’est là la mission la plus importante du Pape : l’enseignement. C’est à lui de dire ce qu’est la Foi et ce qu’est le bien et le mal sur terre en rappelant la parole divine. De là il ressort que le Pape ne peut se tromper lorsque revêtant sa fonction de Pasteur et de Docteur de l’Église il parle :

- de la Foi, c’est-à-dire des mystères surnaturels concernant Dieu. Puisque Dieu a créé l’Église pour que cette parole soit connue et ainsi sauver les âmes, Son amour infini ne saurait permettre qu’un homme, même inconsciemment, distille dans son nectar un poison ;

- de mœurs et de morale, c’est-à-dire sur la façon d’agir et d’être Aristotélicien au quotidien pour faire le bien.

Or, dans ces grâces spéciales qu’a reçues le Pape se trouvent aussi les limites de cette autorité.

Le Pape ne peut pas changer le dogme de l’Église car il s’agit d’une parole qu’il a reçu pour mission de conserver et non de modifier. Comment un homme, fut-il Pape, pourrait-il retrancher une parole déjà définie comme divine ?

Le Pape ne peut également rien changer aux sacrements et à leurs conditions de validité (il peut en revanche changer leur condition de licéité) puisque c’est par Christos que ces critères ont été définis et qu’encore une fois, le Pape a pour charge de conserver et non de créer le dépôt suprême de Dieu sur Terre.

Conclusion : Le Pape, en tant que vicaire de Dieu, est supérieur à tout autre homme en matière de religion et son Primat ne s’impose non pas sur la seule Aristotélité mais bien sur l’ensemble de l’univers lorsqu’il s’agit de religion. Il apparaît également que ce serait une grave injure à Dieu, au regard des textes et de leur signification, de mettre un homme au-dessus du Pape dans le gouvernement des affaires religieuses et spirituelles de n’importe quel morceau de l’univers. Ainsi il ne saurait y avoir d’autre Église que celle dirigée par le Pape.

Ecrit par Son Eminence Aristokolès de Valyria

_________________


Dernière édition par lisandross le Mar Fév 18, 2014 9:44 pm; édité 1 fois
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
lisandross



Inscrit le: 23 Oct 2011
Messages: 2186
Localisation: Tarragona

MessagePosté le: Mar Fév 18, 2014 9:43 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Citation:



The Pope

The Pope is the head of the Aristotelian Church. He has on it a higher power because he is God's vicar on earth, and as such, is not accountable to anybody on earth. It is in his powers to make or break anything that can be done or undone in the Church. He may also oppose any discretionary action of a clerk or a group of clerics.

However, does it mean that the Pope has unlimited power over the Church? To answer these questions of the schismatics who deny the rights of the Pope to lead the Church, we first must discuss the philosophy and reason behind the nature of the Pope's authority.

I) What papal authority?

The Pope is, without any doubt, the man who was legitimately elected by the College of Cardinals electors meeting in conclave.

Does this mean that the election is enough in itself sufficient to be Pope? No. Indeed, the legitimate election by the College merely confers the material authority. In Order to be a good Pope it also requires the elected:

- to Objectively want to act for the good of the Church and its benefit;
- to not be heretical, in any form.

If God finds within the heart of the elected one of the obstacles mentioned, then the formal authority can not be transferred to the latter, and the election, without any public statement being necessary, is null and void, and all decisions taken by the elected are null and void.

II) The Pope, a necessity of reason

To understand why it is absolutely clear that the Pope is the only true leader of the true Church of God, a few observations on the purpose of our life will be performed.

Oane said in Chapter VII of the Book of Creation " Love "

Citation:
"We are all united in life and we are all thy humble servants. For you are our creator."


From this it appears that the goal of every human being is to love God, so that, through this love, God will save his soul. Because God has on several occasions warned of what would happen to those who do not follow His word.

So in the End of Times, Chapter IV "Divine Judgment"

Citation:
6 And God spoke to me: "Look. These men and women who are now united in the pending judgement of their soul. I made you aspire to virtue and I did it in such a way that if any of you practised, it would be communicated to others." There I recognized Aristotle's teaching and the words of Christos! "There has always been this goal,” He added, “to serve, honour and to love Me, but also to love each other. I am the invisible hand which guides your steps, but a number among you were diverted from My Word.”

7 "You are judged one by one when you die, but this is not always the case. In fact, I left the creature that I have not given a name among you thato prove his point, whereby it is the strong that must dominate the weak. If, once again, you turn away from me in great numbers to sin, what you saw in the puddle will be fulfilled. If you forget again the love that I have for you and, through this, cease to love Me, it will all happen as you have seen. If My Word, revealed by Aristotle and Christos is not heeded any more, I will destroy the world and its life, because the love will not be any more. So, take care to not let My Words get lost in the abyss of oblivion."


And every soul will be judged according to his practice of virtue. But what is Virtue? Virtue is defined as the practice of sincere piety and respect for the commandments of God and the teachings of His prophets -Aristotle and Christos. So those who do not follow this path will see the moon where the Demon Princes who suffer for eternity prevail.

From these extracts it indicates that God, who is infinite love, does not leave His children without protection against the vice. It specifies that He gives them the teachings of Aristotle and Christos - His Prophets.
So there is only one viable path, that of Aristotle and Christos.

But does not Aristotle say that in all things the unity is greater than the division? If the Divine is perfect, His desire is not to see the robe of His Church divided into independent national churches as in England, in the German States and more recently in France. God has always wanted a church that is not addressed to the French, German or English according to the preferences of these people, but to all of humanity because He does not say "I promise salvation to the French in this way and to the Germans in another way", which would be absurd. How can God, who is pure Truth, could He ask one thing of one nation, and different or opposite from another nation? Since He is absolutely right, what he asks is for the good of everyone. There is therefore a need for only one leader of the Church to achieve this end: the POPE.

III) From the Historicity of the claims of the Pope.

Once it is demonstrated that the Pope is the only reasonable thing that the Church can do to fulfill its role of guiding souls on the path to virtue and holiness, we must show that the Pope of the Church Aristotelian is, according to the Scriptures, the legitimate person by right to guide the nave of the Church and be the vicar of God through this office.

The first evidence is simply historical. Who founded the English Church? an Englishman. Who founded the Church of France? A sovereign lost. Who founded the Church Aristotelian? Christos himself, commissioned by God to guide His flock. As mentioned in Chapter XI of the Vita Christos:

Citation:
"The faithful of God, those who learned the teachings of Aristotle and who want to follow the way that I show you, must form a community of life. This community will find its direction, and will allow each one to live in virtue, if he or she is united in the shared friendship that each one of its members must feel toward others in the community. To guide you, I would be the father of this community, I would set up the principles of it, and my successors will do so in the same way after me."


The Roman Aristotelian Church is founded by Christos, and thus each Pope dates back directly to him. This is not the case of the founders of schismatic churches that have legitimacy only for themselves, while the Pope is heir to an unbroken Christosique line since Christos himself, starting when he appointed Titus Head of the Church after him. He made his first promise, still in the same chapter XI of the Vita :

Citation:
. "Titus, approach, my friend Titus, you are strong and vigorous You can help me with this community. Thou shalt be my second Titus. Now you're a titan, and it is with the help of your strength. I will build a titanic Church!"


However, some schismatics by hubris and to justify their separation from the Church of God, claim that "nowhere does it say that the successors of Titus have the same privileges." Is this not doubt of the divine plan for the Church? Does it not unfairly diminish the forces of God and Christos? These schismatics they think a "titanic" designed by Christos Church would cease to exist after the death of Titus, which Christos intended as chief of the Assembly after him? Where is the titanic work if it is not able to survive the death of a man, instead forming into the division of several independent sub- churches; that is to say a less qualified state than that proposed by Aristotle himself?

But above all that, they do not read further to understand the text better. Christos set Titus up as the successor of his work, as his second. Christos said he shall erect and continue to erect until his death the principles of the Church and its "successors" will do the same after him. But does he speak of the apostles here? No, he clarifies their role by speaking of establishing the bishops. He speaks of Titus here first, and the successors of Titus also. Christos respects the hierarchy he himself had set up by first establishing the Papacy and then the episcopate of bishops. Indeed, Christos said then still in the same chapter XI of the Vita :

Citation:
"And you, look at yourselves, here you forget the virtue and become jealous! To belong to this community, faithful to God, it will be necessary to hold yourselves in purity and avoid sin. However, I see well that none among you can claim to such a level of virtue. Turn then toward God, my brothers, for He is merciful and the occasion remains for you to wash away your faults and to follow the way that I show you.

Thus do not be sorrowful, for you will be my successors. You will carry the good news to all the nations by helping Titus to create my Church. Thus, I call on you to be guides to those faithful to God. Be models for those who listen to you, because a bad guide traces a bad road for those who follow it. I name you as Bishops. You will have responsibility for the safety of your flocks.


It is clear here that this is not the same type of successors, that Christos speaks of. It must be remembered : Christos is the first bishop, since it was he who instituted the sacraments. Christos has all the power of the order. And it is this order that transmits power to his Apostles whose role is clear: "to help Titus build my church." Therefore the Apostles are inferior to Titus who is the chief. How then could his successors be similar to the successors of the other Apostles? How can we believe that the divine hierarchy established by Christos may well crumble under the pretext that Titus is going to die? Once again it seems to defy reason that God would hardly have breathed a word to Christos on how to act following the the death of Christos?

Moreover, the letter from Titus to Linus, his successor, corroborates the direction that this text and its author gives to the definition of Christos successors when speaking of those who erect the principles of the Church after him:

Citation:
"I write to you Linus, my friend, because I want you to pursue after me that which our savior Christos began in Judea and for which he was martyred."



IV) The consequences of papal authority .


Having established the righteousness and truthfulness of the papal mission, it remains to clarify the role and what it entails.

First, the Pope, as the supreme authority of the Church, necessarily enjoys special favors granted by God in the exercise of his office. Indeed, the Pope is the supreme shepherd, he can not lead his sheep into the ravine, because then it would mean that the Church was responsible for guiding souls so they might fail. But what is God (and we have demonstrated that the church was of God) can not be debased, stupid or lame. The Church therefore can not "fail" in its mission and the doctrines it offers to its faithful are necessarily good because they come from God. The Pope is the Titan upon which rests the Church, so He enjoys an immunity from error, which ensures him certainty to properly guide the Church in its principles.

The mission of the Church, the salvation of souls, requires three components : Government, Education and Sanctification. The Government in fact concerns the organization of the Church, with the Pope at its head, the papal Titan who wears it. The Church requests sanctification, that is to say the sacraments, by the clergy and especially priests and bishops; and there is Education, which consists of continuously improving the knowledge of the Word of God and fight the errors and lies issued about Him. Everyone will see that the Pope is mainly concerned with two of these missions: Government and Education.

Indeed, the Church can only have one leader and one Faith. The Pope can therefore teach the truth to his followers. Because this is the most important mission of the Pope : teaching. It is for him to say what is faith and what is good and evil on earth by recalling the divine word. Hence it appears that the Pope can not err when putting on his role as Pastor and Doctor of the Church when speaking:

    - Of the Faith, that is to say the supernatural mysteries about God. Since God created the Church so his word is known and will save souls, His infinite love can not allow a man, even unconsciously, to poison its nectar.

    - on Manners and morals, that is to say on how to act and be Aristotelian on a daily basis doing.


However, in these special graces received by the Pope we also find the limits of that authority.

The Pope can not change the doctrine of the Church because it is a word that he has been tasked to keep and not change. How can a man, even the Pope, subtract a word already defined as divine?

The Pope also can not change anything in the sacraments and their conditions of validity (He can however change their condition of lawfulness) since it was by Christos that these criteria were defined and, once again, the Pope is in charge to keep and not to create the supreme repository of God upon Earth.

Conclusion:

The Pope, as vicar of God is greater than any other man in matters of religion and its Primacy does not impose itself on only the Aristotélité but on the whole universe when it comes to religion. It also appears that it would be a grave insult to God, in relation to texts and their meaning, to put a man on top of the Pope in the government of religious and spiritual affairs of any part in the universe. Thus there can not be any other Church than that led by the Pope.

Written by His Eminence Aristokolès de Valyria

Translated into English by Cardinal Teagan February 1462

_________________
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    L'Eglise Aristotelicienne Romaine The Roman and Aristotelic Church Index du Forum -> La Bibliothèque Romaine - The Roman Library - Die Römische Bibliothek - La Biblioteca Romana -> Salle Trufaldinienne - Secondary room Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas voter dans les sondages de ce forum


Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com